Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'avenir sera ce qu'on en fera !

Pour un avenir durable et partagé. Parce que je veux croire que l'humain et l'humanité qui en émane pourrait ne pas être un cancer pour la terre et un vampire pour ces congénères. Profondément humaniste, pacifiste, je n'entrevois qu'une solution d'avenir durable et pérenne, en finir avec la destruction systémique de notre écosystème nourricier qu'est la planète. Je prône l'égalité d'importance de toute vie, minérale, végétale, animale, humaine car toute vie est interdépendante des autres. Et rappelons nous, la seule énergie qui n'émet pas de GES est celle qu'on utilise pas ! Le superflue de nos consommations c'est de l'énergie vitale que nous volons à nos enfants et aux leurs !

L'information impartiale existe-t'elle ? Si c'était le cas y aurait-il des catalogages ? Ne pas se faire manipuler est-il possible ?

Publié le 26 Juillet 2016 par Daniel JAGLINE djexreveur in conviction, conflit d'intérêt, Démocratie, intérêt général, Information générale, Liberté, Liberté d'expression, Questionnement Fondamental, transition sociétale

L'information impartiale existe-t'elle ? Si c'était le cas y aurait-il des catalogages ? Ne pas se faire manipuler est-il possible ?

Là où j'en suis, je réponds non à la première et dernière question du titre, la deuxième répondant en partie à l'évidence de la partialité et des orientations volontairement planifiées qui existent déjà depuis longtemps dans le monde de l'information.

On pourrait penser et espérer que, comme pour certaines autres choses, la situation s'améliore, non seulement il n'en est rien, mais au contraire, la qualité de l'information se dégrade.

Qui en est vraiment conscient ?

Qui s'inscrit vraiment dans une position de méfiance quand à ce qui est affirmé dans la presse traditionnelle, les radios majeures, et surtout les chaines télévisuelles les plus regardées ?

Combien prennent pour argent comptant et vérité non questionnable, ce qu'ils lisent sur leur journal préféré, ou entendent de la voix de leur présentateur attitré ?

Combien tentent de se sourcer sur plusieurs approches différentes et souvent contradictoires ?

Les médias alternatifs n'échappent pas à certaines positions préétablies, qui parfois à leur corps défendant leurs font faire des erreurs de jugement et prendre des travers conduisant là aussi à une partialité soit idéologique, soit simplement pour répondre à sa position sur l'échiquier médiatique.

Quoi que l'on fasse tout ce que nous lirons et entendrons est le résultat de parti-pris, et ceci n'est d'ailleurs pas seulement vrai que dans les médias, ça l'est aussi dans la littérature, chacun faisant alors sont tri en fonction de ses propres à priori ou de ses propres convictions préétablies ou naissantes, selon qu'on cherche véritablement ou non à se remettre en cause et à s'ouvrir à des propositions différentes.

Il est de toute façon très difficile de se remettre en cause et de s'ouvrir à des approches antagonistes, même quand on en a la volonté, je suis bien placé pour le savoir, moi qui rejette régulièrement d'emblée certaines analyses, dès quelles sortent de mon cadre d'acceptation !

Selon nos propres critères nous prenons donc fait et cause pour ce qui généralement nous correspond déjà, nous filtrons ce qui va étayer nos convictions pour rejeter ce qui va les contredire, à ce jeux là pas sûr que nous soyons objectifs !

Si dès le départ il n'y avait pas une réelle volonté d'orientation et de manipulation, et qu'il suffisait donc de se forcer à élargir nos sources, peut-être alors tout ceci ne serait pas trop important, mais la réalité est terrible, le choix de la tromperie et de l'aveuglement est maintenant de mise et avéré, ce qui n'était encore jusqu'à il y peu que positionnement idéologiques connus et donc possible à appréhender et contourner, devient une manipulation préméditée. Il ne s'agit plus seulement que d'essayer d'orienter le lecteur vers un point de vue partial, il s'agit maintenant, de le tromper véritablement, de l'aveugler, de l'empêcher de réfléchir, ce n'est plus du tout la même histoire, et c'est autrement plus dangereux.

Alors bien sur cette volonté n'émane pas des journalistes, enfin pas de tous, mais de leurs maîtres, de leurs patrons, de la ligne éditoriale commanditaire et régulatrice à laquelle ils doivent se soumettre, certains sans aucunes retenues, d'autres contraints et forcés.

Tous n'abdiquent pas face à cette machine infernale de l'information déformée et désinformante et se dégradant de plus en plus, si nous voulons ne pas subir cet aveuglement engagé, il va falloir nous battre aussi pour ce combat là de la relibération de la presse.

Reporters sans frontières, à mené enquête et ce qu'ils constatent est extrêmement grave, nous devons sortir de cet engrenage, faute de quoi, nous subirons de plus en plus de manipulations et d'aveuglement.

Commenter cet article