Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Eolien terrestre, tous les citoyens ne disent pas non !

Je peux comprendre les réticences de certains, je ne les partages pas, je fais partie de ceux qui souhaitent que l'on sorte du nucléaire au plus tôt, et bien évidemment du charbon également, pour ne pas dire immédiatement, ce qui serait en fait plus juste, même si là aussi je comprend que ce ne sois pas aussi simple.

Partant de cette hypothèse de sortie du nucléaire, il me semble inévitable d'utiliser toutes les formes déjà connus de production d'énergie renouvelables, que je ne prétend pas pour ma part "propre", car rien ne peut l'être, pas plus que rien ne puisse être totalement "décarbonné", comme on peut le prétendre parfois, notamment au sujet du nucléaire.

Je pense donc que l'éolien terrestre peut et doit faire partie du mix énergétique dont nous allons avoir besoin, au moins pour une période de transition, aussi suis-je content de voir que des projets qualifiés "d'éolien citoyen" naissent et servent d'exemples, et encouragent d'autres à en faire autant.

La solution miracle n'existent pas, alors en attendant mieux !

http://www.batiactu.com/edito/l-eolien-citoyen-se-concretise-en-bretagne-29871.php

Extrait :

L’agitation est à son comble à Béganne, en Bretagne. Et pour cause : d’ici un an, c’est là-bas que devrait voir le jour le premier parc éolien citoyen de France ! De quoi s’agit-il et pourquoi l’initiative suscite-elle autant d’intérêt ? Bien connue en Allemagne et au Danemark, la démarche consiste à fédérer riverains et collectivités locales afin de financer la création puis la gestion d’un parc d’éoliennes. Le but final étant que chacun puisse bénéficier des dividendes produits par les éoliennes. "Notre but est de parvenir à un développement maitrisé de l'énergie éolienne, explique Michel Leclerc, l’instigateur du projet. Il ne faut pas oublier que le vent est une ressource naturelle inépuisable et décentralisée, c’est pourquoi son exploitation doit se faire aux bénéfices des territoires et non pas d’un acteur extérieur". 

Lancée en 2002, l’idée a été longue à faire accepter... "Il nous a fallu convaincre du bien-fondé de notre initiative en organisant des réunions publiques avec la population, prendre contact avec les élus du territoire afin de trouver des financements - 12 millions d’euros devait être réunis - mais aussi identifier des sites favorables techniquement au développement de l’éolien", énumère Michel Leclerc. Autant de démarches qui ont été facilitées par la création en 2003 d’une association baptisée "Eoliennes en pays de Vilaine"puis d’une SARL qui regroupe tous les différents acteurs financiers du projet et s’occupe, depuis 2007, de le faire avancer. "Cette société nous a permis de financer les études pour développer le permis de construire", précise Michel Leclerc. "84 particuliers s’y sont associés directement ou via des Cigales - Clubs d'Investisseurs pour une Gestion Alternative Locale de l'Economie Solidaire - ainsi que le Conseil Général de Loire Atlantique".

EoliennesBatiactu ©

Huit ans après avoir été lancé, le projet est donc enfin en passe d’aboutir. "Si tout va bien, le parc devrait pouvoir être construit cet hiver et mis en fonctionnement l’été prochain",indique Michel Leclerc. Une véritable source de satisfaction pour lui, satisfaction d’autant plus grande que le projet a débouché sur la création d’un deuxième parc éolien en Loire Atlantique et qu’il a suscité et suscite encore un intérêt bien au-delà du Pays de Redon. "Ce dont nous sommes les plus fiers, c’est d’avoir réussi à lancer une dynamique nationale autour de la question des énergies renouvelables et, plus particulièrement, de leur réappropriation par la population locale", confie Michel Leclerc, tout en précisant que l’une des activités de son association est désormais d’accompagner les porteurs de projets qui sont de plus en plus nombreux sur le territoire. 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article