Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les peuples autochtones en proie au brigandage, et à divers trafics.

"Cyberacteur", mais en ligne une nouvelle cyberaction en faveur des Amérindiens Wayana, dont les territoires sont ravagés par des chercheurs d'or, et au delà de ce cas précis, c'est aussi tout une politique qui doit changer, en effet comme je l'avais déjà évoqué récemment pour un autre cas, dans le billet suivant :

On les appelle souvent les "Peuples premiers",........( à disparaître !? )  

C'est la politique de la France qui n'est pas à la hauteur, ceci doit changer !.

Lien vers la cyberaction :

http://www.cyberacteurs.org/actions/presentation.php?id=168

cyberacteur

Extrait :

"On dénombre dans ce département français, plus de 10.000 chercheurs d'or pour 1.000 Amérindiens Wayana et les affrontements continuels, dont les récents de septembre 2010, confirment l'aspect prédateurs de tous ces chercheurs d'or qui viennent piller l'Amazonie.
........C’est pourquoi nous désirons attirer l'attention du président de la République française afin qu'il agisse efficacement pour :


1 - Que l'espace appelé "réserve naturelle de Guyane" par l'état français, d’où sont pourtant originaires depuis des millénaires, avec leurs cousins Apalaï (côté Brésil) et Trio (côté Surinam), les peuples Wayana, soit une région interdite de toute exploitation minière comme le demande le peuple Wayana depuis de nombreuses années. ( Voir "Des Indiens en France ?" sur le site : yonne lautre.net)

2 - Que la France ratifie la législation internationale sur les peuples indigènes (la Convention 169 de l’Organisation Internationale du Travail) comme le recommande à nouveau les Nations Unies (voir et signer la pétition de Survival-France). En effet, selon un récent rapport de la Ligue des droits de l’Homme, "En refusant d’inscrire les droits des peuples indigènes au rang de ses principes constitutionnels, la France maintient ces peuples dans une véritable impasse sociale, économique et culturelle" et "continue à éluder toute la question de [leurs] droits fondamentaux indispensables à leur survie, à savoir, la propriété et l’usage des terres ancestrales et des ressources, libertés civiles et politiques, transmission aux générations futures de la culture et d’une identité propre".

3 - Que la France fasse preuve de transparence sur ce département de la Guyane française où de nombreux témoignages semblent montrer que des liens étroits seraient établis entre les mafias de l'or et des responsables de la gestion de ce territoire"


Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article