Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pour sortir du nucléaire, il faut un choix politique, eh bien il est fait !

On pouvait espérer qu'une véritable réflection soit menée, quand bien même elle n'aurait d'abord été que de facade, et électoraliste, et bien même pas, la position est tranchée, radicale, et déjà définitive, les propos et les choix en apportent la preuve :

Nicolas Sarkosy ne pouvait pas être plus clair :

http://www.goodplanet.info/Contenu/Depeche/Nucleaire-Sarkozy-defend-ses-choix-plaide-pour-le-dialogue-entre-politiques-et-chercheurs?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%253A+Goodplanetinfo+%2528Les+D%25C3%25A9p%25C3%25AAches+GoodPlanet.info+%2529

Extrait : 

PARIS (AFP) - Nicolas Sarkozy a défendu jeudi devant les représentants des Académies des sciences des pays du G8 et du G20 ses choix en faveur de l'énergie nucléaire et plaidé pour un dialogue entre politiques et chercheurs sur le sujet, à la lumière de l'accident nucléaire de Fukushima.

Lors de cet entretien, le chef de l'Etat français "a rappelé les choix faits par la France en faveur de l'énergie nucléaire, tant pour assurer son indépendance énergétique que pour participer à l'effort planétaire de lutte contre les émissions de gaz à effets de serre", selon l'Elysée.

Puis cette annonce faite par François Fillon, qui a chargé l'Autorité de sûreté nucléaire, (ASN) de procéder à l'audit des centrales et installations nucléaires Françaises, autrement dit c'est un audit interne, on demande à ceux qui sont déjà censé avoir apporté l'assurance que les centrales étaient sûre, de valider leur avis, quelle supercherie ! 

http://www.goodplanet.info/Contenu/Depeche/L-Autorite-de-surete-nucleaire-chargee-d-un-audit-des-centrales-francaises?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%253A+Goodplanetinfo+%2528Les+D%25C3%25A9p%25C3%25AAches+GoodPlanet.info+%2529

Extrait : 

PARIS (AFP) - François Fillon a chargé l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) de procéder à l'audit des installations françaises à la suite de l'accident de Fukushima au Japon, avec pour mission de fournir de "premières conclusions" d'ici fin 2011, selon une lettre publiée jeudi par Matignon.

En application de la loi "du 13 juin 2006 relative à la transparence et à la sécurité en matière nucléaire, je vous demande de réaliser une étude de la sûreté des installations nucléaires, en priorité les centrales nucléaires, au regard de l'accident en cours dans la centrale de Fukushima", écrit le Premier ministre dans ce courrier adressé au président de l'ASN, André-Claude Lacoste.

Jugeant "essentiel" pour les Français "de disposer d'une information transparente fiable et disponible dans les meilleurs délais sur les conséquences" de la catastrophe au Japon, il demande à l'ASN "d'établir sous un mois un cahier des charges et un calendrier" pour la réalisation de cette étude.

"Sur la base de ce cahier des charges, il conviendrait que vous livriez vos premières conclusions pour la fin de l'année 2011", ajoute M. Fillon dans ce courrier daté de mercredi.

 

L'ASN, vous savez, c'est elle qui dit qu'il n'y a pas de centrales Françaises, qui puisse être arrêtées :

http://www.goodplanet.info/Contenu/Depeche/Nucleaire-aucune-raison-de-fermer-une-centrale-en-France-dit-le-president-de-l-ASN?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%253A+Goodplanetinfo+%2528Les+D%25C3%25A9p%25C3%25AAches+GoodPlanet.info+%2529

Extrait :

HELSINKI (AFP) - Le président de l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) française a estimé mercredi qu'il n'y avait "aucune raison" de fermer une centrale nucléaire en France, au lendemain d'un appel de deux cantons suisses en faveur de la fermeture de la centrale de Fessenheim.

"Il n'y a aucune raison de fermer quelque centrale que ce soit en France", a déclaré André-Claude Lacoste au cours d'une réunion des agences de sécurité nucléaire européennes à Helsinki.

Deux cantons suisses, Bâle-Ville et Bâle-Campagne, ont pressé la France de fermer la centrale nucléaire de Fessenheim, située en Alsace à proximité de la frontière helvétique, estimant qu'elle nécessitait des contrôles poussés à la suite de la catastrophe au Japon.

"J'ai le sentiment que les centrales nucléaires sont sûres. Si nous pensions qu'elles sont dangereuses, nous les fermerions", a déclaré M. Lacoste en anglais.

Construite en 1977-78, la centrale de Fessenheim est la plus ancienne centrale nucléaire de France encore en opération et se trouve dans une zone à risque sismique.

Les autorités françaises ont à de nombreuses reprises défendu la filière nucléaire depuis l'accident de la centrale de Fukushima au Japon.

Et voilà "la messe est dite !"

Sur un plan plus local, mais qui en dit long sur la volonté des pro-nucléaires, voilà une récente annpnce au sujet de la construction de l'EPR 3 de Penly :

http://www.duclair-environnement.org/2011/03/26/pas-d%E2%80%99etat-d%E2%80%99ame-pour-poursuivre-le-projet-de-construction-de-l%E2%80%99epr-de-penly-malgre-la-catastrophe-de-%C2%AB-fukushima-%C2%BB/

Extraits :

Pas d’état d’âme pour poursuivre le projet de construction de l’EPR de Penly malgré la catastrophe de « Fukushima » !

Pour le mardi 22 mars, le préfet avait convoqué le Conseil Départemental de l’Environnement, des Risques Sanitaires et Technologiques (CODESRT) à la préfecture pour deux dossiers concernant le chantier du futur EPR de Penly.

Le CODERST devait donner son avis sur des projets d’arrêtés du préfet et de l’ASN (Autorité de la Sureté Nucléaire) concernant la gestion de l’eau, suite au démarrage des travaux préparatoires à la construction d’une centrale nucléaire type « EPR » et des prélèvements d’eau nécessaires dans l’Yères .

Ce Conseil est composé de représentants de l’administration, d’élus, du monde professionnel, de personnalités qualifiées, des associations de pêche, de l’environnement et des consommateurs.(...)Devant le refus du représentant du préfet de repousser les discussions, les représentants des associations de défense de l’environnement et des consommateurs, ont quitté la séance. Ils ont ainsi refusé de participer à ce qu’il faut bien nommer, une mascarade de concertation. 

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article