Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'avenir sera ce qu'on en fera !

Pour un avenir durable et partagé. Parce que je veux croire que l'humain et l'humanité qui en émane pourrait ne pas être un cancer pour la terre et un vampire pour ces congénères. Profondément humaniste, pacifiste, je n'entrevois qu'une solution d'avenir durable et pérenne, en finir avec la destruction systémique de notre écosystème nourricier qu'est la planète. Je prône l'égalité d'importance de toute vie, minérale, végétale, animale, humaine car toute vie est interdépendante des autres. Et rappelons nous, la seule énergie qui n'émet pas de GES est celle qu'on utilise pas ! Le superflue de nos consommations c'est de l'énergie vitale que nous volons à nos enfants et aux leurs !

Face A : multiplication des fourbes "consultations publiques". Face B : tentative de réduction des inutiles "enquêtes publiques". L'art du maquillage de l'arbitraire.

Publié le 10 Septembre 2019 par Daniel JAGLINE djexreveur in Agriculture, Biodiversité, Démocratie, Environnement, Information générale, intérêt général, nourriture, Pollution, pesticides, politique, principe de précaution, Questionnement Fondamental, transition sociétale

Exprimez vous qu'ils disaient !

Je me demande sérieusement si ce qui pouvait il y a encore quelques temps être considéré comme une caricaturale maxime n'est pas en train de devenir une vrai définition de notre régime politique, enfin pour être honnête il me semble que cela ne fait plus aucun doute depuis déjà longtemps, en effet cette phrase de "Jean-Louis Barrault" devenu référence de nombreux réfractaires à nos fausses démocraties (dont je fais parti maintenant), que d'aucuns balayaient d'un revers de main, qui dit que la dictature c'est "ferme ta gueule" et la démocratie "cause toujours" n'a jamais été plus caractéristique de notre époque.

Plus on parle de "démocratie" et de "participation citoyenne" et moins on tient compte en réalité de ce qui est exprimé par celleux qui veulent bien le faire et s'investissent pour essayer de porter l'intérêt commun ou les besoins des populations les moins considérées.

 Quand d'une part les actuels gouvernants tentent de réduire et le nombre et la portée des "enquêtes publiques" ils multiplient les "consultations publiques" et dans les deux cas l'intention est de créer des situations leur permettant de ne tenir compte ni des unes ni des autres.

Le seul exemple du récent "grand débat" réduit sans même y prêter le moindre intérêt à néant n'en est-il pas la dernière démonstration, dois-je rappeler à nos souvenir le dernier référendum ? 

J'ai beau être convaincu que participer à une consultation ou une enquête publique est une erreur, ces dernières ayant prouvées au fil des ans leurs mascarades, je peste d'avoir presque envie de participer, tant nombre de mes relations et de celleux que je côtoie dans diverses manifs ou marches ou actions, doivent considérer que ce serait une erreur de ne pas le faire dans le cas présent d'un "projet de décret et un projet d’arrêté relatifs aux mesures de protection des personnes lors de l’utilisation des produits phytopharmaceutiques à proximité des zones d’habitation".

Mon opinion à-t'elle, ou mes convictions doivent-elles prévaloir sur celles des autres ?

Il faudrait avoir besoin de dire qu'on est pas d'accord avec des distances aussi ridiculement faibles que celles préconisées par L'ANSES, (ici cet avis) que reprend à son compte le gouvernement par la voie de sa Ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation, quelle farce.

Me voilà pris d'un doute moi qui suis épris de la remise en cause permanente de mes "certitudes", je vais avoir besoin d'y réfléchir mais il va falloir réfléchir vite vu le peu de temps que dure cette consultation !

On nous manipule et je le sais, alors participer = caution, ne pas participer = traîtrise !

Est-ce aussi tranché ? Bien sûr que non ! Sauf que participer c'est se faire avoir, alors que ne pas participer c'est ce faire avoir !

Et vous vous en pensez quoi ?

  

 

 

 

Commenter cet article