Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

OGM : les connaissances sont si insuffisantes !

Ah la prétention humaine !

Il suffit de quelques études, d'une découverte dite majeure, ou d'une expérience réussi, parfois on ne sait trop comment d'ailleurs, pour que certains y voient des certitudes indémontables, en établissent des principes infaillibles, et s'empressent de s'autoriser à "utiliser", ces "connaissances", et puis un jours, "patatra", une donnée n'avait pas été prise en compte, ou une manifestation imprévu, une nouvelle découverte contradictoire, etc, viennent tout ébranler, les exemples sont nombreux, il semble bien que les biologistes vont devoir revoir leurs copies, il ne sont peut être pas les seuls d'ailleurs, qui ont de quoi être perplexe actuellement, car si cela n'a peut-être rien à voir directement avec ce sujet, je vous encourage à vous intérreser à "neutrino", je n'en dis pas plus, si vous êtes curieux, allez voir.

Les scientifiques, devraient pourtant être les plus conscient de leur faillibilité, de leur parcelle de connaissance, mais c'est sans compter, sur la vanité, et sans doute aussi sur la nécessité économique, qu'il y a à développer des produits, car ce qui est devenu une priorité maintenant pour les chercheurs, ce qui d'ailleurs devrait-être fondamentalement remis en question, c'est de trouver d'abod pour que ça rapporte, et vite ! :

http://www.infogm.org/spip.php?article49r42

Extraits :

Une récente publication, par une équipe chinoise (1), devrait conduire, s’il existe encore un peu de rigueur dans le monde de la biologie, à un bouleversement des conceptions traditionnelles. Certes, ce bouleversement aurait déjà dû se produire à l’occasion au moins de la découverte des prions, de l’épigénétique et bien d’autres choses encore, mais on arrive, avec le travail de Zhang et collaborateurs, à une limite que les plus conservateurs des biologistes ne sauraient éviter. Entre autre, cette équipe a montré que du matériel génétique issu du règne végétal pouvait interférer avec le fonctionnement génétique d’animaux ayant ingéré des végétaux (du riz, en l’occurrence).(...)

Les résultats de cette remarquable étude sont étonnants. En effet, elle montre clairement que les miARN de plantes résistent largement à la cuisson et à la digestion et sont capables de passer dans le sang des mammifères, entrer dans certaines cellules (dont celles du foie) et interférer avec le fonctionnement génétique des dites cellules, ceci spécifiquement (un miARN donné interfère avec l’expression d’une séquence ADN donnée)

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article