Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'avenir sera ce qu'on en fera !

Pour un avenir durable et partagé. Parce que je veux croire que l'humain et l'humanité qui en émane pourrait ne pas être un cancer pour la terre et un vampire pour ces congénères. Profondément humaniste, pacifiste, je n'entrevois qu'une solution d'avenir durable et pérenne, en finir avec la destruction systémique de notre écosystème nourricier qu'est la planète. Je prône l'égalité d'importance de toute vie, minérale, végétale, animale, humaine car toute vie est interdépendante des autres. Et rappelons nous, la seule énergie qui n'émet pas de GES est celle qu'on utilise pas ! Le superflue de nos consommations c'est de l'énergie vitale que nous volons à nos enfants et aux leurs !

Forçage génétique, une modification de l'être vivant de générations en générations, l’irréversibilité contre-nature.

Publié le 16 Décembre 2016 par Daniel JAGLINE djexreveur in Biodiversité, conviction, Environnement, Humanisme, Information générale, intérêt général, Liberté, OGM, Questionnement Fondamental, santé, transition sociétale

Le principe naturel de l'évolution résulte de la nécessaire adaptation que le temps et les changements environnants et intrinsèques génèrent imperceptiblement à vue humaine, mais l'humain n'a pas le temps d'attendre, la nature est trop lente à ses yeux, et surtout ses adaptations ne sont pas celles que ce maître de l'univers en attend comme bénéfices et profits, il lui faut des changements plus rapides et drastiques.

Alors bien sûr vous pouvez me rétorquer que dans certains cas les causes de cette volonté de changements jugés nécessaires et incontournables expliquent et légitiment cette volonté d'actions rapides et radicales, arguments qui pourrait être recevable si, à mon sens, une absolue maîtrise de ces dénaturations et de ses potentielles conséquences étaient garanties! 

L'est-elle ?

Je crois pouvoir affirmer que personne n'en sais rien, et c'est là que fondamentalement je suis enclin à penser que s'abstenir ou en tout faire preuve de moins de précipitation et de plus de recherches et études à long terme, serait très certainement bien plus sage.

L'exemple des moustiques est typiquement de ceux qui peuvent servir cette argumentation des pro-progrès-scientistes, en effet la lutte contre la dissémination de maladies très graves, très répandues, et potentiellement mortelles, ne vaut-elle pas qu'on soit efficace, et, pour leur promoteurs donc, qu'on soit près à toutes les prouesses scientifiques, fussent-elles sans aucun contrôle à long terme. Il l'est tout autant pour celles et ceux qui s'interrogent sur la finalité et les objectifs réels visés par leurs concepteurs et défenseurs.

Il faut donc faire un choix entre choisir de défendre et préserver la biodiversité, une nature adaptative, à son rythme, ou l'adapter nous même, en la forçant, aux besoins humains immédiats et contemporains.

Le choix de la génétique hégémonique est-donc celui fait par des chercheurs et scientifiques qui pensent que là ou il y des gènes mutés, il y a du plaisir reconfiguré. 

Les implications possibles de ce forçage génétique, présentées comme elles le sont dans l'objectif visé, peuvent paraître acceptables, mais elles ne sont pas les seules et peuvent prendre d'autres cibles et d'autres aspirations, auront-elles alors le même caractère d'acceptabilité? Autoriser ce premier cas n'est-il pas ouvrir une boite de Pandore, cette question n'est pas posée que par des opposants, mais par certains acteurs scientifiques participant eu même à l'élaboration de ces mutations.

Il n'est pas besoins de beaucoup forcer le trait, pour envisager de potentielles catastrophes génétiques à plus ou moins longues échéances. Qui peut-dire ce que les évolutions dans une nature faussée, peuvent engendrer comme "mutations" imprévues car imprévisibles?

L'humain apprenti sorcier se meut en prétendant à la divinité créatrice, sans code, ni déontologie, ni modération, ni sagesse, ni humanité!

Commenter cet article