Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Sécurité nucléaire : on s'organise pour ne rien trouver qui dérange !

On commencent à voir poindre les orientations des audits annoncés, et comme on pouvait le craindre, pour ce qui est d'une réelle volonté de transparence, on repassera !

Première dénaturation de la vérité, la France se démarque déjà de ce que l'Europe annonce, et fait pression, pour ne pas perdre la main sur le choix des tests et de qui fera ces tests, tiens dont !

http://www.actu-environnement.com/ae/news/nkm-audit-centrales-nucleaires-francaises-12255.php4

Extrait : 

De plus, le"Haut comité pour la transparence et l'information sur la sécurité nucléaire (HCTISN), instance indépendante rassemblant l'ensemble des parties prenantes"a été saisi,"afin qu'il puisse veiller à la bonne information du public tout au long du processus."Quant aux commissions locales d'information(CLI), créées autour de chaque installation nucléaire, elles"seront également tenues informées."

Enfin, selon Nathalie Kosciusko-Morizet, "cette initiative nationale s'inscrit dans une démarche européenne", validée par les chefs d'Etat et de gouvernement lors du Conseil européen des 24 et 25 mars. L'objectif est "que le groupe des régulateurs européens dans le domaine de la sûreté nucléaire (ENSREG) et la Commission européenne établissent le plus rapidement possible un cadre coordonné pour le contrôle des 143 réacteurs de l'Union européenne, le contrôle étant assuré par les autorités de sûreté nucléaire nationales et dans le cadre d'une évaluation par les pairs."

Cette affirmation :" "cette initiative nationale s'inscrit dans une démarche européenne", validée par les chefs d'Etat et de gouvernement lors du Conseil européen des 24 et 25 mars ", est déjà une interprétation pour le moins osée, en effet les accords entre les chefs d'Etats semblent au contraire laisser planer un grand nombre d'incertitudes, notamment en ce qui concerne la question de l'encadrement de ces tets et de savoir qui les réalisent :

http://www.actu-environnement.com/ae/news/tests-nuclaire-europe-france-conseil-12245.php4

Extrait :

Les conclusions du Conseil prévoient"une évaluation globale et transparente des risques et de la sûreté", qui doit être réalisée"à la lumière des enseignements tirés de l'accident qui s'est produit au Japon."Quant aux critères qui seront retenus, le Conseil ne donne aucun détail et précise simplement que"les normes les plus élevées en matière de sûreté nucléaire devraient être appliquées et améliorées en permanence au sein de l'UE." À la fin de l'année, la Commission européenne devrait soumettre au Conseil un premier rapport compilant les résultats des tests.

Afin de rédiger le cahier des charges des"tests de résistance", la Commission européenne et le Groupe des régulateurs européens dans le domaine de la sûreté nucléaire (ENSREG)"sont invités à définir le plus rapidement possible l'étendue et les modalités de ces tests."Ce travail se fera par ailleurs"avec la participation pleine et entière des États membres."

Cet accord à minima traduit les désaccords entre les Etats membres. Si le commissaire européen à l'énergie, Günther Oettinger, aimerait que les tests tiennent compte de l'age des réacteurs, la France et l'Angleterre estiment que cet élément n'est pas essentiel. Pour Nicolas Sarkozy, la principale leçon à tirer de la catastrophe japonaise est "la lutte contre les tsunamis", rapporte l'AFP.

Autorités nationales ou équipe internationale ?

S'agissant de la réalisation des tests, le Conseil propose de les confier à"des autorités nationales indépendantes."La Commission européenne souhaiterait pour sa part que soit constituée une équipe réunissant des spécialistes de différents pays. Cependant, cette proposition n'est pas du goût de la France et de certains états, tels que l'Angleterre, qui souhaitent que les centrales soient auditées uniquement par les autorités nationales de sûreté nucléaire. Toutefois, la France semble disposée à assouplir sa position en acceptant la présence d'observateurs étrangers.

Quant à l'impact qu'auront ces tests, l'Allemagne (17 réacteurs), l'Espagne (8 réacteurs) et la France, (58 réacteurs) ont indiqué qu'ils fermeraient ceux qui ne satisferaient pas aux tests. "Si une centrale, et je parle pour la France, ne passait pas ces tests, elle serait fermée", a indiqué Nicolas Sarkozy à l'issu du Conseil.

La France ne souhaite donc pas tenir compte de l'age des installations, ben voyons !

On fait comme si tout était neuf c'est ça !

Et la France ne veux pas d'autorités nationales ou internationales indépendante, quelle surprise !

On va donc faire auditer les centrales par ceux qui les audits déjà, nous voilà avancé, on nous prend vraiment pour des ânes !

A propos, l'ASN vient de présenter son rapport annuel sur la sûreté nucléaire :

http://www.actu-environnement.com/ae/news/nucleaire-etat-centrales-exploitation-maintenance-12262.php4#xtor=EPR-1

Extrait :

En 2010, l'ASN a réalisé 491 inspections dans les centrales nucléaires en exploitation en France. Au cours de ses inspections, l'autorité a relevé des défaillances dans l'entretien et la maintenance des centrales. Elle relève des écarts importants dans la gestion de la sûreté et de la radioprotection selon les sites.

Parmi les bons élèves : Bugey, Penly et Tricastin. Les bonnets d'ânes sont Saint-Alban (rigueur d'exploitation insuffisante), Chinon (rigueur d'exploitation insuffisante entraînant un nombre conséquent d'événements significatifs) et Chooz (en matière de protection de l'environnement).

Ainsi, en 2010, 622 événements significatifs ont été déclarés au titre de la sûreté, 90 au titre de la radioprotection et 100 au titre de la protection de l'environnement. Au total, 717 événements ont été classés sur l'échelle de l'INES, ce qui place 2010 ''dans la continuité des années précédentes''.

''La préparation des interventions d'exploitation reste un point faible'', relève l'ASN. ''La surveillance de la salle de commande doit être améliorée afin de pouvoir détecter dans les plus brefs délais tout dysfonctionnement''. Défaut de communication, mauvaise communication, rigueur et contrôles insuffisants sont relevés dans les opérations d'exploitation. La conduite en période d'arrêts des réacteurs est marquée par des insuffisances, notamment au niveau des effectifs.(...)

En 2009, l'ASN avait interpellé EDF sur la régression observée dans la protection de l'environnement. L'entreprise a relancé une dynamique mais qui n'a pas encore porté ses fruits. De nombreux écarts ont été constaté sur site en 2010 (rejets de fluides frigorigènes dans l'atmosphère…).

L'ASN se dit également préoccupée par certaines opérations de gestion de déchets et de démantèlement (Brennilis, installations du CEA) et devrait proposer prochainement au gouvernement un décret de démantèlement partiel.

Ah la communication ! : "l'année 2010 dans la continuité des années précédentes", ils ont juste oublié de la qualifier comme il se doit, en réalité une vrai transparence donne ceci, "dans la continuité ascendante des années précédentes" :

http://www.europe1.fr/France/En-France-les-incidents-nucleaires-en-hausse-455587/

Extrait :

La maintenance des centrales nucléaires est un des points noirs : à trois reprises en l'espace de deux ans, des barres de combustibles sont restées accrochées pendant le déchargement et sont restées ainsi suspendues pendant des semaines au sein de la centrale avant que l'incident puisse être réglé.

Le vieillissement des centrales nucléaires françaises est aussi un facteur aggravant : sur les sites les plus anciens, entre 2008 et 2009, le nombre d'incidents recensés a doublé.

L'Etat Français compte donc confier à l'ASN la vérification "orienté" des centrales et installations nucléaires en France, je note aussi autre chose, la notion de risque terroriste semble ne plus apparaître dans la liste des points qui seront vérifiés, et pourtant rappelez vous ! :

a look

Qui sera volontaire ?, cette première réponse sera déjà révélatrice !  

Or revenons sur l'annonce de "NKM" :

le Premier ministre a demandé un audit en cinq points : "les risques d'inondation, de séisme, de perte des alimentations électriques et de perte du refroidissement ainsi que la gestion opérationnelle des situations accidentelles."

Pouf ! Envolés les risques de natures terroristes, est-ce que les éventuels crash d'avions seront considérés dans le classement "situations accidentelles", qu'en pensez-vous, moi je vois bien une réponse du genre la probabilité est trop infime pour être prise en compte, tout comme était trop infime la probabilité d'un tsunami avec une vague de plus de vingt mètres,...... et pourtant !



Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article