Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Obsolescence programmée, ou l'obligation de consommer plus !

Nous n'avons jamais autant parlé de qualité, établissant même depuis quelques années, des normes industrielles "qualité", mais de quelle qualité parle-t'on ?

Pas de celle que l'on crois, cette "qualité" là, est au mieux une usurpation !

Je travaille dans l'industrie du verre opthalmique, produit de nécessité, que l'on peut presque qualifier de médical, même si il est aussi devenu, dans certains cas, un produit de bien-êre ou de loisirs.

Sa vocation première est bien sur tout de même, dans la grande majorité des cas, d'y voir correctement, et bien même dans de type d'industrie, avec la notion de "qualité", cohabite maintenant la notion de "sur-qualité" !

Lorsqu'il y a quelques années en arrière l'entreprise "familiale" dans laquelle je venais de trouver un emploi, et qui trouvait alors ses "parts de marché" presque exclusivement sur le marché Français, a été rachetée d'abord par une société Américaine, toute la "philosophie" à "évolué".

Depuis en seulement quelques années, et une succesion rapide de plusieurs changement de groupes industriels, rachat après rachat, nous voilà "Allemand", réputation "qualité" assurée, n'est-ce pas !

Et bien parmi les difficultés, que cela a engendré au niveau de la production, il en est une entre autres, qui a rencontré de grandes réticences à l'application :

"Apprendre à accepter d'envoyer chez le client une verre avec un défaut "esthétique","calibré"".

Nous sommes passé de la notion de "zéro défaut", à la notion de "défaut acceptable", au delà duquel on nous taxe de vouloir faire de la "surqualité" !, je ne parle là que de l'esthétique du produit, en ce qui concerne nos verres de lunettes, mais nous savons que cette vision des choses touche maintenant à tous les domaines d'activités. 

 La consommation "entretenu" est le moteur de la société industrielle, sans consommation, il n'y a pas d'industrie "durable".

idée-genie

J'ai été confronté récemment à un autre cas de figure, qui m'a pour le moins "agaçé", j'ai choisi il y a deux ans de ne plus acheté d'ampoules classiques, au profit d'ampoules dites à "économie d'énergie", vous n'êtes pas sans savoir, que l'on vante ce nouveau type d'ampoule principalement pour deux raisons, la première tient à leur consommation électrique moindre, ce qui pour le consommateur lambda, est en fait assez difficile à vérifier, la seconde promettant des durées de vie très nettement supérieurs, et bien parmi ces ampoules, j'en ai déjà deux, qui n'ont vécu que quelques mois !

Pour l'une, c'est le système d'allumage de cette ampoule qui a rendu l'âme prématurément, pour l'autre je ne sais pas, mais elle ne fonctionne déjà plus, certaines des ampoules classiques que j'ai eu ont duré des années, dans les mêmes conditions d'utilisation, cherchez l'erreur !

Je n'affirmerais pas que ce cas, entre dans le sujet abordé qui est l'obsolescence programmée, car il ne s'agit peut-être là que de "panne", mais je constate à travers cet exemple de l'ampoule, que l'on nous a berné à deux sujet avec ces nouveaux types d'éclairages, d'abord sur la présence de "mercure", qui sur le plan environnemental, est un risque énorme, car il est bien évident, que nombre d'ampoules en fin de vie ou défectueuses finiront au mieux dans des poubelles classiques, ou au pire éclatées n'importe où, avec toutes les conséquences polluantes connues, ensuite leur durée de vie n'est pas toujours celle promise, et cela pour un prix multiplié par x, quand on y ajoute que la lumière générée, n'est souvent pas d'aussi bonne qualité, et qu'il se pourrait même comme on peut le lire ça et là que nos yeux pourraient en souffrir d'avantage encore qu'auparavant, il y a de quoi se poser des questions !

Comme vous allez le constater plus loin, je n'ai pas pris l'exemple de l'ampoule au hasard, mais pour le moment voici d'abord un lien vers un article des "Amis de la terre" :

http://www.amisdelaterre.org/Nouveau-rapport-L-obsolescence.html

Extrait :

14 septembre 2010,
Par Coordination ATF

Alors que la prévention des déchets sera au cœur des Assises nationales des déchets les 16 et 17 septembre 2010 (1), Les Amis de la Terre France et le Cniid (Centre national d’information indépendante sur les déchets) publient aujourd’hui le rapport « L’obsolescence programmée, symbole de la société du gaspillage. Le cas des produits électriques et électroniques » (2). Ce rapport montre que les stratégies mises en place pour réduire la durée de vie des produits augmentent considérablement le volume des déchets, mais aussi qu’elles contribuent à l’épuisement des ressources naturelles.

Dans cette étude, rédigée dans le cadre de leurs campagnes respectives « Prévention des déchets » et « Produits pour la vie », les associations souhaitent alerter sur les impacts environnementaux et sociaux négatifs d’une société de consommation fondée sur le renouvellement toujours plus rapide des produits. A l’aide de recherches bibliographiques et d’interviews d’universitaires et de journalistes, le rapport dresse ainsi un tableau des « coulisses » de nos sociétés de surconsommation : épuisement imminent des ressources naturelles, production massive de déchets et gaspillage de la matière contenue dans les biens abandonnés en fin de vie.

Comme le souligne Sylvain Angerand, chargé de campagne ressources naturelles aux Amis de la Terre, « le renouvellement incessant des appareils, notamment de haute technologie, contribue à l’explosion de la consommation des ressources naturelles minières et énergétiques. Cette surexploitation détruit des écosystèmes, déplace des populations, provoque des pollutions chimiques et engendre des conflits, notamment dans les pays du Sud. ».

 

Lien vers le "Rapport obsolescence programmée" des Amis de la terre, au format "pdf" :

http://www.amisdelaterre.org/IMG/pdf/RAPPORT_OP_BDEF_2_.pdf

 

Le documentaire enquête programé sur "Arte", est sans équivoque ! :


 

Est-ce que l'idée même de se servir du même réfrigérateur pendant toute notre vie, d'écouter nos musiques préférées, sur le même support, de se vêtir des années durant avec les mêmes habits, etc etc, nous parait encore envisageable ?

Très honnêtement, pour ma part, et bien que je sois convaincu que c'est ce qu'il faudrait que nous acceptions, j'ai beaucoup de travail à faire sur moi-même, pour y parvenir, tant comme la plupart d'entre nous je me suis construit, avec, le plaisir lié à la consommation, au changement, à la nouveauté, consommation quand tu nous tient !

S'envisager autrement, déconstruire l'être consommateur que l'on nous a encouragé, pour ne pas dire forcé, à devenir, pas si simple n'est-ce pas !, car au delà du concept, il s'agit bien de toutes nos habitudes, quotidiennes, qui devraient être reconsidérées.

c'est un chemin tortueux, mais l'autoroute que l'on veux nous construire, elle nous conduit très vite dans l'impasse, et surtout elle détruit notre environnement, elle détruit cette terre, qui nous nourrit, elle participe directement à l'appauvrissement de la grande majorité des êtres vivants, végétaux, animaux, humains, est-ce cette voie que nous voulons suivre ?. 

Réduisons notre consommation, et encourageons le retour au raisonnable.

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Carbon35 05/02/2014 11:44

bonjour,

là ou je vis il estdevenu impossible d'acheter des verres de lunette 'organiques' sans anti-reflets ou des verres de lunette 'minerale'. Je suis myope, mais ma vue est stable, et ne change de lunettes q'une fois tous les 8-10 ans. Et maintenant je suis obligé, vu que ces antireflets opacifient progressivement le verre dès 3,5 ans de remplacer mes verres 2 a 3 fois plus vite... L'obsolescence programmée dans le domaine de la santé, pour des objets de première nécessité pour des millions de personnes...

Daniel JAGLINE 05/02/2014 12:12

Bonjour,
Surpris d'avoir un commentaire pour un billet assez éloigné dans le temps, que je viens de relire du coup pour en retrouver le sens.
Votre témoignage à ce sujet est éloquent, le minéral à en effet disparu, il est encore possible chez certains opticiens de commander des verres sans ajout de traitements de confort, mais il sont réticents car la marge la plus bénéficiaire pour eux réside justement, dans la vente de traitements, qu'ils surévaluent honteusement.
Merci pour ce commentaire.