Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Une alimentation qui ne nourrit pas que l'industrie !.

Dans cet article qui va suivre et auquel je fais référence, l'accent est mis sur l'alimentation dans sa tendance industrielle, il me semble que ce regard et le constat qui est fait de la dégradation nutritionnelle du fait des choix et des orientations de l'industrie de l'alimentation, n'est pas seulement vrai que pour celle-ci, et peut également s'élargir à la gestion de l'eau, et j'irais même jusqu'à dire de l'air que nous respirons !.

Ce sont bien les tendances économico-industrielles qui polluent en profondeur tout le rapport que l'on a à tout ces éléments qui nous sont essentiels, mais qui sont pris en otages, qui sont relégués loin dans la liste des priorités de cette machine à produire d'abord et avant tout du profit, et de la dépendance !.

Alors que les sciences et les techniques, avec les industries qui en découlent devraient avoir comme priorité, le service rendu à l'usager, à la personne, ces derniers ne sont plus ressenti que comme des clients, des consommateurs, que l'on cherche à rendre esclaves, à qui l'on ne veut plus prêter qu'un seul regard, une seule fonction, celui du potentiel acheteur.

Et tout les coups sont bons, même s'il ne sont pas permis, pas légaux même parfois, pour que nous devenions des cartes bancaires.

http://www.lemonde.fr/idees/article/2010/12/09/developper-une-politique-en-faveur-d-une-alimentation-durable_1450868_3232.html

Extraits :

"La capacité de la planète à nourrir ses habitants est une des préoccupations majeures récurrentes de l'humanité et qui redevient particulièrement d'actualité. Cependant, le problème ne concerne pas seulement la suffisance en ressources alimentaires, la maîtrise des échanges commerciaux, nous devons concevoir aussi une chaîne alimentaire adaptée à la satisfaction des besoins de l'homme et à la préservation de l'environnement.(....).D'un côté une partie de l'humanité souffre de la faim alors qu'une autre est exposée à une nourriture industrialisée peu adaptée à notre statut génétique de chasseurs cueilleurs. Pourtant nous savons à quel point les relations entre alimentation et santé sont mal gérées de par le monde, compte tenu du développement de l'obésité et la prévalence élevée des maladies (diabète, hypertension, pathologies vasculaires, inflammatoires, certains cancers) qui pourraient être prévenues par une bonne nutrition.(.....).Quand un citoyen entre dans un supermarché, il est confronté à l'omniprésence d'un marketing alimentaire et à des milliers de produits transformés. Dans ces conditions, à moins d'être parfaitement éclairé sur les problèmes nutritionnels et écologiques, le consommateur a peu de chance de constituer un caddy équilibré ni pour sa santé, ni pour la préservation de l'environnement.(....).Sur la qualité même des aliments, on n'expliquera jamais assez que l'industrie alimentaire n'a aucune obligation de résultats en matière de densité nutritionnelle, mais seulement des contraintes en matière de sécurité sanitaire. Nous sommes dans le règne des calories vides, des aliments privés de leur richesse en micronutriments naturels tels qu'on peut les trouver dans les fruits et légumes, des aliments dont le goût est manipulé par les arômes, des produits soutenus par un marketing agressif.(....).Il serait temps de réagir, mais comment lutter contre la lourdeur du système alimentaire dominant. D'abord en incitant l'ensemble des acteurs de la chaîne alimentaire à adopter de meilleures pratiques pour la préservation de la santé comme pour celle de l'environnement. Bien que les consommateurs aient une responsabilité essentielle dans l'avenir de la chaîne alimentaire, il n'est pas normal de les laisser livrer à eux-mêmes et de continuer à les exposer à un environnement alimentaire qui les dépasse et ne leur fournit pas les bienfaits escomptés. Un changement salutaire serait donc de concevoir l'offre alimentaire en fonction des besoins nutritionnels et en particulier de proposer des solutions nutritionnelles intéressantes adaptées à toutes les bourses et aux diverses catégories de la population. On ne peut que souhaiter une telle évolution, une régulation des marchés au service de l'homme.(....).Droit pour tous de disposer des aliments de base indispensables pour bien se porter (des fruits et légumes au pain et produits animaux de qualité) et lutte contre l'alimentation à deux vitesses.

Certes des droits et des devoirs pour les citoyens mais aussi une responsabilité politique évidente dans la mise en place d'une chaîne alimentaire plus proche de l'homme et de la nature, la question alimentaire au cœur des débats citoyens, au centre de nos préoccupations écologiques et humaine.

 Pour beaucoup de politiques, il est de bon ton de répéter qu'il nous faut une agriculture et une industrie agroalimentaire fortes sans aller plus en profondeur dans l'analyse de la situation alimentaire et de ses conséquences sociétales et environnementales. Il serait temps de sortir de ces sentiers battus pour réfléchir à un nouvel avenir alimentaire en organisant par exemple un Grenelle de l'alimentation."

Christian Rémésy est l'auteur du livre L'alimentation durable pour la santé de l'homme et de la planète (Editions Odile Jacob, 2010).

 Christian Rémésy, nutritionniste et directeur de recherche à l'INRA.

  

  

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article