Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Quand certaines sociétés industrielles veulent "marchandiser" le vivant

interrogation2

 

Contrôlez le pétrole et vous contrôlez les nations; contrôlez la nourriture et vous contrôlez la population »

Henry Kissinger

 

Voila un regard porté sur l'existence, qui peut paraître réducteur, caricatural, et simpliste, mais à y regarder de plus près, il y a de quoi s'interroger sérieusement.

 

Le temps a passé depuis que ces paroles ont été dites, et pour ce qui est du pétrole, nous savons tous maintenant qu'il a peu d'avenir, mais le contrôle s'opère aussi par le biais des autres sources d'énergies existantes ou à venir. 

 

Mais la nourriture alors ! ?.

 

Elle a d'abord appartenu à tout être humain en mesure de cueillir , chasser, pêcher. 

Puis ensuite l'humain à appris à  cultiver, et rapidement le fruit de ses cueillettes, ses chasses, ses pêches, et de ses cultures est devenu un moyen d'échange, une "valeur".

 

Depuis quelques décennies, le système marchand a entrainé un changement en profondeur, alors que de toute part auparavant, la culture était "vivrière" (seul les excédents, servaient de monnaie d'échange), maintenant, la "mondialisation",  a entraîne, induit des systèmes de mono-culture souvent voués à l'exportation.

Partout les petits agriculteurs, disparaissent au profit de grandes, d'immenses exploitations, les industriels ont une responsabilité importante en ce qui concerne ces changements, mais ils ne sont pas les seuls, en effet dans bon nombre de pays, les gouvernements eux-mêmes, ont pris des mesures d'incitations, parfois d'obligations, afin de faire du "commerce".

 

Cet état de fait, est à lui seul une catastrophe, sur le plan alimentaire d'abord, car il détruit partout l'autosuffisance, et l'indépendance alimentaire, et sur le plan économique ensuite, car beaucoup de ceux qui se nourrissaient eux-même, sont amenés à devoir acheter leurs subsistance.

 

Loin de régler le problème majeur du manque que nourriture déjà existant dans certains pays, il participe à l'appauvrissement des terres, et des hommes.

 

Aussi détestable, que soit déjà cette situation, nous pourrions y porter un regard fataliste !......, sauf que cette situation, n'est ni fortuite, ni inévitable, elle est au contraire désirée, et favorisée.

Mais pourquoi me direz-vous ?.

Mais parce que cela favorise le commerce !.

 

Tout doit se vendre et s'acheter, voilà le credo du système capitalo-boursier en dominance actuellement.

 

Ce ne serait peut-être pas trop grave, si tout ceci se passait dans une société, un monde, de partage, .....mais cela se passe dans une société, un monde, de profit, et ça ça change tout !. 

 

Et à ce jeux là, il en est certains, qui ont dû s'inspirer des propos d'Henry KISSINGER,

parmi d'autres, il y a quelques sociétés de produits "agro-alimentaires", on les appele aussi "les semenciers", je ne citerai pas de nom.

 

Non content, de s'approprier des richesses en déposant des demandes de "brevets" pour des sois-disants "créations", de nouvelles semences génétiquement modifiées OGM-PGM,  voilà qu'ils veulent aussi s'accaparer et prétendre être créateur de "viande" !!!!

Non non, vous n'avez pas lu de travers, j'ai bien écrit "viande"..... ceci dit sans même considérer, cette nouvelle "usurpation", leurs intentions précédentes, étaient à elles seules suffisantes pour motiver ma désapprobation, et ma volonté de dénonciation.

 

Je suis déjà du combat contre 'l'appropriation", car je considère qu'il y a une usurpation, savez-vous que ces mêmes sociétés, déposent des brevets pour des plantes, des compositions, ou des préparations, qui sont déjà utilisées depuis des lustres par des "minoritées ethniques", des "indigènes" à qui ils volent leurs "découvertes" ?.

 

Je vous propose donc de vous intérêsser, à cette nouvelle accablante, et à vous positionner face à de tel agissements.

 

a look   

http://www.no-patents-on-seeds.org/index.php?option=com_content&task=view&id=93&Itemid=56

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article