Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

OGM, la fin du moratoire sur le maïs Monsanto 810 est demandée.

J'en suis à ma demander ce qu'est un rapporteur public de l'Etat, et dans quel monde vivent ces gens là, ne s'informent-ils donc jamais ? Comment les services de l'Etat n'ont-il pas été en mesure de fournir des informations étayées qui existent pourtant afin de valider les risques connus et expertisés que de nombreuses études ont maintenant révélés.

De telles ignorances auraient à la limite été encore concevables et acceptables lorsque ces autorisations ont été donné en 1998, mais ça c'était avant........, maintenant on sait.

Comment peut-on affirmer encore maintenant que les cultures de semences génétiquement modifiées n'entraînent aucun risques envers l'apiculture, les filières biologiques et conventionnels, comment peut-on ignorer que les autorisations sont caduques, comment peut-on à ce point se rendre aveugle à un nombre de plus en plus important d'alertes, que faudra-t'il donc à ces gens là pour ouvrir les yeux ?

Et dire qu'ils vont aussi bientôt retoquer la loi interdisant la fracturation hydraulique comme ça la France déjà si mal 'environnetalement' parlant va rejoindre le paradis des destructeurs de nature et de vie.

J'imagine déjà les tragiques désillusions et déconvenues qui naîtront bientôt ci et là lorsque les riverains de ces diverses misent en oeuvre de la liberté de creuser et de semer vont découvrir que leurs eaux sont atteintes et impropres à la consommation, que leurs champs sont contaminés et qu'il ne pourront plus vendre le produits de leurs récoltent, que leur air les rendront malades, je les vois déjà implorer le ciel et les dieux, mais il sera trop tard, combien vont voir leur vie ruinée et saccagée, pendant que ces décideurs là bien protégés dans leurs bureaux cossus seront là en toute impunité.

OGM – BIENTÔT LA FIN DU MORATOIRE FRANÇAIS SUR LE MAÏS MON810 ?

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article