Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'avenir sera ce qu'on en fera !

Pour un avenir durable et partagé. Parce que je veux croire que l'humain et l'humanité qui en émane pourrait ne pas être un cancer pour la terre et un vampire pour ces congénères. Profondément humaniste, pacifiste, je n'entrevois qu'une solution d'avenir durable et pérenne, en finir avec la destruction systémique de notre écosystème nourricier qu'est la planète. Je prône l'égalité d'importance de toute vie, minérale, végétale, animale, humaine car toute vie est interdépendante des autres. Et rappelons nous, la seule énergie qui n'émet pas de GES est celle qu'on utilise pas ! Le superflue de nos consommations c'est de l'énergie vitale que nous volons à nos enfants et aux leurs !

Donner un prix à la nature, ou le paroxysme de la prétention humaine !.

Publié le 23 Octobre 2010 par Daniel JAGLINE djexreveur in Questionnement Fondamental

Ce que la nature est, permet, offre, contient, génère et régénère, recèle et dispense, filtre et assaini est incalculable, incommensurable.

Et l'homme paré de son orgueil et de sa suffisance avec ses connaissances si parcellaires, si incomplètes, aurait la présomption d'en établir une valeur pécuniaire défini, c'est cauchemardesque !. 

Prenons l'eau par exemple, et essayons d'imaginer quelle valeur va lui donner un Européen du nord qui la met en pression au bout d'un jet pour laver son 4x4 qui a perdu un peu de se rutilance, et quelle valeur va lui donner un Africain, qui va parfois en attendre vainement quelques gouttes toute une année, en constatant que les quelques graines qu'il a mis en terre ne produirons rien cette saison !.

Lequel des deux va en définir le prix ?.

http://www.lemonde.fr/planete/article/2010/10/20/donner-un-prix-a-la-nature-pour-mieux-la-proteger_1428974_3244.html

Extrait :

"Le rapport Sukhdev ne livre pas une équation globale du "prix de la nature" qu'il faudrait intégrer dans les équations économiques pour que soit tenu compte de cet actif naturel aujourd'hui négligé. Compte tenu de la grande variété et de la complexité des écosystèmes, cet exercice est d'une part impossible, mais surtout, il n'aurait pas beaucoup de sens......Autre exemple cité pour illustrer la démarche : en Suisse, la pollinisation par les abeilles assure, chaque année, une production agricole estimée à 210 millions de dollars.

La recommandation du rapport Sukhdev apparaît dès lors évidente : avant de détruire la nature, réfléchissez à ce que vous allez perdre." 

Commenter cet article