Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'avenir sera ce qu'on en fera !

Pour un avenir durable et partagé. Parce que je veux croire que l'humain et l'humanité qui en émane pourrait ne pas être un cancer pour la terre et un vampire pour ces congénères. Profondément humaniste, pacifiste, je n'entrevois qu'une solution d'avenir durable et pérenne, en finir avec la destruction systémique de notre écosystème nourricier qu'est la planète. Je prône l'égalité d'importance de toute vie, minérale, végétale, animale, humaine car toute vie est interdépendante des autres. Et rappelons nous, la seule énergie qui n'émet pas de GES est celle qu'on utilise pas ! Le superflue de nos consommations c'est de l'énergie vitale que nous volons à nos enfants et aux leurs !

Pourrais-je occulter totalement la COP22, quand la maison continue de brûler et qu'il y en a pour attiser le feu!

Publié le 22 Novembre 2016 par Daniel JAGLINE djexreveur in conviction, Environnement, Energie, GES, gaz de schiste, intérêt général, CO2, Pollution, Questionnement Fondamental, réchauffement climatique, transition énergétique, transition sociétale

On pense déjà à la prochaine étape, tant celle-ci semble n'avoir rien modifié, l'événement le plus important s'est d'ailleurs passé ailleurs, sur un autre continent, qui pourrait dans les quelques années qui viennent pourrait faire défaut, et celles et ceux qui n'y verraient là qu'un retrait symbolique, n'ont sans doute pas bien compris ce qu'était un symbole!

Au titre de ce qui peut-être considéré comme positif, la ratification de 111 pays totalisant 77% des émissions de CO2. Une ratification obtenue le 4 novembre soit 11 mois (quand il avait fallu huit ans au protocole de Kyoto) pour un accord qui même s'il était appliqué totalement ne parviendrait pas au résultat nécessaire pour répondre à ses engagements théoriques puisque ces engagements et les moyens encore hypothétiques qui lui sont alloués sont notoirement insuffisants.

Rappelons aussi que cet accord imparfait, trop tardif, et incomplet, n'est pas contraignant!

Si jamais, comme on peut le craindre, les Etats-Unis trahissent leurs engagements, ce sont près de 18% des émissions qui pourraient ainsi directement ne plus être maîtrisées et diminuées, mais je crains que ce ne soit pire que cela, car les incidences indirectes, comme par exemple l'augmentation de l'exploitation des gaz de schiste que le State vont exporter avec encore plus d'avidité, vont augmenter et non diminuer la part Etat-Unienne d'émissions, c'est en tout cas ce qu'on peut envisager de la politique volontariste de Donald Trump à relancer les exploitations pétrolières et gazières, qui pourrait encourager le Canada voisin à en faire autant avec les sables bitumineux, qui feraient alors une telle addition que les cours resteraient si bas que les autres alternatives peineraient à émerger, le cercle vicieux dans toute sa splendeur.

Il faudrait donc une urgence absolue immédiate et allant au delà des accords déjà signés, voilà ce dont il faut être conscient.

Voilà ce qui n'est toujours pas encore engagé, malgré une COP22 terminée mais toujours aussi lacunaire.

 

 

 

Commenter cet article