Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Quand les assureurs appellent à davantage d'action pour freiner le réchauffement climatique

Il y a peu je soulevais une question du même ordre au sujet du nucléaire en m'interrogeant sur se qu'il pourrait advenir si les industriels devaient véritablement "assurer" les centrales nucléaires, à hauteur des risques réels.

La question des assurances va devenir un casse-tête dans les décennies qui viennent, à plus d'un titre.

Les assureurs ou réassureurs, comme sont qualifiés les services dont il est question dans l'article qui va suivre, (j'avoue ne pas connaître les différences entre ces deux dénominations) ne peuvent rembourser qu'une partie des sommes qu'ils ont au préalable engrangé, c'est aussi simple que ça, aussi n'assurent-ils en théorie tout au moins que des risques évalués, dimensionnés, quantifiés, seulement voilà dans certains domaines, cette quantification tourne à la gageure, le nucléaire en est la parfaite illustration, mais que dire du réchauffement climatique, et c'est bien pour cela que la question va devenir cruciale, les dégats matérielles et humains que causent les diverses catastrophes météorologiques ou climatiques, vont croissant, les coûts deviennent exhorbitant, au point qu'il n'est besoin d'être devin, pour imaginer, que bientôt les capacités de prises en charge des assureurs seront largement insuffisantes, à moins de voir les coûts des assurances prendres de telles envolées que peu pourront se garantir.

L'avenir est sombre de ce côté là aussi :

http://www.goodplanet.info/Contenu/Depeche/La-hausse-des-catastrophes-climatiques-affecte-d-abord-l-Amerique-du-Nord?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+Goodplanetinfo+%28Les+D%C3%A9p%C3%AAches+GoodPlanet.info+%29

Extrait :

Le nombre de catastrophes climatiques a presque quintuplé en Amérique du Nord sur les trois dernières décennies, alors qu'il a été multiplié par 4 en Asie, par 2,5 en Afrique, par 2 en Europe et par 1,5 en Amérique du Sud.

En termes de dommages financiers, les tempêtes sont les plus coûteuses pour les assurances, notamment parce que c'est un risque particulièrement couvert.

"Selon toutes probabilités, nous devons voir dans ces données une première preuve de l'impact du changement climatique sur nos chiffres de dommages aux Etats-Unis", estime le responsable de l'unité de recherche sur les risques géographiques de Munich Re, Peter Höppe, cité dans un communiqué.

Le réchauffement climatique induit par les activités humaines accentue particulièrement la formation de vagues de chaleur, de sécheresses ou d'intenses précipitations et probablement aussi l'intensité des cyclones.

En outre, l'augmentation de la population, l'essor des zones habitées et la valeur croissante des biens détenus, notamment dans les régions à risque, accroissent encore le coût pour les assureurs, relève Munich Re, qui appelle à davantage d'action pour freiner le réchauffement climatique.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article