Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

En Chine l'eau est l'enjeu majeure, mais à quel prix ?

La Chine devient le pays vers qui à peu près tout les regards se tournent, et ce qu'on en perçoit, incite souvent à l'effroi.

Il semble que là bas comme ailleurs une prise de conscience se propage en ce qui concerne les impacts environnementaux, et bien que la Chine ai des moyens financiers colossaux, les diverses pollutions, sont d'une telle ampleur, que les générations qui viennent, pourraient bien subir des dommages sanitaires majeurs.

Mais la pollution et la démographie, sont reléguer au second plan à cause du déséquilibre extrême entre le nord et sud en terme de pluviométrie, quand le nord se désertifie, le sud est noyé.

La Chine à donc entreprie de construire trois énormes canaux pour acheminer de l'eau vers les régions déficientes, ces travaux pharaoniques, entrainent des effets majeurs environnementaux et sociétaux :

http://www.novethic.fr/novethic/planete/environnement/eau/chine_ruee_vers_or_bleu/132839.jsp?utm_source=newsletter&utm_medium=Email&utm_content=novethicInfo&newsletter=ok

Extrait :

Un projet pharaonique

Direction le coeur de ces travaux titanesques. Nous sommes à Zhengzhou, en plein centre de la Chine. C’est là que le fleuve Yangtsé marque la limite entre le nord et le sud du pays. Dans un nuage de poussières, des dizaines d’ouvriers travaillent à construire un tunnel étanche de 11 kilomètres de long. L’ouvrage passe trente mètres sous le Yangtsé et amène l’eau d’un affluent, à 500 kilomètres plus au sud, vers Pékin. Un aqueduc d’une vingtaine de mètres de largeur, en grande partie à ciel ouvert, alimentera la capitale. L’ingénieur responsable du projet est un homme pressé. Il ne s’étendra pas sur son ouvrage, simplement pour dire : « Ce que nous faisons est unique au monde. Regardez ces travaux. Et la technologie est 100% chinoise ». Deux autres canaux devraient voir le jour, dont l’un pour amener l’eau du grand lac de l’Ouest à travers les montagnes tibétaines. Un projet pharaonique.

Le premier, parallèle au fameux grand canal construit il y a un siècle et demi, devrait être terminé en 2013. Celui du fleuve jaune en 2014. Un empressement qui inquiète de nombreuses ONG.« Ces travaux se font en dépit de toutes les règles, s’insurge l’avocat d’un groupe de riverains. Au moins 200 000 personnes vont encore être déplacées dans les prochains mois. Le gouvernement promet de les reloger, mais il refuse de payer des expropriations. Nous ne voulons pas être les victimes de ces travaux ».

Retour sur le chantier où la gigantesque foreuse ne s’embarrasse pas de ces considérations. « Le gouvernement a prévu d’indemniser et de reloger tous ces gens. Nous avons un budget pour cela », nous explique-t-on brièvement.Le budget ? Au moins 50 milliards d’euros pour ce seul canal ! Au total, le gouvernement chinois prévoit d’en dépenser dix fois plus dans la construction d’infrastructures et la protection de l’eau. 20 milliards ont déjà été engloutis en 2010. Un ministère de l’eau a même vu le jour. Dirigé par Chen Lei, il vient de publier son premier « livre bleu » dans lequel il préconise que chaque province consacre 10% de ses revenus à la construction de projets d’infrastructures et d’irrigation.

A l'instar de la Chine, la problématique de l'eau va aller grandissante, et je ne croix pas qu'on y soit bien préparé, il serait grand temps d'ouvrir les yeux, de tous les maux, celui là, est bien présent, et ne peut que s'accentuer avec les changements climatiques, le mots d'ordre, qui devrait se propager, au m^me titre que pour la consommation énergétique, est réduisons, réduisons, avant que la pénurie se face cruellement et dramatiquement sentir.

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article