Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'avenir sera ce qu'on en fera !

Pour un avenir durable et partagé. Parce que je veux croire que l'humain et l'humanité qui en émane pourrait ne pas être un cancer pour la terre et un vampire pour ces congénères. Profondément humaniste, pacifiste, je n'entrevois qu'une solution d'avenir durable et pérenne, en finir avec la destruction systémique de notre écosystème nourricier qu'est la planète. Je prône l'égalité d'importance de toute vie, minérale, végétale, animale, humaine car toute vie est interdépendante des autres. Et rappelons nous, la seule énergie qui n'émet pas de GES est celle qu'on utilise pas ! Le superflue de nos consommations c'est de l'énergie vitale que nous volons à nos enfants et aux leurs !

Chronique évolutive d'affections longue-durée croissantes, le fond de l'air pollué augmente la contagion.

Publié le 7 Mars 2017 par Daniel JAGLINE djexreveur in Environnement, Humanisme, Information générale, intérêt général, Pollution, Questionnement Fondamental, santé, transition sociétale

Si toutes les pollutions n'augmentent pas, il en certaines qui perdurent et persistent, leurs concentrations locales peuvent à la fois varier en intensité et en durabilité, mais il y a dans certains endroits une constante, comme un climat de fond installé, le cas de Fos-sur-Mer en est une cruelle illustration.

Plus il y a de pollutions, dont les origines sont généralement diverses, même si certaines comme le prouve chaque exemples que l'on pourrait citer sont prédominantes, et ce quelle que soit la spécificité de chaque cas, plus il y de retombées sanitaires, plus ou moins bien comptabilisés et répertoriées.

Certaines maladies ne laissent pas de délais à celles et ceux qu'elles tuent, d'autres prennent le temps et s'installent dans la durée, invalidant à long termes celles et ceux qu'elles touchent.

Ces maladies dites chroniques ne cessent d'augmenter, plus de 10 millions de français en seraient

 

atteints. Chiffre qu'il convient évidemment de prendre avec réserve, comme le rappel l'article précédent, tant les données sont encore parcellaires, Ici par exemple on parle plutôt de 11 millions de personnes à considérer touchées.

Pour que l'OMS, qui a souvent tendance à minimiser certains impacts sanitaires, passe elle aussi au stade de l'alerte, c'est bien que les effets deviennent alarmant et extrêmement préoccupant, les enfants en particuliers, nos enfants, celles et ceux à qui nous léguons cette terre que nous dégradons en subissent donc déjà de graves conséquences.

 

 

Allons nous continuer ainsi ?

N'est-il pas temps de changer nos comportements ?

 

 

 

Commenter cet article