Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'avenir sera ce qu'on en fera !

Pour un avenir durable et partagé. Parce que je veux croire que l'humain et l'humanité qui en émane pourrait ne pas être un cancer pour la terre et un vampire pour ces congénères. Profondément humaniste, pacifiste, je n'entrevois qu'une solution d'avenir durable et pérenne, en finir avec la destruction systémique de notre écosystème nourricier qu'est la planète. Je prône l'égalité d'importance de toute vie, minérale, végétale, animale, humaine car toute vie est interdépendante des autres. Et rappelons nous, la seule énergie qui n'émet pas de GES est celle qu'on utilise pas ! Le superflue de nos consommations c'est de l'énergie vitale que nous volons à nos enfants et aux leurs !

Je hais ce qu'ils font du pays où je suis né ! Exclusions, Violences institutionnelles, autoritarisme et désinformation Étatique.

Publié le 23 Avril 2018 par Daniel JAGLINE djexreveur in conviction, Démocratie, Humanisme, intérêt général, Liberté, Liberté d'expression, politique, Peuple, Questionnement Fondamental, transition sociétale

France, pays des droits de l'homme qu'ils disaient, cela a-t-il jamais été vrai ?

La vrai Histoire n'est pas celle des livres du même nom qui arrangent voir occultent de nombreux faits et en proposent des descriptions et des écritures orientées ce qui ne doit pas être spécifique à notre pays mais que notre pays n'a pas non plus illuminé d'une véracité exemplaire.

Ces récits accommodés ou composés pour embellir l'histoire, l'assaisonner pour ne pas en livrer les noirceurs les plus dévalorisantes ou indicibles ne sont-ils que des faits du passé dû à de nombreuses raisons tolérables et justifiables ?

Que sera-t-il retranscrit de nos actualités, et des choix politiques et autres orientations, quels tons en dominera les traces que les historiens hiérarchiseront ? A moins que ce ne soit les traces numériques les plus visibles sur les premières pages des moteurs de recherches qui détermineront ce qui sera perçu comme l'historique à retenir ?

En tout cas tant du côté de la traduction qui est faite des divers événements que nous avons à vivre ou à voir se réaliser, par les plus grands médias, les observateurs "autorisés", les experts institués et autres commentateurs starisés, un constat s'impose, les œillères ne sont pas tombées, l'instrumentalisation à toujours court, la confusion est entretenue et la partialité érigée en dogme. Comment donc l'Histoire qui en sera restituée pourrait être le reflet de la réalité complexe ?

La tromperie et le mensonge s'institutionnalisent, les prétendus garants de l'authenticité et de la légitimité sont les pires manipulateurs de vérités et d'opinions qu'aient pu connaître le monde de toute son histoire, épaulés et relayés qu'ils sont grâce à des moyens technologiques de propagande, de désinformation et de formatage comme on en a jamais connu. En soit c'est déjà une tragédie, mais le plus grave n'est même pas là, le plus terrifiant c'est que celles et ceux qui parviennent encore à ne pas se soumettre, à garder les yeux ouverts sur les mystifications organisés, sont maintenant ouvertement catalogués, classés comme des éléments subversifs et dangereux, à qui la parole et le droit d'exprimer des avis et volontés opposées n'est qu'à peine toléré, et pour combien de temps encore ?  

La standardisation, la normalisation des idées acceptables prends une voie d'assujettissement des esprits, de droit restreint en terme de revendications politiques, sociales et sociétales, avec le retour du pire dans les formes que peuvent prendre les contraintes et la répression à l'encontre des récalcitrant·e·s. Aux idées discordantes et adverses ont n'oppose plus une argumentation complexe et se voulant démonstrative, non au mieux on les ignore, parfois on les dénigre en les décrédibilisant par tous les moyens fussent-ils déloyales et mensongers, et de plus en plus on les réprime, on les "criminalise", on tente de les anéantir par la violence.

La violence répressive envers les opposant·e·s, dont le caractère dit proportionné ne fait plus illusion et révèle maintenant sa fausseté, n'est plus le dernier recours, elle est devenue une systématisation prédominante, la contestation leur devient insupportable et inacceptable, qui donc alors est pris en otage idéologiquement parlant ?

Il n'y aurait plus qu'un système de pensée qui serait recevable et qui aurait droit de citer, toute opposition se voit qualifiée de prise d'otage par des minorités, une forme de terrorisme idéologique, les mouvements anti loi travail, les postier·e·s, les cheminot·e·s, les précaires, les retraité·e·s, les handicapé·e·s, et maintenant, les étudiant·e·s (1), (2), les exilé·e·s et demandeurs d'asile, bientôt les chômeurs et le reste de employé·e·s du domaine publics savent que non seulement leurs revendications seront identifiées comme des "égoïstes conservatismes idéologiques" mais qu'ils seront rapidement réprimés dans la violence des forces de répression. 

Aux revendications, manifestations, grèves, répondent maintenant, sans même qu'il y ai la moindre provocation, des démonstrations brutales de l'exercice de ce qui est faussement édifié comme du maintien de "l'ordre", quasi systématiquement et le phénomène s'accentue et enfle, matraques, bombes lacrymo, tir tendus de plus en plus réguliers de grenades diverses mortellement dangereuses dans certaines circonstances, et autres instruments de coercition de plus en plus brutaux et violent, voilà où on en est.

Comment en est-on arrivé là, et surtout comment allons nous pouvoir en sortir ?

Le pluralisme des idées est remis en cause fondamentalement, la volonté d'imposer une unicité de pensée prend une forme de plus en plus hégémonique. Les moyens pour y parvenir sont de plus en plus radicaux, et l'on s'étonne qu'en réaction, celles et ceux qui voient et comprennent que ce sont nos droits et libertés fondamentales qui sont minorés de plus en plus, entrent, face à ce constat, dans une résistance de plus en plus farouche  !

La première violence est celle des institutions, mais bien sûr si vous prenez vos repères et vos références de leurs côtés, alors leurs stratagèmes et leurs fausses légitimités vous tromperont au point de vous amener à accepter de penser que votre propre liberté devrait être assujetti à leurs diktats.

Cela vous semble-t-il vraiment recevable ? 

Pourrais-je encore vous partager cela demain ?

Pourrais-je encore vous partager cela demain ?

Commenter cet article