Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Lobbying : défense d'intérêts privés contre l'intérêt général, comment le contrecarrer ?

Nous faisons tous du 'lobbying' sans en être parfois conscient, le simple fait de défendre une idée, un point de vue, d'argumenter et d'essayer d'influencer l'autre afin qu'il en vienne à accepter notre positionnement comme recevable et si possible à l'adopter, est une forme de 'lobbying', principe qui consiste à tenter d'amener l'autre à rejoindre ses positions et à les défendre ensuite.

Sur le plan individuel défendre ses idées, ses intérêts, peu paraître légitime, et ça l'est je crois, tant qu'il ne s'agit pas de faire fi de toutes conséquences sur les autres, or établir la limite entre ce qui est encore du simple droit individuel, et ce qui devient égoiste et exclusif, est très difficile. Nos intérêts passent souvent avant toute autre forme d 'équilibrage, et toute autre forme de réflexion, il en va de même je crois aux autres niveaux de la société, qui est le reflet de ce que nous sommes, aussi est-il aisé de comprendre qu'il ne faut pas attendre de quelques formes de 'lobbysmes' qu'elle qu'elle soit, de raisonner autrement que dans les seuls intérêts de l'idée, ou de l'orientation, ou de l'industrie, qu'elle veut promouvoir.

Il est donc fondamental que les formes de 'lobbying' soit non seulement connu, mais que leur soit imposé  la transparence sur leurs motivations et leurs objectifs.

Une article que je viens de lire annonce une orientation qui pourrait aller dans le bon sens, et qui me semble défendable, elle défend l'idée d'un encadrement des 'lobbyistes'.

a look

 

http://www.novethic.fr/novethic/investissement-socialement-responsable/responsabilite-sociale-entreprise.jsp

 

Extrait :

 

« Fin 2012, seuls 173 lobbyistes sont inscrits à l’Assemblée et 115 au Sénat sur plus de 4600 répertoriés par Transparency et regards Citoyens », explique Transparency dans son rapport « Pour un lobbying transparent et démocratique ».  Des données si peu transparentes qu’il est impossible de savoir quels sont réellement les intérêts représentés au Parlement, ni les moyens humains et financiers mis en œuvre pour les défendre. Or, comme le rappelle Transparency, cette opacité pose un problème de traçabilité des décisions politiques : quelles sont les entreprises et les personnes que rencontrent les parlementaires avant leur vote ? Qui est auditionné et sur quel sujet ? Comment ont-ils arbitré entre différents intérêts ? « Les décisions publiques étant prises en leur nom, les citoyens doivent pouvoir savoir comment leurs représentants ont fondé leurs décisions » souligne l’ONG. Aujourd’hui cependant, ces principes ne sont pas garantis. Aucune institution n’a mis en place un système assurant un accès équitable des différents groupes d’intérêts aux décideurs publics ». Concernant la traçabilité, l’étude conduite par Transparency International France et Regards Citoyens en 2011 a ainsi montré que seulement 38% des rapports publiés par l’Assemblée nationale entre juillet 2007 et juillet 2010 contenaient la liste des personnes et organisation auditionnées. Et la réforme entamée en 2009 par l’Assemblée nationale n’a pas eu les résultats escomptés.

 

La lecture de cet article m'a orienté vers le pétition de 'Transparency', j'ai signé, et vous, qu'en pensez vous ?

 

http://www.chaquesignaturecompte.com/

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article