Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pourquoi je ne vais pas signer "maintenant" la "charte" du réseau "Sortir du nucléaire" (suite).

J'ai exprimé mon questionnement dans un précédent article, que voici :

Pourquoi je ne vais pas signer "maintenant" la "charte" du réseau "Sortir du nucléaire"

J'ai depuis reçu une réponse de Philippe Brousse qui à la première question au sujet de la possible explosion spontanée, il me proposait de me tourner vers Paulette Anger, de l'association "Le Crilan", qui alerte et informe depuis de nombreuses années sur tout ce qui concerne et entoure l'énergie nucléaire à la "Hague", voici la réponse du "Crilan" :

 Bonjour, 


Il ne s'agit pas d'interprétation exagérée ou mensongère mais il faut distinguer l'usine de retraitement d'AREVA-La-HAGUE et le centre de stockage Manche (CSM-ANDRA) qui le jouxte. 
Ce dernier , saturé, est fermé  malgré nos recours en justice depuis 1996. L'article de Ouest-France le  concerne. Pour comprendre la situation, reportez-vous à notre site,www.crilan.fr, rubrique CSM ou à l'article du N° 43  page 7 de notre journal joint. 
L'intervention de C.Kernaonet ciblait les fûts de ce site dans lesquels il craint un accident de criticité. Il est intervenu plusieurs fois soutenu par les associations, mais sans que l'ASN et l'ANDRA ne veuillent y porter remède.
A l'usine AREVA de retraitement, les deux points éventuellement les plus chauds sont :
- les quatre piscines d'entreposage de combustibles irradiés, dans des hangars,  avant retraitement. Mycle Schneider de Wise à dans une étude pour l'Union européenne sorti au moment du 11 septembre 2001 estimait que la chute d'un avion gros porteur sur l'une d'entre elles libérerait 60 fois ce que Tchernobyl avait libéré en césium.
- Le stockage souterrain de plusieurs  dizaines tonnes de plutonium, vieux de plus de 5 ans, non moxable, dans de petits conteneurs d'environ 2,9 kg pour éviter la masse critique, protégé militairement.
Mais d'autres endroits posent problèmes : ainsi le 6 janvier 1981, un atelier de stockage contenant du graphite a brûlé et le nuage radioactif s'est dispersé en panache entre les Pieux et Valognes..
Le 15 avril 1980, on a frôlé l'accident majeur aux cuves de stockage des produits de fission
Cordialement, 
P. ANGER pour le CRILAN
En lien avec ce courriel, j'avais un doc "pdf" très informatif, que je ne parviens pas a insérer ici, et c'est dommage, c'est une copie de l'article 43 de la rubrique CSM dont me fait part le Crilan dans sa réponse ci-dessus, il est donc possible de le trouver en passant par le site du Crilan que voici :
 Par contre aucune réponse aux deux autres questions posées :
1- quelles solutions si pas d'enfouissement des déchets ?
2- Pourquoi ne pas revendre l'énergie trop produite, quand bien même le nucléaire à sa grande part de production, c'est de l'électricité, et celle ci est la même quelque soit sont mode de production.
Je reste donc avec pour l'instant mes questions sans réponses, et je ne suis donc pas plus convaincu, et en plus déçu de la façon dont est traité un citoyen qui ne demande qu'a être correctement informé.
Cela me laisse une mauvaise impression !


Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article