Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'avenir sera ce qu'on en fera !

Pour un avenir durable et partagé. Parce que je veux croire que l'humain et l'humanité qui en émane pourrait ne pas être un cancer pour la terre et un vampire pour ces congénères. Profondément humaniste, pacifiste, je n'entrevois qu'une solution d'avenir durable et pérenne, en finir avec la destruction systémique de notre écosystème nourricier qu'est la planète. Je prône l'égalité d'importance de toute vie, minérale, végétale, animale, humaine car toute vie est interdépendante des autres. Et rappelons nous, la seule énergie qui n'émet pas de GES est celle qu'on utilise pas ! Le superflue de nos consommations c'est de l'énergie vitale que nous volons à nos enfants et aux leurs !

Réduire un humain à un acte condamnable ou la condamnation borgne! Réparatrice et restauratrice, la justice n'a-t-elle pas aussi cet autre but?

Publié le 7 Juin 2017 par Daniel JAGLINE djexreveur in conviction, Démocratie, Humanisme, Information générale, intérêt général, Questionnement Fondamental, Social, transition sociétale

"...parfois le fait de trancher cause autant de dégâts que le litige lui-même."

M. Breton ancien magistrat lyonnais

Commencez à évoquer un regard humain sur l'auteur.e d'un crime ou d'un délit et vous êtes sûr d'être taxé immédiatement de laxisme.

Un délinquant ou un criminel est d'abord et avant tout un être humain, il est, lui aussi, en besoin d'être restauré en tant que tel!

Oui les fautes demandent réparations, mais est-ce là le seul but de la justice?

La condamnation ne doit-elle pas servir aussi une autre finalité, le changement de comportement du ou de la fauti.f.ve dans l'absolu,... à minima la non récidive.

Sortir de l'illusion du tout carcéral, ce n'est pas moi qui le dit, nombres de professionnels de la justice soutiennent ce postulat, ce sujet est un sujet très controversé, mais par delà cette question sur la forme que doit prendre la condamnation, il y a la question de l'atténuation de la souffrance des victimes, de leurs proches, "et" de l'auteur des faits qui n'est pas que l'acte qu'il a commis!

L'aspect prise en compte humain lui même "potentiellement victime" de ce qui l'a amené à ce geste répréhensible et fatal est souvent éclipsé, voir totalement nié, et là je pense bien au delà de ce que l'on considère généralement comme des circonstances atténuantes.

Derrière le criminel ou le délinquant il y a la femme ou l'homme, qui voudrait parfois n'en être jamais arrivé à cela, mais qui pour de multiples raisons n'a pas su ou pu l'éviter, n'avons nous pas tou.te.s nos actes manqués, et des actions que nous aimerions tant n'avoir jamais commissent?

Je trouve donc très positives ces expérimentations, et soutient ce type de regard.

Commenter cet article