Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'avenir sera ce qu'on en fera !

Pour un avenir durable et partagé. Parce que je veux croire que l'humain et l'humanité qui en émane pourrait ne pas être un cancer pour la terre et un vampire pour ces congénères. Profondément humaniste, pacifiste, je n'entrevois qu'une solution d'avenir durable et pérenne, en finir avec la destruction systémique de notre écosystème nourricier qu'est la planète. Je prône l'égalité d'importance de toute vie, minérale, végétale, animale, humaine car toute vie est interdépendante des autres. Et rappelons nous, la seule énergie qui n'émet pas de GES est celle qu'on utilise pas ! Le superflue de nos consommations c'est de l'énergie vitale que nous volons à nos enfants et aux leurs !

L'industrie semencière impose les OGM par tous les moyens, comment résister ?

Publié le 17 Mai 2013 par Daniel JAGLINE djexreveur in OGM, résistance, sécurité alimentaire, monsanto, semence

Le combat se fait mondial, il n'y a pas un continent qui ne soit confronté maintenant à la culture de certains OGM, et de toutes parts nous arrivent des exemples des mécanismes néfastes qu'ils entraînent, de partout des alertes sont lancées, aux Etats-Unis même, berceau des OGM, des désastres sont maintenant irréfutables, les semenciers valident d'ailleurs eux-mêmes ces constats sans appels, puisqu'ils en sont amenés à produire des nouvelles semences auxquelles ils apportent soit de nouveaux types de gènes, soit de nouvelles combinaisons, c'est bien là la preuve qu'ils constatent eux-mêmes les failles, les insuffisances et les dégâts que provoquent leurs semences, seulement voilà la machinerie est implacable, et leur volonté de main-mise et de domination irrévocable :

http://www.lefigaro.fr/environnement/2012/05/25/01029-20120525ARTFIG00710-les-ogm-ont-perdu-la-guerre-contre-les-mauvaises-herbes.php

Extraits :

L'Académie américaine des sciences organisait le 10 mai un sommet sur les plantes génétiquement modifiées résistantes aux herbicides. Une réunion de crise. Les agriculteurs américains ont l'impression d'avoir été floués par les semenciers qui leur avaient dit qu'avec les OGM résistants aux herbicides ils n'auraient plus jamais de problèmes avec les mauvaises herbes. Il leur suffisait de pulvériser du glyphosate - une molécule créée parMonsanto aujourd'hui dans le domaine public - pour être tranquilles. Un seul passage était nécessaire pour tout détruire sauf les cultures dotées d'un gène de résistance. Les agriculteurs ont bénéficié de ce système au début: les rendements étaient meilleurs, le temps de travail et les coûts réduits. Aujourd'hui, ils déchantent. (...) Chaque année, de nouvelles plantes sauvages développent des résistances. Leurs mécanismes de défense sont efficaces et, une fois sélectionnés, ils sont transmis à leur nombreuse descendance. L'organisation internationale chargée de leur contrôle (ISHRW) a déjà recensé 23 espèces sauvages résistantes. «Mais ce chiffre sous-estime le problème car il ne prend en compte que les plantes résistantes à une dose quatre fois supérieure à celle couramment appliquée, explique Bill Freese, du Centre américain de sécurité alimentaire, dans une interview à la revue The Scientist. Quantité d'autres mauvaises herbes tolèrent des doses plus basses de glyphosate et ce sont elles qui ont un gros impact dans les cultures.» Il y en aurait en fait plus de 380, selon Harold Coble, du ministère américain de l'Agriculture.

En parallèle une autre forme immensément dangereuse de cette main-mise sur les semences se voit juridiquement confirmée, au travers de ce récent jugement :

http://www.lefigaro.fr/societes/2013/05/14/20005-20130514ARTFIG00559-la-cour-supreme-interdit-la-libre-reproduction-des-semences-ogm.php

Extrait :

Vernon Hugh Bowman pensait avoir trouvé une méthode originale pour cultiver du soja génétiquement modifié sans pour autant rémunérer Monsanto. Le géant de l'agrochimie qui détient le brevet du type de semence employé par cet agriculteur de l'Indiana l'a poursuivi en justice jusque devant la Cour suprême. Cette dernière à l'unanimité a donné raison au leader des semences transgéniques en confirmant la validité constitutionnelle de son modèle économique.

L'unanimité de la décision des juges de la Cour illustre le fort consensus qui règne aux États-Unis sur l'importance primordiale donnée à la protection de la propriété intellectuelle et de l'innovation en dépit de la tentation de tolérer la duplication de biens protégés par des brevets.

Est-il besoin de rappeler la nouvelle loi Américaine qui vient d'être validée, qui permet aux semenceurs de cultiver ces OGM quand bien même un jugement viendrait à s'y opposer.

De ce côté de l'Atlantique le mouvement suis cette voie :

http://www.lefigaro.fr/sciences/2012/05/22/01008-20120522ARTFIG00681-ogm-l-ue-pourrait-annuler-l-interdiction-du-mon-810.php

Extrait :

L'Agence européenne pour la sécurité alimentaire (Efsa) juge scientifiquement infondée l'interdiction de cultiver le maïs transgénique MON 810 décidée par la France en mars dernier.

Ce n'est pas vraiment une surprise. L'autorité européenne pour la sécurité alimentaire (Efsa) a rendu lundi un avis négatif sur la demande de la France de suspendre l'autorisation de mise en culture du maïs transgénique MON 810 du groupe Monsanto.

Les experts européens n'ont «trouvé dans la documentation fournie par la France aucune preuve scientifique démontrant un risque pour la santé humaine ou animale ou pour l'environnement et pouvant justifier l'adoption de mesures d'urgence», peut-on lire sur le site Internet de l'Efsa.

 

Ce combat là ne va être possible que si une très grande majorité se lève, sinon.....

Commenter cet article
M
http://0z.fr/tkcK4
Répondre