Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'avenir sera ce qu'on en fera !

Pour un avenir durable et partagé. Parce que je veux croire que l'humain et l'humanité qui en émane pourrait ne pas être un cancer pour la terre et un vampire pour ces congénères. Profondément humaniste, pacifiste, je n'entrevois qu'une solution d'avenir durable et pérenne, en finir avec la destruction systémique de notre écosystème nourricier qu'est la planète. Je prône l'égalité d'importance de toute vie, minérale, végétale, animale, humaine car toute vie est interdépendante des autres. Et rappelons nous, la seule énergie qui n'émet pas de GES est celle qu'on utilise pas ! Le superflue de nos consommations c'est de l'énergie vitale que nous volons à nos enfants et aux leurs !

Des audits pour toutes les maudites dettes.

Publié le 13 Janvier 2017 par Daniel JAGLINE djexreveur in conviction, croissance, Démocratie, finance, Information générale, intérêt général, politique, Questionnement Fondamental, Social, transition sociétale

Ce n'est pas un sujet que j'ai beaucoup abordé, sensible évidemment, et tellement à contre-courant qu'il est difficile à appréhender, et surtout à rendre audible.

Si pour "LA" "dette" celle dont on nous rebat les oreilles, celle qui sert de prétexte et d'alibi pour mener une politique globale d'austérité, j'ai depuis quelques temps déjà pris position et relayé le principe d'audits citoyens qui à eu quelques échos, je ne découvre donc pas le "Collectif pour un audit citoyen de la dette publique" qui fait le travail au sujet de ce que j'appellerais la dette extérieure, et dont j'ai déjà parlé et dont je soutiens l'objectif.

Mais il y a au moins un autre type de "dette" que l'on veut faire endosser tout aussi injustement aux citoyens et aux masses salariales, celles qui touchent l'UNEDIC, les caisses de retraites et tout ce qui touche au financement de la protection sociale, et pour celles là, il faut se tourner aussi vers le 'Comité pour l'abolition des dettes illégitimes" CADTM.

Les deux réfléchissent au sujet de toutes ces formes de dettes que l'on veut maintenant nous faire payer, des approches un peu différentes, pour un même objectif, CADTM aborde donc aussi les dettes d'États, mais c'est surtout l'approche de ces derniers au sujet des dettes sociales qui m'a interpellé par son argumentation.

Je ne découvre pas le regard actuel sur la situation, mais par contre le regard historique du retour aux sources, est nouveau pour moi qui méconnais cette histoire, et l'éclairage qu'il apporte ouvre d'autres perspectives. L'inversement des rôles est donc double, l'argent qui devrait être au service de la société, un moyen, un outil, est devenu le maître du jeux, non pas que l'argent en lui même ait le moindre pouvoir, mais parce que des humains avides et pervers en ont détourné l'objectif, d'une part et d'autre part, des institutions, des organisations qui devraient avoir pour objectif de servir l'intérêt général, privilégient des intérêt privés et particuliers.

À ce compte là on ne construit pas une ou des sociétés, on les détruit !

Commenter cet article