Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

OGM, la convention d'Aarhus pourrait être évoquée à notre secours, si on nous respectait.

J'ai déjà évoqué à plusieurs reprises la Convention d'Aarhus, comme un bienfait possible pour nombre de sujets, or elle est si peu appliquée, que c'en est scandaleux.

Voilà donc que se vérifie une nouvelle fois l'écart insultant pour les peuples entre ce qui peut être sois-disant acquis lors de grands rassemblements Internationnaux, qui sont l'occasion de faire miroiter de grands progrès démocratiques, et ce qui est véritablement appliqué ensuite.

J'apprend par "inf'ogm" ceci :

http://www.infogm.org/spip.php?article5237

Extrait :

Depuis 2005, les États Parties à la Conventions d’Aarhus ont décidé de faire évoluer le texte de la convention, en prévoyant une information et une participation du public plus spécifiques à la question des OGM. A ce jour, n’ayant pas atteint le nombre suffisant de ratification (¾ des 46 signataires de la Convention), ces amendements, plusieurs années après, ne sont toujours pas entrés en vigueur [2]. Or sur les OGM, laversion actuelle de la Convention est beaucoup moins exigeante que ne le sont ces amendements.

Des engagements ont donc été pris, mais en language législatif Internationale, prendre un engagement n'est pas suffisant, pour que celui ci soit applicable, chaque pays qui accepte de "s'engager", doit d'abord signer ce qui peut être un protocole ou une convention, mais ce n'est pas encore suffisant pour que toutes les conditions soient remplies, il faut encore que chaque pays signataire le "ratifie", une triple démonsration de son acceptation pourrait-on dire.

Sauf que ce n'est pas encore suffisant, car si un trop petit nombre de pays va au bout de cette démarche, c'est l'ensemble de la démarche qui est bloquée, comme si tout cela n'avait servi à rien, c'est bien ce qui se passe en l'occurence en ce cas précis.

Ce n'est pas le seul cas de figure, ni le seul sujet qui sont ainsi lettres mortes, car malheureusement cela se vérifie pour d'autres problématiques, des accords, souvent obtenus après des années, moults aménagements et compromis, sont écrit, bien souvent les textes entérinent des règles bien en deça de ce qui était souhaité à l'origine et qui comble de l'ironie, ne sont finalement même pas appliqué, comment peut-on qualifier cela ?

Pendant ce temps là, les règles ne changent pas et ceux qui bénéficient de ce manque de réglementations, se remplisent les poches, au détriment des citoyens qui ne sont pas suffisamment défendus et entendus, le principe démocratique est vraiment bafoué.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article