Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La propagation des pesticides, c'est aussi dans l'air !

Ce n'est ni plus ni moins que la santé publique qui est en danger, les autorités Françaises sont pourtant parfaitement conscientes des dangers, puisqu'elles sont déjà misent à l'amende par les instances Européennes.

Les taux de résidus de produits phytosanitaires en France dépassent de loin des normes qui pourtant sont insuffisantes aux dires de certains experts et médecins.

La surveillance de ces taux de traces de produits toxiques est bien structurée dans le domaine de l'eau, ce qui ne veut pas dire quelle soit vraiment suffisante, mais comme nous le rappelle l'association 'Agir pour l'environnement', il n'en est pas de même pour ce qui est de la surveillance de ces mêmes taux dans l'air.

Je viens de prendre l'engagement de participer à la campagne qu'ils ont mis en place ici, et je vous invite à y réfléchir.

 

Selon l'adage, 'il vaut mieux prévenir que guérir', voilà bien une vérité que l'on a progressivement évincé de notre société, malgré le 'principe de précaution' dont elle se targue.

Les constats sont accablants, c'est donc toute nos habitudes qu'il faut remettre en questions.

Heureusement une tendance récente se propage et s'intensifie, un peu partout dans le monde, et dans de nombreux domaines, puisque les autorités nationales sont déficientes, ce sont des initiatives plus locales qui sont menées en lieu et place.

Ce sont des communes, des villes, ou des régions, qui lancent des initiatives, et agissent pour la transformation profonde de notre société, et c'est ce qu'on compris de plus en plus d'élus, j'apporte donc mon soutient à l'appel lancé par certains d'entre-eux, qui espèrent nourrir plus encore cette tendance, et l'amplifier :

http://www.reporterre.net/spip.php?article4197

Extrait :

« Il y a urgence : on retrouve des pesticides dans les rivières, dans les nappes souterraines et dans notre nourriture ». C’est par ces mots que Denis Baupin, vice-président de l’Assemblée Nationale, a ouvert la conférence de presse organisée le 27 mars dernier pour présenter le comité des élus en faveur des alternatives aux pesticides. Leur objectif : faire voter des lois qui favorisent la santé humaine et la protection de l’environnement en diminuant l’usage des pesticides et en promouvant le rapport sénatorial « Pesticides, vers le risque zéro » (voir ici).

En effet, comme l’a rappelé Sophie Primas, sénateur UMP, « les pesticides ne sont pas utilisés que par les agriculteurs. Des industriels, des entreprises comme la SNCF en utilisent aussi, ainsi que des particuliers dans leur jardin. Or les risques dus aux pesticides ont longtemps été sous-estimés. » Ces risques concernent différentes pathologies, allant de la baisse de la fertilité masculine (1), aux tumeurs cérébrales (2) en passant par des troubles du système endocrinien (1), régulateur de beaucoup de fonctions dans notre corps (3).

Puisque nous sommes trahi par certains de ceux qui devraient nous représenter, il nous faut agir nous mêmes, en notre âme et conscience, leurs lois ne sont plus là pour nous protéger, mais pour les protéger eux qui veulent nous dominer, et nous asservir, cela ne peut plus durer, il nous faut reprendre le pouvoir sur nos vies, afin d'enrayer cette fuite en avant destructrice, qui condamne nos enfants à survivre sur une planète infectée, dénaturée, polluée.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article