Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'avenir sera ce qu'on en fera !

Pour un avenir durable et partagé. Parce que je veux croire que l'humain et l'humanité qui en émane pourrait ne pas être un cancer pour la terre et un vampire pour ces congénères. Profondément humaniste, pacifiste, je n'entrevois qu'une solution d'avenir durable et pérenne, en finir avec la destruction systémique de notre écosystème nourricier qu'est la planète. Je prône l'égalité d'importance de toute vie, minérale, végétale, animale, humaine car toute vie est interdépendante des autres. Et rappelons nous, la seule énergie qui n'émet pas de GES est celle qu'on utilise pas ! Le superflue de nos consommations c'est de l'énergie vitale que nous volons à nos enfants et aux leurs !

Brésil, faire barrage aux barrages avec le chef Raoni.

Publié le 21 Octobre 2012 par Daniel JAGLINE djexreveur in Questionnement Fondamental

Belo Monte, tel est le nom de ce que je croyais être un immense barrage très controversé, et combattu par les peuples premiers indigène de la région touchée par cette future réalisation actuellement en cours.

Mais ce que je comprend grâce à ce nouvel article qui explique le combat du chef Raoni au nom de ces peuples, c'est qu'il ne s'agit pas que d'un barrage, mais de l'addition de plusieurs barrages réparties sur tout un territoire, cela n'ajoute rien au soutient que j'avais déjà invité à apporter à ce combat contre la machine étatique du Brésil, mais cela rend mieux compte de la situation.

Quand la notion de sois-disant "intérêt supérieur de la nation" prend une tournure dictatoriale, quand elle n'est peut-être qu'une imposture pour voiler d'autres fins, quand même la loi est bafouée, que reste-t'il comme recours ?

Seule une pression Internationale majeure pourrait peut-être enrayer cette machine à détruire, seule une prise de conscience majeure Internationale pourrait peut-être répondre à la question fondamentale qui est défini au travers de cette problématique et qui a été ecrit comme suit par l'auteur de l'article dont je m'inspire, je cite :

quelle peut encore être la place de la nature et de la vie dans le schéma économique et sociétal de l'Homme du XXIè siècle? 

Voici l'article : 

http://www.raoni.com/actualites-466.php

Autres extraits :

Le Brésil défie aujourd'hui la communauté internationale en violant délibérément les droits de l'homme inscrits dans sa constitution et dans les traités internationaux qu'il a ratifié.Des entreprises françaises qui participent au développement économique du Brésil sont de fait aujourd'hui complices de ces exactions. Il faut que cesse immédiatement ces agissements qui entachent la réputation de la France, pays des droits de l'homme, et qui rangent le Brésil du côté des dictatures. (...) Belo Monte est le cheval de Troie d'une exploitation irresponsable de la forêt amazonienne dont le rôle écologique et climatique est majeur pour l'humanité toute entière. Pour développer son potentiel énergétique et conforter sa place au sein du cercle privé des grandes puissances mondiales, le Brésil a décidé de construire jusqu'à 60 barrages sur les affluents amazoniens, dont l'ambition - nous dit-on - est d'approvisionner en électricité les grandes villes du sud du pays, mais dans les faits principalement des gisements miniers considérables. (...) Pire encore, une information déconcertante jette encore un fois le trouble et rend d’autant plus suspicieuse la détermination de l’Etat brésilien : Belo Sun Mining Corporation, entreprise canadienne s’apprête à exploiter à 15 km du complexe de barrages de Belo Monte un gisement d’or nouvellement découvert. Le rapport d’impact environnemental du projet nous apprend que le plus grand projet d’exploitation d’or au Brésil sera approvisionné par… Belo Monte! La centrale hydroélectrique a-t-elle vraiment pour but de fournir les villes du Sud en énergie? Difficile à croire lorsqu'on se penche sur la dramatique histoire de l'industrialisation de l'Amazonie des quarante dernières années. (...) Les peuples du monde jouaient leur avenir à Rio+20, les peuples indigènes jouent leur vie dans l’Etat du Para. Comme si la coupe n’était pas assez pleine, au déni de justice s'ajoute ce que l'on peut sans exagérer qualifier d'une véritable persécution du Brésil de Dilma Rousseff envers les populations indigènes du pays qu'elle dirige. Le gouvernement brésilien a émis ce mois-ci l’ordonnance 303 qui prévoit de réviser à la baisse, selon l'intérêt supérieur de l'Etat, les démarcations des terres indigènes, obtenues de haute lutte, c'est à dire de donner priorité aux projets industriels sur le droit à leur terre de ces peuples menacés. Dans un même temps, le Brésil souhaite réformer son code forestier sous l'influence du lobby des exploitants forestiers et agricoles. Même si la Présidente Dilma Rousseff y a mis un véto partiel, les modifications au Code forestier de 1965 vont permettre l'appropriation des terres autochtones par de petits exploitants agricoles qui pourront ensuite les revendre à des grandes firmes de l'agroalimentaire. Les auteurs de colonies sauvages en territoire indigène ne seront pas expropriés mais amnistiés. Un appel d'air pour tous ceux qui lorgnent sur leurs terres. Vous avez dit « preuve de courage » et « assumer ses responsabilités » ?  

Commenter cet article
S

Salut,
Pour ceux qui veulent participer à la prochaine coupe du monde de football au Brésil pour supporter l’équipe de France, je vous invite à consulter le site http://www.supportersansfrontieres.com
Répondre
D


Je préviens que je n'accepte pas que ce blog sois détourné pour tout type de pub ou propagande, ce n'est pas du tout le sujet, et je vous prie de respecter le thèmes abordés.


Je ne vous remercie pas.