Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Raréfaction de l'eau, la tendance est inquiétante même en France.

Comme pour tout ce que nous consommons, les besoins en eaux vont croissant, et pire scénario envisageable, quand il faudrait que chacun réfléchise aux solutions pour réduire sa consommation, il se trouve que de nouveaux consommateurs apparaissent, ou tout au moins pour l'instant, voudraient se voir autoriser à utiliser de l'eau pour les cultures quand ils n'en consommaient pas avant.

Quels intérêt va-t'on privilégier ?

a look

http://www.fenetreeurope.com/php/page.php?section=actu&id=20516

La tendance est donc bien généralisée, je vous encourage à ouvrir le lien du doc "pdf", sur le site suivant, il résume bien la situation en France :

http://www.sourcews.fr/etat-nappes-eau-souterraine_9ff34

Extrait :

Résumé de la situation Situation du niveau des nappes Le niveau des nappes au 1er mars 2011 est hétérogène d'une région à l'autre. Environ 56% des réservoirs affichent un niveau infé rieur à la normale.

Lorsque l'on envisage la problématique de l'eau, il y a un aspect que l'on oublie parfois, mais qui est d'une importance capitale, c'est le rapport de la forêt à l'eau :

http://www.fasozine.com/index.php/societe/societe/5721-le-role-fondamental-des-forets-pour-une-eau-de-bonne-qualite

Extrait :

"Les forêts font partie des infrastructures naturelles de tout pays et sont essentielles au cycle de l'eau", a souligné Eduardo Rojas-Briales, Sous-Directeur général du Département des forêts de la FAO."Elles réduisent les effets des inondations, préviennent l'érosion du sol, régulent le niveau de la nappe phréatique et assurent à la population, aux industries et à l'agriculture une alimentation en eau de bonne qualité". Il s'exprimait à la veille de la Journée mondiale de l'eau qui sera célébrée le 22 mars 2011.

Les conséquences de cette raréfaction de l'eau en l'état actuelle, et surtout si elle s'amplifie, sont déjà inquiétantes, alors quand serait-il si en plus on en venait à l'utiliser à d'autres fin que celles qui déjà vont devoir se restreindre très probablement !

Et pourtant, voilà ce qui se trame :

http://www.midilibre.com/articles/2011/03/24/A-LA-UNE-Faudra-t-il-arroser-la-vigne-pour-faire-du-vin-1573633.php5

Extrait :

Arroser d’eau la vigne, avec de l’eau du Rhône, pour que les vignerons puissent continuer à faire du vin dans le Midi... En Languedoc-Roussillon, le sujet fait débat entre ceux qui y sont favorables, notamment la Fédération régionale des syndicats d’exploitants agricoles, et des écolos farouchement opposés à une irrigation systématique.

Entre eux, le clivage s’accentue. Au point que le sujet s’est invité dans la campagne pour les élections cantonales. La semaine dernière, lors d’une réunion de candidats Europe Écologies - Les Verts à Jacou, près de Montpellier, le sujet a été évoqué, 
alors que le thème de la soirée débat s’y prêtait : la gestion de l’eau à Montpellier. « Faire venir de l’eau du Rhône pour irriguer les vignes, ça n’a aucun sens. Nous sommes contre », a insisté le Vert Jean-Louis Roumégas.


En toile de fond, le projet du conseil régional du Languedoc-Roussillon. La Région veut justement fournir l’eau du Rhône à l’agriculture, grâce à Aqua Domitia, un aqueduc dont elle déroule chantier. « Depuis dix ans, le Languedoc-Roussillon connaît chaque année des épisodes de sécheresse qui font baisser les rendements et pèsent sur la qualité des raisins et des vins », justifiait la collectivité en janvier dernier dans le deuxième numéro de sa publication L’Accent du Sud.

Je comprend les vignerons, je comprend que leur cultures sont en jeux, je comprend que leur métier est peut-être même en jeux, mais face aux besoins de la collectivité dans son ensemble, que faut-il privilégier ?

Est-ce que la réponse ne s'impose pas d'elle même, je sais c'est terrible, mais le climat va changer les possibilités, et l'adaptation nécessaire, va demander de réduire, et pas d'augmenter la pression sur les resources naturelles, l'eau est une ressource naturelle, sans doute celle à laquelle il va falloir porter la plus grande attention, car elle est vitale, elle va se raréfier, certaines cultures ne vont plus être possibles, ou vont devoir se déplacer géographiquement.

L'irrigation est un fléau, il faudrait pouvoir l'endiguer, et là on voudrait l'étendre, ça n'a pas de sens, ce n'est pas viable, il faudra bien s'en convaincre, de toute façon la nature nous en convaincra !

 

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article