Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'avenir sera ce qu'on en fera !

Pour un avenir durable et partagé. Parce que je veux croire que l'humain et l'humanité qui en émane pourrait ne pas être un cancer pour la terre et un vampire pour ces congénères. Profondément humaniste, pacifiste, je n'entrevois qu'une solution d'avenir durable et pérenne, en finir avec la destruction systémique de notre écosystème nourricier qu'est la planète. Je prône l'égalité d'importance de toute vie, minérale, végétale, animale, humaine car toute vie est interdépendante des autres. Et rappelons nous, la seule énergie qui n'émet pas de GES est celle qu'on utilise pas ! Le superflue de nos consommations c'est de l'énergie vitale que nous volons à nos enfants et aux leurs !

La fragile et constante adaptation sur la planète, sur des temps longs, mise en danger à court terme.

Publié le 17 Janvier 2015 par Daniel JAGLINE djexreveur in Questionnement Fondamental, Environnement, écologie, transition sociétale, Information générale, intérêt général, Humanisme, sécurité alimentaire, réchauffement climatique

Les conditions de vie et l'adaptation des biodiversités, toutes dépendantes de l'évolution climatique n'ont cessées de se modifier, au fil des siècles et millénaires, alternant périodes chaudes et glacières à un rythme que l'humain peut difficilement appréhender.

L'évolution de ces dernières décennies, elle sort de ce principe, son rythme, ne correspond en rien à ce que les changements naturels sont en mesure d'équilibrer, ou de compenser, ce que nous infligeons à la planète en quelques décennies, n'intervenait au pire que sur des centaines d'années.

On peut penser que de toute manière puisque tout est destiné à se transformer, cette modification se traduisant toujours finalement par la disparition, l'extinction des espèces, qui ne savent pas ou n'ont pas le temps de s'adapter, tout cela n'a que peu d'importance pour la nature qui, elle, quoi qu'il arrive mutera et utilisera le milieu pour perpétrer la vie, sous quelque forme que ce soit.

Mais qu'en est-il des humains ?

Voulons nous vraiment précipiter notre potentielle extrême difficulté d'adaptation, voulons nous accélérer les bouleversements climatiques qui eux même, engendrent les effets météorologiques extrêmes, et les conséquences dramatiques sur la biodiversité, les capacités à produire de la nourriture, et à se protéger des catastrophes naturelles induites, que certaines régions subissent déjà ?

Encore une fois ce n'est pas la nature qui va en souffrir le plus, mais ce sont bien les humains qui malgré leur formidable et parfois incroyable capacité d'adaptation, vont être les plus en danger, de nouveaux écosystèmes vont s'enclencher, seulement ceux ci ne nous serons peut-être plus favorables, voir invivables.

Sommes nous à ce point aveuglés, que nous ne nous rendons pas compte que la nature nous est de loin supérieure, que ces soubresauts et ses éclats peuvent nous écraser, nous balayer, nous broyer, nous noyer, nous brûler, et j'en passe, si les rapport du GIEC, les alertes lancées par les écologistes, et certains mouvements qui s'en proclame, ne vous suffisent pas, peut-être que celles de militaires du pentagone, vous ferons réfléchir !

Nous ne pourrons en tout cas pas dire que nous n'étions pas prévenu, seule notre arrogance, notre prétention et notre déni seront en cause.

Près de la moitie des systèmes essentiels à la stabilité de la planète est compromise.

Photo en provenance d'un des articles mis en lien dans ce billet.

Photo en provenance d'un des articles mis en lien dans ce billet.

Commenter cet article