Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'avenir sera ce qu'on en fera !

Pour un avenir durable et partagé. Parce que je veux croire que l'humain et l'humanité qui en émane pourrait ne pas être un cancer pour la terre et un vampire pour ces congénères. Profondément humaniste, pacifiste, je n'entrevois qu'une solution d'avenir durable et pérenne, en finir avec la destruction systémique de notre écosystème nourricier qu'est la planète. Je prône l'égalité d'importance de toute vie, minérale, végétale, animale, humaine car toute vie est interdépendante des autres. Et rappelons nous, la seule énergie qui n'émet pas de GES est celle qu'on utilise pas ! Le superflue de nos consommations c'est de l'énergie vitale que nous volons à nos enfants et aux leurs !

Industrie, quand le verdissant discours masque la noirceur des intentions.

Publié le 6 Octobre 2018 par Daniel JAGLINE djexreveur in Biodiversité, conviction, Climat, croissance, commerce, Environnement, finance, Information générale, intérêt général, Pollution, politique, Peuple, Questionnement Fondamental, réchauffement climatique, richesse, Social, transition sociétale, transition énergétique

Non le monde industriel n'est pas engagé dans aucune lutte environnementale ni climatique, sauf si cela lui permet prioritairement des profits.

Sans doute cette seule affirmation suffit à résumer je pense la teneur réelle de la situation sociétale dans laquelle nous sommes englués.

Le fait de la tromperie et de la réfutation du discours de façade, publicitaire et médiatique, face à l'(in)action réellement mise en œuvre en pratique, et sa dénonciation ne sont pas nouveaux. On aurait pu penser que suite aux prétendus engagements que l'industrie à pris de concert avec les décideurs politiques lors de la COP21, où leurs présences et leurs influences d'ailleurs d'emblée dénoncées et suspectées par celleux qui ne se laissent pas duper, de manipulations, à juste titre selon moi, ces industriels allaient effectivement réorienter leurs investissements et orientations. Certain·e·s l'on fait mais uniquement dans l'espoir d'un profit rapide, quand l'immense majorité elle reste sur la seule défense de ses intérêts immédiats et renonce donc à tout changement de paradigme. 

C'est là que se joue pourtant, à mon sens, la seule chance réelle de modifier suffisamment en profondeur notre système sociétal, or ses changements là ne sont pas enclenchés. Ils ne le seront pas à moins qu'une pression extrêmement forte des citoyens et consommateurs ne s'exerce, appuyée, accompagnée, favorisée, par des orientations législatives claires et contraignantes, ce qui n'est évidemment pas d'actualité, puisque les politiques sont encore tributaires des grands industriels et de la machine économique qui guide leurs moindres fait et gestes, et la moindre de leurs décisions.

Pour eux le pire avenir envisageable est donc la distorsion de compétitivité face à la concurrence !

Moi je ne vois pas ce qui pourrait faire plus concurrence à leur distorsion de la vérité que la compétitivité qu'il mettent à faire croire qu'il la regarde en face, alors qu'il la nie.

Ce que les industries, surtout les multinationales veulent entraver, ce n'est pas en particulier la lutte contre le réchauffement climatique, mais tout ce qui potentiellement viendrait mettre des freins à leurs expansions et leurs profits, il en va de même pour la destruction de la biodiversité, l'éradication de la pauvreté et de la misère, etc etc  

Commenter cet article