Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'avenir sera ce qu'on en fera !

Pour un avenir durable et partagé. Parce que je veux croire que l'humain et l'humanité qui en émane pourrait ne pas être un cancer pour la terre et un vampire pour ces congénères. Profondément humaniste, pacifiste, je n'entrevois qu'une solution d'avenir durable et pérenne, en finir avec la destruction systémique de notre écosystème nourricier qu'est la planète. Je prône l'égalité d'importance de toute vie, minérale, végétale, animale, humaine car toute vie est interdépendante des autres. Et rappelons nous, la seule énergie qui n'émet pas de GES est celle qu'on utilise pas ! Le superflue de nos consommations c'est de l'énergie vitale que nous volons à nos enfants et aux leurs !

S'il y a bien une chose qui est transparente, c'est leur volonté de ne rien dévoiler, TAFTA qu'à (aller te faire) voir !

Publié le 17 Février 2016 par Daniel JAGLINE djexreveur in consommation, Démocratie, Information générale, intérêt général, Liberté d'expression, libre échange, Marché transatlantique, Questionnement Fondamental, transition sociétale

Le sujet, s'il n'est pas oublié, ne fait plus vraiment l'actualité, l'a-t-il jamais fait d'ailleurs ?

Il faut dire que pour faire l'actualité, encore faudrait-il qu'il y ait quelque chose à se mettre sous la dent, pour le commenter, ou le critiquer, or que nenni, nada, que dalle, nothing, bernique, nichts, walou, niente, rien du tout, rien ne filtre, car tout est filtré, la loi du silence !

L'opacité est instaurée depuis le début, à croire que ce qu'il auraient souhaités, c'est ni plus ni moins qu'on en entende jamais parler, si ce n'est après la signature et la ratification de ces accords commerciaux.

Seulement voilà un secret est toujours très difficile à garder au moins dans sa totalité, et l'existence d'obscures négociations a fini par être révélée, et depuis diverses tentatives ont germées pour obtenir des explications, des éclaircissements, des informations, à peu près en vain.

La pression exercée, obligea tout de même les instances en causes de nous promettre que c'en serait fini de toutes cette obscurité, de cette omerta.

Le doute était permis, je faisais même partis de celles et ceux qui plus que d'en douter en présumaient d'avance la tromperie, et l'illusion :

S'il y a bien une chose qui est transparente, c'est leur volonté de ne rien dévoiler, TAFTA qu'à (aller te faire) voir !

La transparence tant désirée et réclamée, bien que prétendument accordée, est une parodie de caricature de bluff, la transparence à la mode négociation taftaiennes !

Un trompe-l’œil pour masquer l'essentiel, expression que j'aurais volontiers utilisée moi même pour évoquer ce à quoi nous avons à faire en réalité.

On savait déjà que pour accéder à ces documents, qui sont donc pour le moins sujet à caution, pour ne pas dire en grande partie faux, il faut donc répondre à un ensemble de conditions draconiennes.

Alors, pourraient prétendre certains en proie au doute, qu'est ce qui nous prouve vraiment que ce qu'il y a dans ces textes est aussi inquiétant que cela, puisqu'on ne peut y accéder, et connaître véritablement leur contenu ?

Qui dit, qui prétend, si ce n'est des opposants notoires, des mouvements contestataires partiaux et idéalistes ?

Qui donc, mieux que quelqu'un qui fait parti des heureux (ou pas !) élus pour en témoigner, et lever les doutes éventuels ?

Eh bien, même en ayant eu accès au sein des seins, en ayant porté le regard sur ce qui est présenté comme le révélateur, au point que même en dupliquer ne serait-ce que quelques mots serait condamnable, un sacrilège, une trahison, l'éclaircissement ressemble à la lueur d'une luciole dans un gouffre sans fond !

"Pour rendre le traité encore plus compliqué à déchiffrer, explique Mme Kipping, les parlementaires n’ont pas le droit d’amener avec eux un expert capable d’interpréter le langage hyper technique utilisé dans le texte, qui est de surcroit fourni uniquement en anglais."

"Nous ne pouvons pas nous faire accompagner d’un spécialiste, sous aucune condition, dans la salle de lecture. Ainsi, tout comme le citoyen ordinaire, les experts eux non plus n’ont aucun moyen d’accéder à ces textes secrets. Pour moi, et quoiqu’en disent certains, cela n’est pas synonyme de transparence,"

Katja Kipping, députée allemande

Aller voir ne suffit donc pas, loin s'en faut, pour s'ôter cette sensation d'ombre et de noirceur, une transparence où le degré de translucidité serait proche de zéro.

Pour comprendre il faut aller voir ailleurs, par delà la parodie de clarté que nous proposent ces négociateurs, dont il ne sera jamais assez rappelé, qu'ils n'ont pour beaucoup aucun mandat démocratique représentatif de qui que ce soit, et qui ne souhaitent que deux choses, qu'on les laisse tranquillement noircir notre avenir à l'image de leur obscur dessein, et qu'on aille se faire voir !

Commenter cet article