Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'avenir sera ce qu'on en fera !

Pour un avenir durable et partagé. Parce que je veux croire que l'humain et l'humanité qui en émane pourrait ne pas être un cancer pour la terre et un vampire pour ces congénères. Profondément humaniste, pacifiste, je n'entrevois qu'une solution d'avenir durable et pérenne, en finir avec la destruction systémique de notre écosystème nourricier qu'est la planète. Je prône l'égalité d'importance de toute vie, minérale, végétale, animale, humaine car toute vie est interdépendante des autres. Et rappelons nous, la seule énergie qui n'émet pas de GES est celle qu'on utilise pas ! Le superflue de nos consommations c'est de l'énergie vitale que nous volons à nos enfants et aux leurs !

Les terres rares, ou le talon d’Achille des ENR et autres nouvelles technologies.

Publié le 13 Novembre 2013 par Daniel JAGLINE djexreveur in matières premières, Terres rares, ENR, raréfaction

Je pourfends régulièrement l'utilisation déraisonée de l'énergies produite grâce à des matières fossiles, (auxquelles je joins pour ma part la production nucléaire), pour deux raisons principales, les pollutions qu'elles engendrent, et la raréfaction prochaine prévisible qui devrait nous convaincre de l'urgente nécessité de reconsidérer en profondeur nos consommations énergétiques, cela doit passer d'abord et avant tout par une réduction drastique de nos besoins énergétiques, puis a organiser et opérer un transfert de production de l'énergie par d'autres moyens communément qualifié d'énergie renouvelable ENR, sauf qu'il ne faut pas se leurrer, les techniques et technologies actuelles, ne sont pas en mesure de garantir une production énergétique à la hauteur de nos consommations actuelles, surtout de celles des pays émergents, dont les légitimes besoins explosent.

Certes des progrès constants améliorent les rendements énergétiques de ces moyens de productions, mais ces technologies se heurtent à une terrible équation, celle des besoins de 'terres rares' dans leurs conceptions, et par définitions du stock minime et fini de celles ci.

Ce qui donne encore plus de poids à la priorité des priorité qui devrait s'imposer à l'esprit des décideurs, nous encourager tous à réduire, réduire, et encore réduire nos consommations énergétiques quelles quelles soient.

Cela ne me réjouis pas, même si j'en suis convaincu, et même si je m'y efforce, parvenir à cette réduction induit des formes de sacrifices que je ne suis pas toujours prêt à faire, j'en conviens, mais c'est inéluctable.

De gré ou de force,l'épuisement des ressources va nous obliger à changer nos modes de vies, c'est inévitable, il faut regarder cette vérité en face et cesser cette fuite en avant qui ne peut se terminer que dans le chaos si on ne prend pas cette menace au sérieux.

A moins de concevoir des techniques de récupération et recyclage de la plupart des matières et matériaux, bien plus efficace et efficiente qu'actuellement, nos modes de vies ne peuvent perdurer bien longtemps, et quand bien même nous parvenions à réutiliser la totalité de nos produits en fin de vie, il faut être conscient, que dans la très grande majorité des cas, il y a des pertes en quantité et en qualité, de ces matières réutilisable, ce qui revient à dire que cela ne permettrait à terme qu'à repousser sur un plus ou moins long terme, la fatale échéance.

Il est donc plus que temps de prendre en considération la rareté et l'urgence qu'il y a à en estimer l'importance cruciale et vitale.

Les métaux et plus particulièrement les métaux stratégiques, ne sont pas renouvelables, il a fallu l'histoire entière de l'univers pour les façonner, nous sommes en train de les réduire à néant en quelques décennies.

Les terres rares, ou le talon d’Achille des ENR et autres nouvelles technologies.
Commenter cet article
D
Ils seront nombreux ceux qui tenterons d'aller les chercher tous ces produits que ce soit les terres rares, l'uranium, le charbon, etc à l'exemple du pétrole pour lequel ont est prêt à toutes les folies environnementales, au prix de risques inconcevables, comme les sables bitumineux, comme aller forer dans les grandes profondeurs, comme vouloir extraire en Arctique ou en Antarctique etc.
Tant que le choix ne sera pas fait de reconsidérer nos consommations énergétiques, et les solutions durables pour les créer.
Tant que du profit sera possible, il y en aura à vouloir aller les chercher, n'en doutez pas.
Répondre
G
Parler de ratio R/P (réserves/production) ne veut pas dire grand chose. Le plus important, c'est le moment où la production atteint son maximum et commence à diminuer.

Les ressources les plus faciles à extraire le sont en premier, ensuite c'est plus difficile et cela devient trop cher.

Le déclin du charbon va commencer dans une vingtaine d'années ...

http://energeia.voila.net/fossile/charbon_declin.htm

L'âge du charbon se terminera alors qu'il restera encore du charbon, en veines de 30 cm à 3.000 mètres sous terre. Qui ira les chercher ?

L'âge de pierre s'est terminé, sans épuiser tous les cailloux.
Répondre