Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

OGM, les semences peuvent se disséminer, que dire des insectes ?

Le principe même de l'action sur les gènes est discutable, et aurait mérité, sans doute, une réflexion plus abouti avant d'en établir l'acceptation.

Je fais pour ma part, mais avec tout de même beaucoup de réserves, et dans une attitude de poursuite de mon questionnement personnel,  une différence essentielle entre les recherches menées sur le plan médical, et tout ce qui peut se passer sur le plan agronomique, ce sont à mon avis deux extensions de ces pratiques pour lesquelles les questions et les réponses peuvent, il me semble, ne pas être les mêmes.

Agir sur les gènes entraîne des métamorphoses qui vont bien au delà du connu et du maîtrisé, c'est là qu'est le fondamentalement induit qu'il faut toujours garder à l'esprit. Les expériences qui ont été menées en laboratoire, au delà même de leurs fiabilités et de leur tentatives de viabilités, ne sont que des expériences de laboratoires, qui ne reflêtent qu'une infime parcelle de ce que la nature va bien pouvoir organiser ensuite si elle est confrontée à l'introduction d'une nouvelle forme d'existence, qui va devoir trouver sa place dans l'interconnection vivante qu'est la biodiversité.

Cette place là n'existe pas, ce n'est pas l'évolution 'naturelle' des choses, c'est comme un 'corps étranger' qui se retrouve là dans un milieu qui n'est pas préparé à sa présence, qu'adviendra-t-il ?

Je n'en sais rien, mais les conséquences qu'on déjà certaines cultures, certaines semences, prouvent déjà que l'évolution qui s'en suit n'est pas sans générer des disfonctionnements, des transformations, par exemple par la mutation de certaines autres plantes, qui n'avaient absolument pas été envisagées dans les labos, et pourtant qu'elle importance extrême !

Avec les semences l'un des risques non maîtrisalbe réside dans le fait de la dissémination possible, des interactions ensuites induites et incontrôlables quoiqu'en disent les semenciers, mais alors s'il s'agit d'insectes, la question ne se pose même pas.

 

a look

 

http://www.newspress.fr/Communique_FR_263527_248.aspx

 

Extraits :

 

L'organisation GeneWatch Royaume-Uni rejette le nouveau projet de règlement européen pour l'autorisation d'insectes, de poissons, d'animaux de fermes et domestiques génétiquement modifiés.

 

(...) La firme britannique Oxitec a déjà fait parler d'elle avec ses essais de moustiques transgéniques dans les Iles Caïman et en Malaisie et dernièrement avec des lâchers à grande échelle au Brésil, avec le soutien des autorités de ce pays. Cette même firme travaille sur des papillons et mouches génétiquement modifiés. Si ce nouveau projet de règlement européen était approuvé, ce sont des milliards de chenilles et d'oeufs de papillons et insectes génétiquement modifiés qui pourraient se retrouver dans les fruits et légumes.

Les insectes ont été modifiés génétiquement afin que leurs chenilles meurent à l'intérieur des olives ou des tomates ou sur les feuilles des choux. La compagnie Oxitec prévoit de relâcher ses ravageurs modifiés génétiquement partout dans l'Union européenne afin qu'ils s'accouplent avec leurs congénères sauvages dans le but d'en réduire le nombre. Afin d'avoir un effet sur les populations sauvages, il faut procéder chaque semaines à de nouveaux lâchers d'insectes GM.

La menace est très sérieuse. Après les lâchers massifs de moustiques GM au Brésil dans des conditions qui ne peuvent qu'inquiéter, Oxitec pourrait être très bientôt actif en Espagne. (...) L'ébauche de cadre, publiée pour consultation par l'EFSA, exclut spécifiquement tout test pour savoir si les insectes et chenilles modifiés génétiquement présentent un risque alimentaire.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article