Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

les industriels amassent les dividendes, les citoyens paient les dégats !.

Les sites industriels classés "Seveso" sont des sites au potentiel de dangerosité énormes, si certains sont heureusement suffisamment éloignés de zones habitées, ce n'est pas le cas pour tous !.

L'explosion de l'usine "AZF" entraînant la mort de 30 personnes, faisant 2 500 blessés et de lourds dégâts matériels en est une preuve flagrante, on pouvait espérer qu'une telle catastrophe pourrait servir à faire bouger les choses, et c'est d'ailleurs ce qui s'est passé dans un premier temps.

Une série de lourds travaux en vue de leur protection ont été recommandé aux résidents des zones habitées proches de certaines usines.

Dans le cadre du "Grenelle 2", avait été définis la possibilité de crédits d'impots, pouvant aller jusqu'à 40% du montant des travaux, et bien 3 mois plus tard, on apprend que ce crédit d'impot ne serait plus que de 15%. societe-civile-fne[1]

Communiqué de presse-jeudi 18 novembre 2010

PLF : les députés abandonnent les riverains de sites SEVESO

Hier, lors du vote du projet de loi de finances pour 2011, les députés ont supprimé le dispositif permettant de d’aider les riverains des sites Seveso à se protéger, l’une des avancées majeures de la Loi Grenelle II. Réaction

Les riverains sont en danger

Bientôt les plans de prévention des risques technologiques vont imposer des travaux aux personnes propriétaires des habitations autour d’un site Seveso concerné pour se protéger d’une explosion, d’un incendie ou d’un nuage toxique. Ces travaux peuvent être assez lourds (changement de tous les vitrages, création d’une pièce de confinement avec aucune aération…), coûtent chers (en moyenne 15 000 Euro) et sont à la charge du propriétaire. 

Il y a un mois, FNE alertait déjà à propos d’une triple peine pour ces riverains qui subissent les nuisances quotidiennes, subissent le risque et doivent, en plus, payer pour s’en protéger.. La situation s’est encore aggravée depuis hier puisque l’aide de l’Etat, qui avait été portée par le Grenelle 2 à 40% de la facture, tombe à 15%...Il y a donc de grandes chances pour que ces travaux ne soient jamais effectués (1) ! La volonté de faire des économies est compréhensible mais ne peut être appliqué sans discernement, au péril de la sécurité des riverains.

Pour Marc Sénant, coordinateur du Réseau risques industriels, « Le retour à un crédit d’impôt de 15% signifie que beaucoup de personnes habitant autour d’un site ne feront pas les travaux. Si une catastrophe du type AZF se reproduit demain nous aurons exactement le même bilan. En dix ans rien n’a changé ! Apparemment, les députés n’en ont pas tenu compte ! » 

L‘esprit du Grenelle bafoué

Une année de négociation dans des groupes de travail du Grenelle « risques industriels » pour améliorer le dispositif, obtenir l’inscription dans la loi et 3 mois plus tard… l’abrogation ! Est-ce ainsi que les députés et le Gouvernement voient la « méthode Grenelle » ?

(1) Retrouvez les détails de cette campagne sur le site de FNE :

http://fne.asso.fr/fr/voisins-de-sites-seveso-une-situation-financierement-explosive.html?cmp_id=33&news_id=1828&vID=1

 

Bruno Genty, Président de FNE, s’alarme : « Après le rétrécissement du périmètre du Ministère de l’Ecologie, nous avions exprimé nos inquiétudes sur la réelle volonté de continuer la dynamique du Grenelle. Voici nos craintes confirmées par une mince majorité de députés. La Loi Grenelle II est détricotée et le compromis, longuement négocié sur la prévention des risques industriels, réduit à néant. Nous avons besoin de signaux clairs. Le chef de l’Etat doit renouveler le contrat écologique sur lequel il s’était personnellement engagé.»

  

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article