Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'avenir sera ce qu'on en fera !

Pour un avenir durable et partagé. Parce que je veux croire que l'humain et l'humanité qui en émane pourrait ne pas être un cancer pour la terre et un vampire pour ces congénères. Profondément humaniste, pacifiste, je n'entrevois qu'une solution d'avenir durable et pérenne, en finir avec la destruction systémique de notre écosystème nourricier qu'est la planète. Je prône l'égalité d'importance de toute vie, minérale, végétale, animale, humaine car toute vie est interdépendante des autres. Et rappelons nous, la seule énergie qui n'émet pas de GES est celle qu'on utilise pas ! Le superflue de nos consommations c'est de l'énergie vitale que nous volons à nos enfants et aux leurs !

Le racisme anti-pauvre établit pénalement, ça changerait quoi ? Notre société ne connait plus qu'un seul levier, la répression !

Publié le 1 Août 2015 par Daniel JAGLINE djexreveur in Questionnement Fondamental, Social, Humanisme, transition sociétale, Liberté, pauvreté

Conscient de pouvoir provoquer une ambiguïté par ce titre interprétable, je tiens à dissiper immédiatement toute suspicion possible, il devient tellement courant de se voir maintenant attribuer des pensées inverses à ce qu'on est, et a ce qu'on a voulu dire, que cela en devient sensible.

J’exècre toute forme de racisme, incluant donc le regard condamnant les pauvres, et les attitudes envers eux qui les dénigrent et les avilissent, il n'est donc pas question de laisser ces faits sans réactions, mais la vrai question devrait être : quel type de réponses y apporter ?

J'ai même une approche qui veut aussi ne pas condamner d'emblée et sans rémission quiconque profère des propos ou développe des attitudes que l'on peut qualifier de raciste. Je suis persuadé que le racisme ordinaire ravageur, trouve souvent son origine dans l'ignorance, et la bêtise, et reflète parfois, un positionnement de posture sans réel fondement résolument raciste. En effet combien malgré de telles façades, sont en mesure de côtoyer et même de fréquenter, d'apprécier, de vivre, et de compagnoner et s’entraider, avec des voisins, des connaissances, ou des collègues, pourtant inclus dans l'hémisphère de l'amalgame de leurs rejets de postures.

Ce pseudo racisme ne demande parfois qu'un tout petit coup d'argumentation et d'exemple pour abattre un masque de facilité, et de faux semblant, si l'on n'y prend pas garde on fini sinon par tous se rejeter les uns les autres, le racisme et l'ostracisme prenant des formes bien plus diverses, que celles de l'origine géographique lointaine, du teint de peau, ou de la démonstration ostentatoire d'une appartenance à une communauté des toutes natures, il n'y a pas un racisme mais des racismes, une citation attribuée à Guy Bedos qui conclue laconiquement ce constat par l'allusion suivante : 'Alors si vous êtes une " pauvre jeune femme arabe"' (à laquelle j'ajoute) laide, grosse, lesbienne et handicapée ! Quasiment plus personne ne vous reconnaît le droit d'être !

Le racisme anti pauvre existe, comme le racisme anti riche ! L'un et l'autre sont insupportablement ordinaire et dramatiquement humain.

Alors faut-il légiférer aussi sur ces attitudes, ou faut-il aplanir les différences, diminuer les écarts, resserrer les rangs, rassembler plutôt que diviser ?

Diviser pour mieux régner, n'est-ce pas là ce que l'on est en train de porter au paroxysme dans un but totalement inverse à ce que la plupart d'entre nous voulons en réalité, ce que nous rejetons, ce n'est pas tant l'autre que ce que l'on nous assure à tort généralement qu'il nous enlève, ou dont il nous menacerais soit disant !

Contrairement au discours politique général, l'apport des autres au sens très large du terme apporte à notre pays, et nous apporte en tant qu'individu, comme aux autres, de la richesse, et pas seulement culturelle, nos différences sont l'émulsion normale et nécessaire à une vie sociale riche et éducative.

Sans les autres nous ne sommes rien nous non plus.

Le racisme anti-pauvre établit pénalement, ça changerait quoi ? Notre société ne connait plus qu'un seul levier, la répression !
Commenter cet article