Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Penser la production d'énergie "solaire", mais pas seulement, autrement !

Alors que la nécéssité de réduire nos consommations énergétiques s'impose de plus en plus, ne sommes nous pas toujours en retard, en terme de développement des solutions les plus efficaces.

Pour parvenir à l'efficacité énergétique, cela passe bien évidemment par un ensemble de mesures de baisse des besoins que l'Etat lui même préconise, sans prendre pour autant les mesures vraiment suffisantes, pour preuves les dispositions prévues dans le nouveau plan annoncé :

http://www.liberation.fr/terre/01012380096-gaspi-d-energie-un-plan-peu-eclaire

Extrait :

La mesure la plus emblématique, réclamée depuis longtemps, est l’extinction des enseignes lumineuses la nuit, entre 1 heure et 6 heures du matin. Elle entrera en vigueur le 1er juillet 2012. D’après le ministère, le parc d’enseignes lumineuses représente une puissance installée de près de 750 MW, la moitié de celle d’un EPR. Cela représente 0,2% de la consommation électrique française. «Et personne n’a jamais prouvé l’impact d’une enseigne éclairée la nuit sur la fréquentation d’un magasin le lendemain», ironise un spécialiste du dossier.

Gisement. Pour ce qui concerne l’éclairage dans les bureaux, NKM, plus prudente, songe à étudier la possibilité d’imposer l’extinction des feux hors des périodes d’activité. D’après le Centre d’études et de recherches économiques sur l’énergie (Ceren), l’éclairage représente 40% de la facture d’électricité des bureaux. Celui des locaux vides, lui, correspond à un gisement de 2 térawattheures (TWh, soit 2 millions de mégawattheures) et à 10% de la facture. Quant à l’éclairage public des petites communes - 31 900 comptent moins de 2 000 habitants -, une enveloppe de 20 millions d’euros leur permettra de remplacer ou de rénover les lampadaires les plus inefficaces, comme les modèles «boules».

Ce qui me frappe souvent c'est de constater aussi, que pour des raisons économiques évidentes, mais paradoxales, on en vient à souvent mettre en oeuvre le moins efficace, le premier point qui me semble emblématique, est celui des appels d'offres, qui sont de rigueur pour tous les projets, et dont le principe de base me sidère, jusqu'à quand le coût sera-t'il prioritaire et prépondérant, ne sommes nous pas conscient que les solutions les moins coûteuses, s'avèrent souvent les moins efficaces aussi, et ceci de façon tout à fait logique, il y a une totale contradiction entre la volonté d'efficacité, et ce principe qui oblige à tout penser en terme de baisse des coût, et qui finalement induit une baisse de la qualité des procédés employés, mettont en avant l'efficacité, repensont nos objectifs, sinon, nous nous freinerons, toujours.

Il y a une deuxième constatations, qui me semble aussi d'une grande importance, c'est le temps souvent extrêmement long pour faire aboutir les grands projets, il y a bien sur des temps incompressibles, et nécessaires, mais combien de fois est-il avéré, que les dossiers sont bloqués à cause de lenteurs administratives, souvent injustifiables, le résultat en est que les solutions finalement employées dâtent, et qu'entre temps des progrès ont été fait, qui ne seront pas utilisés.

Il y a quelques semaines un article trouvé sur le net m'apprenait par exemple qu'un chercheur avait développé un nouveau système d'éolienne qui permet semble-t'il de multiplier par trois l'efficacité, et donc la production d'énergie, seulement voilà, aucun des projets actuels ne pourrait utiliser cette efficacité supérieure, puisque les choix techniques mis en oeuvre aujourd'hui, et pour encore pas mal de temps, ont été fait il y a déjà plusieurs années dans certains cas.

Un autre exemple, m'a ammené à cet article :

http://www.20min.ch/ro/news/economie/story/La-3D-dope-le-rendement-de-l--nergie-solaire-26283626

Extraits :

Un capteur solaire en forme de cube ouvert permet de doubler la production d’énergie par rapport à un panneau plat de même surface. C'est ce qu'expliquent les chercheurs américains du Massachussetts Institute of Technology sur le site arxiv.org. Selon leurs travaux, cette simple astuce architecturale permet de doper le rendement des panneaux photovoltaïques.(...)

 Mais il y a plus étonnant encore. Selon les saisons, l’architecture des capteurs peut démultiplier leur rendement énergétique.

En hiver, un cube ouvert produit ainsi 4,88 fois plus d'énergie qu’une surface plane. Encore plus surprenant: à la même époque de l’année, un parallélépipède génère 8,49 fois plus d’électricité et une tour 21,5 fois plus (voir photo) qu’un simple capteur carré.

Ces résultats encourageants préfigurent peut-être un rebond de la production d'énergie solaire. 

Je me prend à rêver de ce que cela pourrait entraîner comme amélioration dans un projet comme celui ci :

http://www.lemonde.fr/planete/article/2011/12/27/lyon-vitrine-japonaise-de-l-energie-intelligente_1623044_3244.html

Extrait :

Le Japon va-t-il révolutionner les pratiques des Lyonnais en matière de consommation d'énergie ? Le quartier baptisé Confluence, sur la presqu'île lyonnaise, a été choisi par la New Energy and Industrial Technology Development Organization (NEDO), l'agence publique de soutien à l'innovation rattachée au ministère de l'environnement nippon, pour accueillir son premier démonstrateur de "réseau d'énergies intelligent" (smart community) en Europe.

Ce projet en gestation depuis près de deux ans a été officialisé, jeudi 15 décembre, par la signature d'une convention avec la communauté urbaine du Grand Lyon. Le NEDO financera les 50 millions d'euros d'investissements jugés nécessaires au cours des quatre prochaines années. L'entreprise Toshiba dirigera le consortium japonais qui équipera 150 hectares de ces nouvelles technologies.

"Confluence est l'un des grands chantiers urbains en Europe", a expliqué Hideo Hato, président du NEDO, pour justifier le choix du site français. Cette ancienne zone industrielle en pleine reconversion s'est déjà vu attribuer le label "écoquartier" par le ministère de l'écologie, et celui de "quartier durable" décerné par WWF, le Fonds mondial pour la nature.

Avec le projet de smart community, elle ambitionne désormais de devenir la vitrine d'un modèle auquel les grandes agglomérations pourraient se convertir pourmaîtriser leur consommation d'énergie. "Notre objectif est qu'en 2025 le quartier ne consomme pas plus d'électricité qu'aujourd'hui", a précisé le maire de la ville et président du Grand Lyon, Gérard Collomb. Confluence, qui doit permettre dedoubler la superficie du centre-ville de la capitale rhodanienne, sera alors bien plus densément peuplée : 25 000 habitations et 22 000 emplois sont anticipés.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article