Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Stockage géologique des déchets radioactifs à longue vie, quel débat public ?

Je m'interroge, alors qu'on nous annonce l'ouverture prochaine 'du débat public', sur ce qu'il serait bien possible de débattre !

Une seule solution sur un seul site pour tous les déchets à longue vie les plus dangereux à été retenu, point final.

Débattre de quoi ?

Imaginons un instant que l'opinion publique concertée arrive à la conclusion que cette solution n'est pas acceptable, que ce passerait-il alors ? Elle serait tout de même mise en application !

Puisque c'est la seule solution qui ai été retenu, la seule qui soit en partie préparée, je dis bien en partie, car comme vous allez pouvoir le constater, à la lecture des articles qui vont suivre, le nombre d'incertitudes majeures qui sont encore pour l'heure évidentes, laissent présager d'éventuelles très mauvaises surprises, et un avenir bien incertain, tant sur le plan de la sûreté, que sur celui de la faisabilité, car comme nous le verrons plus loin, là aussi rien n'est sûr !

Avant d'aller plus loin il convient de rétablir deux vérités, d'abord ce choix de l'enfouissement en grande profondeur, n'est pas le seul qui devrait être 'débatu', car là il y a matière à débat, d'autres solutions sont envisageables,  gardons bien cela à l'esprit, ensuite plusieurs sites géologiquement différents devaient être étudiés puis comparés, aujourd'hui le choix c'est Bure, Bure, ou Bure ! Cette formulation, n'est pas de moi, comme vous pourrez le constater si vous allez jusqu'au bout de ce billet, ce que je souhaite bien sur vivement.

a look

http://www.actu-environnement.com/ae/news/dechets-radioactifs-stocakge-geologique-Cigeo-debat-public-commission-particuliere-nomination-17009.php4#xtor=ES-6

Extrait :

Le débat public était prévu par la loi de 2006 relative à la gestion durable des matières et déchets radioactifs. "Ce débat arrive au bon moment, explique Thibaud Labalette, directeur des programmes de l'Andra, maître d'ouvrage du projet, nous avons suffisamment avancé sur le projet pour le présenter au public et dans le même temps, un certain nombre d'options restent ouvertes".

Le centre est conçu pour "stocker l'ensemble des déchets français hautement radioactifs et à durée de vie longue produits par le parc nucléaire actuel, depuis sa création et jusqu'à son démantèlement", précise l'Andra. Après un premier débat public en 2006, le législateur avait retenu "le stockage réversible profond comme solution de référence" et chargé l'Andra "de poursuivre les études et recherches afin de concevoir et d'implanter un centre de stockage profond".

Ce centre se situe à Bure, où la contestation est mise en œuvre, n'hésitez surtout pas à visiter ces deux sites pour de plus amples informations, par le petit bout de la lorgnette :

http://burestop.free.fr/spip/

http://groupes.sortirdunucleaire.org/Bure-Maison-de-resistance

Le précédent article permet en lien d'arriver sur cet autre :

http://www.actu-environnement.com/ae/news/projet-cigeo-stockage-geologique-dechet-radoactif-16047.php4

Extrait :

Enfin, le dossier technique STI a donné lieu à un nouveau challenge pour l'Andra : commencer au plus vite l'essai de creusement par tunnelier de deux galeries perpendiculaires dans le Cox afin de pouvoir intégrer les premiers résultats relatifs à la faisabilité technique de la méthode dans l'esquisse du cigéo soumise au débat public.

Comme exprimé précedemment, on se rend compte que la faisabilité même n'a pas été encore vraiment évalué, mais le pire n'est pas là, loin s'en faut, alors qu'en à parler de reversibilité, là on touche à l'illusionisme, voyons plutôt ce qui apparait :

http://blogs.mediapart.fr/blog/ribouldingue/010812/nucleaire-bure-ils-en-avaient-reve-ils-tombent-de-haut

Extrait :

BURE, leur rêve s’écroule :

La perle de l’IRSN et de son ex-rêve tient en une phrase, somptueuse : « Si de nombreux travaux ont été consacrés à ce jour à la sûreté à long terme d’un stockage géologique de déchets radioactifs, ceux portant sur sa sûreté en phase d’exploitation (ensemble des phases précédant la fermeture définitive de l’installation de stockage) sont beaucoup moins nombreux. »

Faut-il vraiment traduction ? Depuis vingt ans, depuis les années 1991 (loi Bataille)/1993 (nomination de sites d’enfouissement), IRSN et consorts (ASN, CNE, OPECST, OCDE, AIEA…) ont attiré le regard des riverains - populations et élus - sur le long terme, le très long terme (100 000 ans) au détriment de ce qui devrait, au contraire, préoccuper fondamentalement les locaux et les décideurs, l’ensemble des risques dès l’arrivage des premiers fûts de déchets radioactifs à Bure. Le « plus tard » inquiétant beaucoup moins que l’immédiat, bien que peu connue du grand public cette ficelle est exploitée par tout communicant désirant faire sauter un verrou, un refus (la notion mise en avant de « réversibilité » d’un enfouissement procède par exemple de la même démarche psychologique).

Curieux, que l’IRSN se livre ainsi, aujourd’hui ? En réalité, c’est là conclusion logique d’un piège qui avait diaboliquement bien fonctionné jusqu’à ce que… jusqu’à ce que, voici quelques mois, le chercheur Bertrand THUILLIER analyse un copieux dossier technique de l’ANDRA et en tire une étude magistrale, rendue publique depuis, sur la somme de risques majeurs et immédiats attendus dès la mise en exploitation de l’enfouissement à Bure *, si le projet allait à terme. Après une telle bombe, l’IRSN ne pouvait qu’évoquer le sujet à son tour, sous peine de perdre le reliquat de crédibilité que pourrait avoir encore l’institut dans le dossier BURE.

Je vous encourage vivement à ouvrir les deux liens proposés en fin d'article au sujet des interventions du chercheur Bertrand Thuillier.

Et je vous encourage également à visionner cette série de vidéo réalisée lors de la conférence de Bernard THUILLIER à LIGNY-EN-BARROIS le 13/06/2012 dont voici la première vidéo :

 

 

S'informer c'est se protéger, et protéger ses enfants et l'avenir des leurs de générations en générations.

 

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article