Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'avenir sera ce qu'on en fera !

Pour un avenir durable et partagé. Parce que je veux croire que l'humain et l'humanité qui en émane pourrait ne pas être un cancer pour la terre et un vampire pour ces congénères. Profondément humaniste, pacifiste, je n'entrevois qu'une solution d'avenir durable et pérenne, en finir avec la destruction systémique de notre écosystème nourricier qu'est la planète. Je prône l'égalité d'importance de toute vie, minérale, végétale, animale, humaine car toute vie est interdépendante des autres. Et rappelons nous, la seule énergie qui n'émet pas de GES est celle qu'on utilise pas ! Le superflue de nos consommations c'est de l'énergie vitale que nous volons à nos enfants et aux leurs !

Rarement cités dans les constats de pollutions, les résidus médicamenteux. Quid de leurs effets sanitaires et environnementaux ?

Publié le 1 Juin 2019 par Daniel JAGLINE djexreveur in conviction, eau potable, eau, Environnement, Information générale, intérêt général, Pollution, santé

Il a fallu un article de la version numérique du journal "Ouest-France" que je parcours souvent très rapidement pour sentir la tendance éditoriale et percevoir vers quelles "actualités" on veut orienter les lect·rice·eur·s de ce quotidien majeur pour savoir de quoi j'allais parler ce jour. Une nouvelle fois j'en déplore le manque de qualité qui se traduit cette fois par l'absence de questionnement journalistique sur ce que révèle pourtant le résultat des recherches scientifiques qui ont abouti à détecter du "gadolinum" dans la rade de Brest et en particulier dans les coques d’huîtres de cette espace marin côtier. Pas la moindre allusion au problème des résidus médicamenteux.

La mer, les océans sont les réceptacles finaux d'une très grande partie de nos pollutions, quelles soient physiques ou chimiques. À lire cet article qui, pour qui ne serait pas curieux, les lecteurs non informés peuvent logiquement et légitimement être en droit de conclure que ces éléments "sur-naturels" sont sans incidences graves, sans conséquences négatives ?

On sait pourtant que du fait de leurs présences la nature subit une forme de féminisation de certaines espèces, que des cancers sont en partie favorisés, qu'on en trouve jusque dans l'eau de certains robinets, que les stations d'épurations ne sont pas en capacité de les traiter (pire encore certaines tentatives de fixation de micros organismes dans les nouvelles stations de traitement des eaux usées, finissent par augmenter les déchets plastiques, en effet ces éléments finissent sur les plages puis les océans, car les stations ne les retiennent pas, trop petits !).

Il faudrait plus encore de prévention on le sait depuis longtemps, l'ANSES autorité sanitaire en qui je n'ai pourtant pas une grande confiance à pris conscience des enjeux, un plan national en 2015 encore en cours à ma connaissance, mais depuis, quels résultats ?

On ne sait pas grand chose, les risques sont mal connus et c'est bien parce que les conséquences sont peu visibles que les médias en parlent peu, tant celles néfastes de la présence de ces résidus, et celle tout aussi néfaste du manque de résultats obtenus, sinon quoi on en entendrait parler pour sûr !

Et est-ce que vous en entendez parler ?

Commenter cet article