Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'avenir sera ce qu'on en fera !

Pour un avenir durable et partagé. Parce que je veux croire que l'humain et l'humanité qui en émane pourrait ne pas être un cancer pour la terre et un vampire pour ces congénères. Profondément humaniste, pacifiste, je n'entrevois qu'une solution d'avenir durable et pérenne, en finir avec la destruction systémique de notre écosystème nourricier qu'est la planète. Je prône l'égalité d'importance de toute vie, minérale, végétale, animale, humaine car toute vie est interdépendante des autres. Et rappelons nous, la seule énergie qui n'émet pas de GES est celle qu'on utilise pas ! Le superflue de nos consommations c'est de l'énergie vitale que nous volons à nos enfants et aux leurs !

Voiture électrique, et si on se mettait au courant !.

Publié le 26 Octobre 2010 par Daniel JAGLINE djexreveur in Pollution

Pour peu qu'on y réfléchisse ne serais-ce qu'un peu, on sent bien rapidement, que le tout électrique, cache bien des failles, et surtout présuppose, une dogmatique du déplacement, qu'il faudrait au contraire mettre à mal.

Voici un rapport qui en dit long et que je tiens à vous partager, car mes craintes sont toutes exprimées là :

http://ecolosphere.net/archives/1431-voiture-electrique%C2%A0gare-a-la-panne-seche%E2%80%A6/

Extrait :

"Parée de toutes les vertus pour certains, objet de toutes les critiques pour d’autres, l’option défendue par l’État français et les grands groupes (au premier rang desquels Renault et Peugeot-Citroën) d’une automobile « 100 % électrique » est loin d’être partagée unilatéralement par le monde de l’automobile. À écouter les constructeurs hexagonaux, le véhicule électrique pourrait représenter 10 % du parc automobile français d’ici à 2020. Pourtant, dans sa communication datée du 27 avril 2010, la Commission européenne table, de façon nettement moins optimiste, sur 1 à 2 % des ventes de véhicules neufs en 2020…

Même les évaluations les plus optimistes recourant tout à la fois aux voitures électriques et hybrides n’atteignent que 15 % du parc automobile.« C’est un grand maximum », indique Jean-Luc Gérard, président de la branche voitures particulières de la Chambre syndicale internationale de l’automobile et du motocycle. Nous voyons donc ici les limites de cette voiture « décarbonnée », rejetant moins de 60 g de CO2 par km. Même dans un environnement fiscal très incitatif, abstraction faite des limites techniques inhérentes à certains options, la « voiture propre » ne règlerait théoriquement qu’un dixième du problème. Parallèlement, le parc automobile est appelé, selon certains études internationales, à doubler…

Ce véhicule dit « zéro émission » est-il l’avenir de l’automobile ou représente-t-elle une option parmi tant d’autres ? Autrement dit, l’État français ne fait-il pas fausse route en soutenant une solution technique qui est à l’automobile ce que le minitel était à l’internet ?

Face aux contraintes climatiques et énergétiques, le monde de l’automobile se cherche. De cette quête dépend son avenir. Après les crises systémiques ayant frappé violemment l’industrie de l’automobile à l’automne 2008, l’État français a décidé de soutenir financièrement ce secteur au travers de plan de relance sectoriel. Ce soutien massif est-il dicté par des impératifs écologiques ou procède-t-il d’un effet d’aubaine visant à financer et proroger la survivance d’un modèle économique et industriel irrémédiablement dépassé ?." 

Commenter cet article