Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Au nom de l'indépendance énergétique, le même argument que le nucléaire, on nous égare au pire !. !

Le nucléaire a été imposé, tromperie manifeste, sauf qu'une fois engagé, pour faire marche arrière même la volonté connu du peuple ne suffit plus.

Elle ne suffit plus car les enjeux économiques déjà en branle sont tels, qu'il n'est plus possible de faire marche arrière !.

Elle ne suffit plus car tout simplement, on en a rien à faire !,.... lorsque le peuple dit non, on en déduit que la communication n'a pas été la bonne, que l'on s'est trompé sur la stratégie, que ce qu'il reste à faire, c'est trouver le bon discours, le bon slogan, (la bonne entourloupe) pour faire le peuple adhérer !.

Vous n'êtes pas d'accord...., c'est parce que vous n'avez pas compris !, il nous faut trouver une autre communication !.

j'ai failli titrer cette réaction : "comme les gaz,  allons nous nous faire entuber !", parce que c'est vraiment ce que je crains.

S'il y a une chose importante , en terme environnemental, que vous deviez faire, et transmettre en ce début d'année, s'il y a une pétition importante que vous deviez signer et propager en ce début d'année, c'est celle en faveur de la lutte contre les autorisations d'exploitation des gaz et huile de schiste que le gouvernement a signé par la main de Jean-Louis Borloo, encore Ministre de l'écologie à l'époque !

images (1)

bandeauf 

Quand je pense que nombre de Français sont réfractaires aux éoliènnes notamment, "parce qu'elles défigurent le paysages", essayez d'imaginer ce que peuvent donner comme paysage, des dixaines , voir des centaines de têtes de forages, essaimées sur des zones d'extractions, qui devront s'étendre de plus en plus, car si vous ne le savez pas, ce type d'extraction, n'a qu'une petite envergure, ils faut donc multiplier les forages !.

Je suis également très inquiet, au sujet des études préalables qui vont être menées, voyont l'éclairages que nous en fait le site : 

http://www.altermonde-sans-frontiere.com/spip.php?article15852

Extrait :

Dans ce pays perclus qu’est la France, à qui diable peut-on confier pareille expertise ? Mais à des experts, pardi ! Seulement, ce travail technique hautement spécialisé est un monopole, tout simplement. Qui appartient à deux corps d’ingénieurs d’État, ceux que Pierre Bourdieu appelait fort justement la « noblesse d’État ». J’ai nommé leConseil Général de l’Industrie, de l’Énergie et des Technologies(CGIET), créé avant la Révolution française, et qu’on a longtemps appelé le Corps des Mines ; et puis leConseil Général de l’Environnement et du Développement Durable(CGEDD), l’ancien corps des Ponts et Chaussées.

Derrière le programme électronucléaire

Pour aller très vite, ces deux corps trustent un nombre de postes de pouvoir ahurissant. Dans les ministères clés comme dans l’industrie. Le premier a lié son histoire, depuis la guerre, avec le nucléaire, dont la bombe, et le pétrole. Ce sont les Mineurs qui ont arraché la décision de bâtir notre parc électronucléaire. C’est l’un d’entre eux, Pierre Guillaumat, qui a été le premier patron d’Elf-Aquitaine. À mon sens, ce corps pourrait bien être le pouvoir le plus considérable de notre pauvre République. Le corps des Ponts et Chaussées, de son côté, est derrière une infinité de destructions, dont le réseau routier et autoroutier, les ponts et rocades, les châteaux d’eau, les ronds-points.

Je vous le dis très calmement : ces gens tiennent le manche, mus, soutenus par un sentiment de toute-puissance lié à leur histoire pluricentenaire. Ils ont résisté aux guerres comme aux révolutions. Les ministres et les régimes passent, eux restent. Bien entendu, l’écologie n’a jamais été au programme de leurs écoles, entièrement au service de la technique et du pouvoir. Mais pour en revenir à notre sujet, quand un ministre crée une mission d’expertise, elle est fatalement confiée à ces braves serviteurs de l’intérêt commun. Madame Kosciusko-Morizet n’a pas dérogé à cette règle et sa mission sur les gaz de schistes est entre les mains du CGIET et du CGEDD. Or, le premier, bien plus encore que le second, est à la fois juge et partie. Car je vous en fais la confidence ici, et vous demande de la répéter partout où vous le pourrez : le moteur de cette folie globale appelée « gaz de schistes », en France du moins, c’est le corps des Mines, c’est le CGIET. On demande à ceux qui ont promu cette nouvelle aventure de nous expliquer les problèmes qu’elle poserait éventuellement. Au secours !

Croyez-vous que ce pauvre Borloo, signataire en mars 2010 des autorisations d’exploration, connaissait quoi que ce soit au sujet ? Évidemment, non. Mais les ingénieurs des Mines, oui. J’ai le pressentiment qu’ils veulent rééditer leur exploit du début des années 70, quand ils ont obtenu du régime pompidolien de l’époque le droit de semer partout des centrales nucléaires, ce qui a leur donné un surcroît de puissance sans égale. S’ils obtiennent satisfaction avec le gaz de schistes, ils offrent du même coup au pouvoir actuel un semblant d’indépendance énergétique, ce qui les rend intouchables pour longtemps.

On se doute bien que ces grands ingénieurs ont d’autres soucis en tête que le dérèglement climatique, non ? J’ajoute qu’une réforme passée inaperçue a créé en région lesdirections régionales de l’environnement, de l’aménagement et du logement(les Dreal), qui ont englouti la maigrelette administration de l’Écologie (les Diren) ainsi que les directions de l’Équipement. Dans ces nouvelles structures, ingénieurs des Mines et ingénieurs des Ponts et Chaussées font la loi, comme il se doit. Ce sont ces Dreal qui auront à gérer les dossiers concrets d’exploration des gaz de schistes.

Chez Total, Vallourec, Suez, et dans les ministères.

Informez vous, creusez, aussi profond qu'ils se proposent de le faire, dans l'information, du côté des Etats-Unis, et du Canada, avant de vous laisser convaincre !.


 




 


Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article