Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pour le meilleur et pour le pire, ou comment derrière ce qui semble positif, se cache des horreurs.

L'Union Européenne par le biais de la "Commision" vient de présenter sa communication sur les produits de bases et les matières premières.

En voici une brève présentation sur "euroactiv.fr"

http://www.euractiv.fr/commission-veut-securiser-acces-matieres-premieres-article

Extrait :

Freiner la spéculation

Le commissaire au Marché intérieur, Michel Barnier, est revenu sur la volatilité des prix alimentaires. Il a précisé qu’entre un quart et un tiers des investissements et des contrats dans les produits agricoles sont réalisés par les fonds d'investissement. « Les produits agricoles ne sont plus de simples produits alimentaires. Ils sont également devenus des actifs financiers », a déclaré M. Barnier, insistant sur le fait qu'ils doivent rester au service de l'économie réelle.

Une plus grande régulation et une meilleure transparence sont nécessaires « pour savoir qui fait quoi et quand », a-t-il poursuivi.

Marché mondial

Les matières premières font maintenant intégralement partie des accords de libre-échange. La Commission européenne souhaite développer une «diplomatie des matières premières». Elle vise à établir des partenariats stratégiques avec les pays d’approvisionnement-clés, en particulier l'Union africaine.

Au premier abord, ça semble plutôt être positif, et d'ailleur je pense que ça l'est sous certains aspects, mais ça se gâte rapidement :

En collaboration avec la Banque européenne d'investissement (BEI), la Commission veut aider les pays en développement riches en ressources naturelles à développer leurs infrastructures de transports, énergétiques et environnementales pour améliorer leur capacité à exploiter les richesses. Pour lutter contre la corruption, l’exécutif européen propose un plus grand soutien financier et politique, à travers l'Initiative de transparence des industries extractives (ITIE).

 C'est donc bien une volonté d'établir nos règles, avec nos instances, nos priorités, notre paradigme, la fuite en avant d'une volonté productiviste à outrance, pas pour la vie, non, pas pour les hommes, non, pour les entreprises, pour le commerce !, pour encore plus "d'échange"..................(il pourrait y avoir là une lueur d'espoir, pour un meilleur !)......................................."commercial"........(mais là je crains le pire !).


Améliorer les capacités à exploiter, améliorer les capacités à exploiter, améliorer les capacités à exploiter.......................ON SUR-EXPLOITE DéJà !!!!!!!!!!. 

Et là ou cela se gâte vraiment, c'est quand on arrive au volet qui touche aux matières premières :

Extraction en Europe

En Europe, la Commission souligne que les investissements dans les industries extractives sont entravés par une réglementation lourde et la concurrence avec les autres utilisations des terres.

La communication suggère que les Etats membres définissent «des politiques nationales minérales», et mettent en place des stratégies d'aménagement du territoire. Ils devraient également faciliter le processus d'autorisation pour l'exploration et l'extraction des minéraux.

Alors là je me pose plein de questions, dont une qui a trait à un sujet brulant d'actualité :

Va-t'on bientôt voir les termes : huiles et gaz de schistes, gaz non conventionels, ou sables bitumineux s'inscrirent derrière celui de minéraux, qui à eux seuls vont déjà occasionner de très importants dégats ?.

En tout cas, ce n'est pas ce qu'annonce "le conseil de l'UE", qui va me rassurer, au contraire :

http://www.actu-environnement.com/ae/news/conseil-europeen-conclusions-nucleaire-schiste-efficacite-11903.php4#xtor=ES-6

Extrait :

À l'occasion du Conseil européen de vendredi 4 février, les chefs d'Etat et de gouvernement des Etats membres ont adopté une déclaration en quinze points visant à"continuer à établir des bases solides pour une croissance durable et créatrice d'emplois", conformément à la Stratégie Europe 2020 pour l'emploi et la croissance adoptée en juin 2010.

Le cadre général de la politique énergétique européenne vise "une énergie sûre, durable, financièrement abordable, dont l'approvisionnement est garanti et qui contribue à la compétitivité européenne", indique le texte adopté par les 27.

Évaluer le potentiel des gaz de schistes et schiste bitumineux

Tout d'abord, au grand dam des ONG, les gaz non conventionnels apparaissent dans les conclusions adoptées à Bruxelles."Afin de renforcer la sécurité de l'approvisionnement de l'UE, il conviendrait d'évaluer le potentiel dont dispose l'Europe en matière d'extraction et d'utilisation durables de ressources en combustibles fossiles conventionnels et non conventionnels (gaz de schiste et schiste bitumineux)",indique le texte final.

Pour les Amis de la Terre Europe, comme pour de nombreuses ONG environnementales, "l'évaluation des sources d'énergie fossile européenne, en particulier les gaz de schiste, est une mauvaise façon de contrer la dépendance aux importations énergétiques." L'association explique qu'une telle stratégie "enferme l'Europe dans un usage continu des énergies fossiles."

Tout est dit !.

Le virage aurait pu se prendre maintenant, il aurait fallu une vrai volonté politique, de gros efforts certe, la difficile acceptation de revoir sans trop de précipitation, notre utilisation de l'energie, afin d'en consommer moins, bien entendu, mais assez tranquilement, mais le problème, c'est que cela suppose l'acceptation d'un autre projet de société, qui proposerait de sortir de ce cercle vicieux de l'hyper consommation, or ce monde là, eux n'en veulent pas, car cela signifierait pour eux de reconsidérer aussi leurs vies, leurs profits, leurs pouvoirs, et ça c'est inenvisageable !.

Je n'aborderais pas le sujet du nucléaire ici, je suis trop dépité pour cela, car là, ça ne se gâte plus seulement, ça pourri !.

Mais à un prochain article, lorsque j'aurais pris connaissances des différentes réactions qui vont être nombreuses.

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article