Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'avenir sera ce qu'on en fera !

Pour un avenir durable et partagé. Parce que je veux croire que l'humain et l'humanité qui en émane pourrait ne pas être un cancer pour la terre et un vampire pour ces congénères. Profondément humaniste, pacifiste, je n'entrevois qu'une solution d'avenir durable et pérenne, en finir avec la destruction systémique de notre écosystème nourricier qu'est la planète. Je prône l'égalité d'importance de toute vie, minérale, végétale, animale, humaine car toute vie est interdépendante des autres. Et rappelons nous, la seule énergie qui n'émet pas de GES est celle qu'on utilise pas ! Le superflue de nos consommations c'est de l'énergie vitale que nous volons à nos enfants et aux leurs !

Le brevetage du vivant tourne à l’escroquerie, les semenciers s'approprient et vendent ce que la nature donne.

Publié le 9 Juillet 2014 par Daniel JAGLINE djexreveur in semences, Agriculture, Questionnement Fondamental, partage, Biodiversité, intérêt général, Monsanto

De tout temps les semences originales ont été améliorées, échangées ou vendues, mais sans qu'aucunes d'entres elles ne deviennent la propriété exclusive de qui que ce soit, chacun pouvait faire ses propres mélanges et combinaisons, les résultats qui comportaient un réel intérêts se voyaient plébiscités, et devenaient utilisables et à nouveau modifiables par d'autres et ainsi de suite...

Seulement pour certains il y a beaucoup trop de liberté là dedans, trop de 'libre échange' à la mode partage et solidarité, il faudrait en finir avec ce droit de jouir de ce que la nature donne et de l'amélioration que les humains offraient bénévolement à la postérité et aux générations futures leurs laissant le droit de continuer à travailler sur les semences, à les sélectionner et les modeler à leur gré à leur tour...

Seulement pour certains la transmission désintéressée, ne fait pas les affaires du commerce, et ne cadre pas avec l'idée qu'ils se font de la valorisation tout azimut, au point qu'ils en arrivent à confondre création et usurpation de propriété naturelle.

Que l'on considère brevetable des manipulations réelles, fruits d'une véritable recherche, de manipulations caractéristiques nécessitant des assemblages non naturels, que de simples croisements ne pourraient entraîner, est acceptable, mais lorsqu'il s'agit de ne combiner que des gènes naturels que la nature et le travail préalable de nombreux autres manipulateurs de semences ont exercé, cela devient une forme de vol manifeste, une usurpation inacceptable de droit de préemption.

La course au brevetage des plantes prend une allure d'accaparement de la nature et du patrimoine génétique commun universel. De plus en plus de voies en Europe s'élèvent pour dénoncer cette main-mise que les industriels de la semence voudraient exercer sur les graines, y compris celles qu'ils n'ont fait que récupérer, mais auxquelles ils prétendent ensuite avoir apporté une action relevant d'une simple combinaison comme savaient déjà le faire nos ancêtres.

Les industriels tentent de s'approprier toute la sélection végétale, et ça c'est inacceptable.

Photo en provenance de l'article mis en lien dans ce billet.

Photo en provenance de l'article mis en lien dans ce billet.

Commenter cet article