Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pour une vie surconsommatrice, tout se pervertie !

Notre dépendance aux diverses formes d'énergies, entraîne nombres d'atrocités humaines et environnementale.

Quand bien même certaines orientations partent sur des idées recevables, tant que les actions misent en place restent équilibrés, et intelligentes, il faut systématiquement que la bétise humaine en détourne le bon sens.

Le cas du "Jatropha" en est une nouvelle illustration, si on l'utilisait à bon escient, et à une échelle raisonable, comme cela avait pourtant déjà été démontré, ce pourrait être une solution acceptable, le regard Onusien avait vu juste :

http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp?NewsID=22489&Cr=agriculture&Cr1=

Seulement il faut du profit, il faut répondre à la demande internationale notemment de l'Europe, qui fait une faute grave en l'occurence dans ce cas :

http://www.aps.sn/aps.php?page=articles&id_article=78318

Extrait :

Dakar, 23 mars (APS) - Le biocarburant pourrait provoquer des émissions de carbone jusqu’à six fois supérieures à celles des combustibles fossiles, indique l’ONG ActionAid dans un communiqué transmis à l’APS.

 

L’organisation explique qu’une étude menée par RSPB, Actionaid et Nature Kenya montre que ‘‘le biocarburant, actuellement considéré comme un carburant écologique qui pourrait être une alternative à l’essence, pourrait causer jusqu’à six fois plus d’émissions de carbone que les combustibles fossiles’’.

‘’Prenant en compte les émissions produites au cours du processus de production et de consommation’’, elle a aussi révélé que ‘’le jatropha émettrait entre 2,5 et 6 fois plus de gaz à effet de serre’’.

‘’Dakatcha, note le communiqué, abrite plus de 20.000 personnes et représente la terre ancestrale de la minorité autochtone Watha et les tribus Giriama. Non seulement cette plantation va expulser la tribu de ses terres, mais va détruire ses moyens de subsistance et des lieux de sépulture sacrés’’.

Selon Tim Rice, expert en biocarburants d’ActionAid, ‘’les biocarburants sont loin d’être le remède miracle au climat’’. En effet, ‘’comme la plupart d’autres biocarburants, le jatropha pourrait faire augmenter les émissions de carbone’’, a-t-il averti.(...)Elle ajoute : ‘’Les subventions généreuses du Royaume-Uni pour les biocarburants doivent être démolies - sinon le Royaume-Uni créera des biocarburants- catastrophes comme Dakatcha à travers le monde’’.

Le communiqué explique qu’’’une grande partie de biocarburants produit en Dakatcha est destinée à l’Europe en raison de nouveaux objectifs de l’Union européenne’’.

ActionAid, RSPB et Nature Kenya appellent à mettre ‘’au rebut’’ la plantation de Dakatcha, ainsi qu’à ‘’la démolition de toutes les subventions et les cibles pour les biocarburants dans les pays développés’’.

‘’Ce problème n’existe pas seulement au Kenya, mais au Sénégal, la culture de biocarburants prend aussi des proportions inquiétantes’’, note le communiqué.

 

ASG/AD

http://www.maxisciences.com/biocarburant/un-projet-de-biocarburant-suscite-la-polemique-au-kenya_art13439.html

Extrait :

C'est dans la région de la forêt de Dakatcha, près de la côte de l'Océan indien, que pourrait être cultivé le jatropha, une plante permettant de produire du biocarburant. 50.000 hectares, dont la majorité boisés, devront être détruits pour laisser place à cetteculture.

Si les associations ActionAid, Nature Kenya et la Société royale pour la protection des oiseaux s'opposent à ce projet, c'est parce qu'une étude de la société North Energy révèle que le jatropha "émettrait entre 2,5 et 6 fois plus de gaz à effet de serre que les énergies fossiles traditionnelles", expliquent-elles dans un communiqué cité par le site Marcel Green.

En 2009, l’Organisation des Nations Unies pour l’environnement émettait un avis en demi-teinte au sujet du jatropha. Elle indiquait en effet que si cette plante, cultivée sur des sols dégradés, engendre moins d'émissions de gaz à effet de serre que les énergies fossiles, ce n'est plus le cas quand la culture nécessite une déforestation, et donc le relâchement de gaz carbonique dans l'atmosphère.

En outre, ActionAid s'insurge contre le déplacement de milliers de personnes que nécessiterait un tel projet. La zone qui pourrait accueillir la plantation abrite 20.000 personnes, mais aussi de nombreuses espèces sauvages.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article