Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le projet ITER n'est pas mort, acharnement financier et scientifique ?

Comparativement à l'idée d'acharnement thérapeutique, n'est-on pas en plein acharnement scientiste à vouloir coûte que coûte poursuivre ce projet, dont les coûts ont explosés, ce qui n'est pas là l'aspect le plus sensible de la situation, car est-il besoin de rappeler, qu'ITER n'est qu'une étape, vers une espérance scientiste dont tout les éléments ne sont pas maitrisés loin de là, quand bien même ce projet serait finalisé et aboutirait à un résultat positif, la problématique ne s'arrête pas là, ce ne serait qu'un premier pas vers une supposée possible technique à atteindre !

http://www.latribune.fr/actualites/economie/union-europeenne/20101130trib000577749/le-programme-nucleaire-iter-voit-son-enveloppe-rallongee-pour-2012-13.html

Extrait :

Retard de livraison, implantation sur un site à risque sismique : depuis son lancement en 2007, ITER a vu son budget exploser. La contribution de l'Union européenne, initialement prévue à 2,7 milliards, est désormais estimée à 6,6 milliards d'euros, dont 1,4 milliard d'euros pour le budget 2012-2013

Après des mois de blocage entre le Parlement européen et les Etats, le programme de recherche de fusion nucléaire, basé dans le sud de la France, devrait se voir accorder cette enveloppe supplémentaire de 1,3 milliard d'euros. Une rallonge qui sera piochée dans différents pôles budgétaires.

"Je suis soulagé que les besoins financiers supplémentaires d'Iter soient maintenant couverts", a déclaré le commissaire au Budget, Janusz Lewandowski, à la suite du trilogue (réunion entre des représentants des trois institutions européennes) du 1er décembre. "L'Union européenne ne pouvait pas se permettre de perdre sa crédibilité vis-à-vis de ses partenaires internationaux impliqués dans le projet".

L'Union européenne prend en charge 45% du financement du programme Iter. Les autres partenaires (Etats-Unis, Corée du Sud, Japon, Chine, Inde et Russie) partagent les 55% restant.

Gouffre financier

Cette dotation soulève de nombreuses oppositions, notamment en période de restriction budgétaire et de négociations pour le cadre pluriannuel 2014-2020.

"Les Etats membres, qui n'avaient soit disant plus les moyens de financer le budget européen pour 2012, trouvent (des fonds, ndlr) envers et contre tout pour sauver Iter tout en mettant en danger le financement des projets européens à forte valeur écologique", a déclaré le parlementaire européen Isabelle Durant (Verts/ALE). Son groupe a appelé à plusieurs reprises à l'arrêt des recherches sur la fusion. 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article