Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La pollinisation est pourtant un enjeu vital, ce devrait même être une cause prioritaire!.

La pollinisation est reconnu, sans conteste, comme l'un des piliers, l'un des fondements, de l'existence durable de la nature.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Pollinisation

http://www.futura-sciences.com/fr/doc/t/developpement-durable/d/la-pollinisation-un-service-ecologique-gratuit_970/c3/221/p1/

Extrait :

La pollinisation est un élément clé de la reproduction sexuée des végétaux supérieurs.

Elle est le mode de fécondation privilégié utilisé par les plantesangiospermes (plantes à fleurs produisant des fruits), et gymnospermes(plantes à graines). Il s’agit du processus de transport d’un grain de pollendepuis l’étamine (organe mâle), jusqu’au pistil (organe femelle) d’une fleur de la même espèce. Bien que la plupart des plantes soient hermaphrodites,la pollinisation est très importante car, de quelque nature qu’elle soit, mais surtout lorsqu’elle est entomophile (effectuée par les insectes), elle permet un meilleur brassage génétique. Celui-ci évite la consanguinité et donc la dégénérescence, permet une plus grande diversité et une résistance accrue des plantes.

pollinisation
Et pourtant, il semblerait, que pour les hommes politiques qui sont en charge de nous représenter au plus haut sommet des instances Européennes, mais qui n'ont aucune conscience de l'extrême importance que revêt cette cause, sont dans l'aveuglement, au point qu'ils laissent s'installer une situation désastreuse, au sein des groupes consultatifs :
Extrait :

"Dans certains pays européens, les abeilles disparaissent à des taux choquants de l’ordre de 20 à 32% par an. Un certain nombre de facteurs sont considérés comme contribuant à ce déclin, y compris l’émergence de nouveaux virus et le changement du climat, mais il y a des indications claires selon lesquelles les pratiques agricoles modernes, en particulier la prédominance de fermes en monocultures et leur dépendance vis-à-vis des pesticides pourraient en être un élément-clé.

 

Les preuves scientifiques semblent indiquer que les changements dans les pratiques fermières pourraient rendre la population apicole vulnérables aux épidémies et aux parasites, augmentant les taux de mortalité, et que les changements dans l’utilisation des pesticides pourraient même être responsables de l’effondrement de colonies d’abeilles entières. Il est urgent de conduire des tests approfondis et un examen de l’utilisation des pesticides – mais au sein de l’Union européenne, l’industrie semble avoir pris le contrôle de ce processus. Les groupes consultatifs responsables de l’élaboration de directives en matière de testage de la toxicité des pesticides sont composés d’ « experts » d’entreprise issus de l’industrie des pesticides."

Il va sans dire que dans de telles conditions, les intérêts qui vont être protégés, ne sont pas ceux des apiculteurs et des abeilles, voici un extrait d'un document au format "pdf", que je joins ensuite.

"La coordination apicole européenne est convaincue qu’un véritable contrôle des impacts de ces pesticides sur les abeilles est d’une importance capitale. Mais lorsque l’organisation, en collaboration avec des représentant de la communauté scientifique, a soulevé la nécessité de changer la procédure d’approbation de ces pesticides, elle a découvert que l’industrie des pesticides avait fait en sorte de placer ses propres employés au sein des groupes de travail d’ « experts » conseillant sur la façon d’évaluer les pesticides.

Il est rapidement devenu apparent que ni la Commission européenne, ni l’EFSA n’avaient un seul expert dans le domaine apicole. La Commission repose normalement en premier lieu sur l’organisation européenne et méditerranéenne pour la protection des plantes (OEPP) en ce qui concerne l’évaluation des impacts des pesticides sur les espèces vivantes. Cette organisation intergouvernementale rassemble des représentants de pays européens, nord-africains et d’Asie de l’ouest et rédige des directives sur le testage des effets des pesticides sur différentes espèces. Les directives sont régulièrement adaptées suivant les découvertes scientifiques.

Afin de comprendre la relation entre les abeilles individuelles et leur colonie, on peut se représenter la colonie comme un animal dont les cellules sont indépendantes et peuvent se déplacer, mais ne pourraient pas survivre toutes seules. Une colonie est un être vivant composé de différents membres, performant chacun différentes tâches : la reine pond les oeufs, les faux-bourdons fertilisent la reine et les femelles travailleuses s’envolent pour rechercher de la nourriture, s’occupent du couvain ou maintiennent la température intérieure de la ruche. Chaque individu a un devoir et la survie de la colonie dépend d’une exécution correcte de ces tâches. La communication parmi les abeilles individuelles est cruciale. Les abeilles sont très sensibles aux différentes odeurs et à d’autres stimuli.

La présence de pesticides neurotoxiques dans la nourriture et l’eau touche toutes les abeilles individuelles de la ruche. De même que leur toxicité directe pour les abeilles et le couvain, les concentrations sublétales de pesticides qui sont actuellement sur le marché affectent le système nerveux des abeilles : elles altèrent leur mémoire et leurs capacités d’apprentissage, handicapent leur sensibilité aux stimuli, entravent la communication et endommagent leur sens de l’orientation. Leur effet sur les abeilles est similaire aux effets de l’alcool sur les humains. Cela affecte la façon dont la colonie peut se défendre contre d’autres facteurs nuisibles.

Cependant, dans le cas précis des abeilles et des colonies d’abeilles, l’OEPP n’a pas non plus d’expert en interne. Elle a donc délégué la tâche de concevoir les directives et leurs mises à jour à un groupe d’experts international et informel nommé International Committee of Plant-Bee Relationship (ICPBR).

http://www.corporateeurope.org/system/files/files/article/futur_des_abeilles_francais.pdf

Une telle situation est inadmissible, de vrais expertises indépendantes doivent pouvoir être menées.

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article