Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'avenir sera ce qu'on en fera !

Pour un avenir durable et partagé. Parce que je veux croire que l'humain et l'humanité qui en émane pourrait ne pas être un cancer pour la terre et un vampire pour ces congénères. Profondément humaniste, pacifiste, je n'entrevois qu'une solution d'avenir durable et pérenne, en finir avec la destruction systémique de notre écosystème nourricier qu'est la planète. Je prône l'égalité d'importance de toute vie, minérale, végétale, animale, humaine car toute vie est interdépendante des autres. Et rappelons nous, la seule énergie qui n'émet pas de GES est celle qu'on utilise pas ! Le superflue de nos consommations c'est de l'énergie vitale que nous volons à nos enfants et aux leurs !

Biocarburants, ruine pour les pauvres, spéculation pour les riches.

Publié le 16 Octobre 2012 par Daniel JAGLINE djexreveur in Agriculture

Nous le savions déjà, ceci est donc une confirmation, mais il est bon de conforter nos savoir, de les étayer, plus personne dorénavant ne pourra prétendre ne pas connaître les effets dévastateur de cette 1ère génération d'agrocarburant :

a look 

http://www.goodplanet.info/Contenu/Depeche/Le-biocarburant-americain-a-coute-6-6-milliards-de-dollars-aux-pays-pauvres?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+Goodplanetinfo+%28Les+D%C3%A9p%C3%AAches+GoodPlanet.info+%29

Extrait :

La transformation du maïs en agrocarburant aux Etats-Unis s’est traduite par une augmentation de 6,6 milliards de dollars le coût des importations pour les pays en développement. C’est ce qui ressort d’une étude de la Tufts Université du Massachusetts, rapporte le site AlertNet le 11 octobre. Les Etats-Unis transforment près de 15% de la production mondiale de maïs en éthanol. En diminuant l'offre dans un marché sous tension, cela fait monter les cours et augmenté de 11,6 milliards de dollars au niveau mondial les cout d’importation du maïs. Ce sont les pays d’Amérique Centrale, et d’Afrique qui ont dû faire face aux plus grandes hausses de prix.

Commenter cet article