Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Quand l'écologie entre en conflit avec le patrimoine !.

Ma première réaction à la lecture de cet article, à été instantanément de me sentir plutôt enclin à comprendre la position des défenseurs des moulins, et de prendre fait et cause pour eux, on dit ordinairement que la première impression est souvent la bonne !, cet adage populaire ne fait pas long feux face à l'expérience, nombres de mes premières impressions, se sont révélés remises en question plus tard, et ou contredites tout aussi souvent que l'inverse, je n'ai pas de statistique précise, mais grosso-modo, cela doit bien faire 50/50.

Quand on commence à y adjoindre la réflexion, et la prise d'information, l'impression première, peut se voir ébranlée, et c'est bien la cas dans cette affaire.

J'aime les moulins, j'aime le patrimoine, la vieille pierre, mais cela n'enlève rien au fait que ces ouvrages humains ont inévitablement un impact non négligeable sur ce qui est législativement  appelé : "continuité écologique des rivières", dont les règles ont été établies au niveau Européen, dans la "Directive Cadre sur l'Eau 2000/60/CE du 23/10/2000", que les Ministères Français doivent prendre en référence.

Voici au format "pdf" La circulaire de mise en oeuvre du plan national de restauration de la continuitéécologique des cours d'eau du 25 janvier 2010.

http://www.sagehuisne.org/IMG/pdf/Circulaire_Plan_Restauration_Continuite_Ecologique_25janvier2010.pdf

Je ne maîtrise évidemment pas tout les tenant et les aboutissant de ce que cela entraînerait vraiment comme incidence sur les ouvrages tel que les moulins à eaux, mais ce qui est sur, c'est que cela semble soulever l'indignation et l'incompréhension de leurs défenseurs :

http://www.ddmagazine.com/201011172033/Actualites-du-developpement-durable/Ecologie-biodiversite-rechauffement-c-est-la-faute-des-moulins.html

Extrait :

Écologie, biodiversité, réchauffement : c'est la faute des moulins

ÉCRIT PAR YVES HEUILLARD  LE 17 NOVEMBRE 2010

Moulin de Marcilhac sur Célé

Selon la Fédération Française des Associations de sauvegarde des Moulins une interprétation "tendancieuse" de la directive européenne sur l'eau (DCE 2000) par les services de l'État a engendré une circulaire ministérielle qui vise à rétablir la continuité écologique des rivières.  Cette continuité nécessiterait donc la suppression d'un maximum de seuils ou chaussées de moulins, présentés comme la cause principale de dysfonctionnements hydrauliques empêchant d'atteindre le bon état des masses d'eaux superficielles en 2015. [ci-dessus seuil du moulin de Marcilhac-sur-Célé. Photo ddmagazine] 

 Il s'imposera à nos lecteurs que les pollutions agricoles et industrielles, les rejets d'assainissements publics et privés, le refroissement des centrales nucléaires, les drainages, captages et détournements de toutes sortes, l'imperméabilisation et le lessivage des sols ne sont en rien responsables des problèmes de qualité des eaux superficielles. Les responsables, ce sont bien évidemment les moulins et c'est par là qu'il faut commencer.  

 


   

  

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article