Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pétrole offshore : L'Administration Américaine prolonge le moratoire.

Volte face inattendue, il faut dire que l'annonce qui avait été faite en Mars était toute aussi surprenante, pour rappel :

Barack Obama avait annoncé le 31 mars que les compagnies pétrolières auraient la possibilité de forer dans la partie ouest du golfe ainsi qu'au large des côtes atlantiques, sur une bande de 200 kilomètres allant du Delaware à la Floride. A l'époque, le président avait justifié ce choix par la nécessité d'assurer l'indépendance énergétique des Etats-Unis. Demandée par les élus républicains, cette mesure était aussi susceptible d'augmenter les chances de réunir une majorité pour le projet de loi sur le changement climatique."

Extrait de :

http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/energie-environnement/actu/020975246014-petrole-obama-gele-l-extension-des-zones-offshore.htm

La réglementation a déjà été durci, ce qui est certainement souhaitable, à condition bien sur que les instances de surveillances soient plus efficaces qu'elles ne l'étaient :

http://www.lesechos.fr/supplement20101130/sup_economie_de_la_mer/020931706290-la-maree-noire-devrait-redistribuer-les-cartes-dans-le-golfe-du-mexique.htm

Extrait :

"A la suite de la catastrophe, l'Administration américaine a décidé de dissoudre le service de gestion des ressources minières (MMS), critiqué pour son laxisme dans l'inspection de la plate-forme, et de le diviser en trois entités. La supervision des droits d'exploration, la collecte des recettes d'exploitation pétrolière et les inspections de sécurité seront désormais des compétences séparées. Avec cette mesure, les Etats-Unis adoptent le système qui a été mis en place en Grande-Bretagne, après le décès de 167 personnes en mer du Nord en 1988, lors du naufrage de la plate-forme Piper Alpha.

L'administration va également instaurer de nouvelles réglementations techniques, qui durciront les exigences en matière de cimentation des puits et de maintenance des blocs obturateurs. Les relations entre les opérateurs et les sociétés de service vont devenir plus formelles. Ces changements auront un impact sur les coûts d'exploration des gisements offshore. Selon le PDG de Total, Christophe de Margerie, les projets d'exploration pourraient voir leurs délais allongés de 20 %. Autre changement d'importance : limité à 75 millions de dollars, le plafond d'engagement des compagnies en cas de marée noire va être largement revu à la hausse. «  Pour les petites compagnies, les Etats-Unis vont devenir un pays à risques », explique un expert du secteur. Jusqu'à présent, une grande partie du dynamisme de la profession provenait des initiatives d'acteurs de second rang, comme les américains Apache ou Anadarko. A l'avenir, le golfe du Mexique risque d'être un jour la chasse gardée de poids lourds comme ExxonMobil ou Shell."

L'un des premiers effets serait d'entraîner la disparition des petites sociétés de forage, ou peut-être leur intégration dans le giron des grosses sociétés. Même si cela me semble sans doute plutôt positif, dans le sens ou ce qui me parait recevable, c'est que les moyens à mettre en oeuvre pour la sécurisation vont demandé encore plus d'investissement, que ces petites sociétés ne seraient peut-être pas en mesure de réaliser, force est de constater, que c'est bien d'une grosse société, qu'est venu le pire !.

Alors que vaut-il mieux, des petits qui ne sont pas forcément moins regardant en terme de sécurisation, ou des gros qui inévitablement ont pour premier objectif une minimisation des coûts d'exploitation ?.

Le mieux étant pour moi que les forages offshores ne puissent être réaliser qu'avec des règlements draconiens, une surveillance permanente par des organismes totalement indépendants, et entrepris seulement si la nécessité est totalement avérée.

Développons plutôt d'autres sources d'énergies plus propres.

Mais en l'état actuel des choses, la volonté politique mondiale n'en est pas là, c'est donc plutôt une bonne surprise ce qui se passe là, l'Administration Américaine revient sur cette annonce, de Mars en annonçant une prolongation du moratoire jusqu'en 2017, et c'est donc une bonne nouvelle :

http://www.lemonde.fr/economie/article/2010/12/02/l-administration-obama-decide-de-geler-l-extension-des-forages-petroliers_1447724_3234.html

Extrait :

"L'administration du président Barack Obama a annoncé, mercredi 1er décembre, sa décision de geler au moins jusqu'en 2017 l'extension des zones de forage en mer, à la suite de la marée noire du printemps dans le golfe du Mexique."Nous avons revu notre annonce intiale de mars (...) afin de diriger nos ressources vers des zones où des permis de forage sont déjà en vigueur", a dit le secrétaire à l'intérieur Ken Salazar.

"Nous avons revu notre annonce intiale de mars (...) afin de diriger nos ressources vers des zones où des permis de forage sont déjà en vigueur", a dit le secrétaire à l'intérieur Ken Salazar.AP/Maxwell S. Gersh

 

Réagissant à cette annonce, le sénateur démocrate de Floride, Bill Nelson, farouche opposant du forage en mer, a salué la décision de l'administration. "Je suis heureux que la Maison Blanche écoute les habitants de Floride", a-t-il dit, ajoutant que le forage pourrait ruiner l'économie de son Etat qui repose sur le tourisme. Le sénateur démocrate du New JerseyRobert Menendez, a également salué la décision, ajoutant qu'une "interdiction permanente" des forages était nécessaire sur la côte atlantique. Mais les écologistes du Natural ResourcesDefense Council ont estimé que la décision n'allait "pas assez loin".

 John Culberson représentant républicain du Texas a lui fustigé la décision, indiquant que cela ferait "grimper les prix de l'énergie, atténuerait la reprise économique, enverrait des emplois américains à l'étranger". Le géant pétrolier ExxonMobil a aussi condamné cette annonce. Pour la compagnie Chevron, qui s'est déclarée"déçue", la décision est "un pas dans la mauvaise direction".

N'oublions tout de même pas qu'ils ne s'agit là que de zones où les autorisations n'ont pas déjà été accordés, et c'est bien dommage ! :

Autre extrait :

"Le gel annoncé mercredi ne concerne pas la partie du golfe du Mexique qui a été le théâtre de la pire marée noire de l'histoire des Etats-Unis, déclenchée par l'explosion d'une plate-forme exploitée par BP le 20 avril 2010 au sud de la Louisiane. L'exploitation pétrolière pourra se poursuivre dans cette zone qui compte des dizaines de plates-formes en activité. Les permis de forer déjà attribués dans cette partie du golfe seront "soumis à une analyse écologique rigoureuse", mais les forages seront autorisés, a dit M. Salazar

Dans l'Arctique, où seule la compagnie Shell a demandé une autorisation de forage au large de l'Alaska, l'exploitation du pétrole se fera avec "les précautions maximales", a dit M. Salazar."

Le pic pétrolier est en vue, certains disent même qu'on est en train de le franchir actuellement, quoi qu'il en soit, ce qui est certain, c'est que tout ce qui va devoir être fait maintenant pour trouver du pétrole va être beaucoup plus dangereux, et techniquement beaucoup plus difficile que tout ce qu'on a connu jusqu'alors !.

Entre les forages offshore, surtout ceux envisagés en Arctique, et les sables bitumineux, nous avons bien là la preuve que le pétrole se raréfie, et que l'environnement va être mis en grand danger.

Nous n'en somme pas à la dernière catastrophe !

 

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article