Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le gâchis alimentaire prend naissance dans notre consommation.

Qu'on accepte de le reconnaître ou pas la société dans laquelle nous vivons et que nous accusons souvent de nous modeler, d'être notre aliénation, est le reflet en réalité de ce que nous sommes, la société nous fait au moins autant que nous la faisons, elle ne peut-être vraiment que ce que nous acceptons finalement bien qu'elle soit.

Bien sur que sur le plan individuel cela peut sembler trop simpliste et réducteur, mais ce qu'il faut envisager et projeter c'est une forme d'acceptation collective, cette forme de pensée collective que l'avènement de nos individualismes encouragés et exacerbés nous ont fait perdre de vue.

Notre acceptation collective fait ce qu'est notre société, chaque attitude personnelle n'a de poids que si elle s'inscrit dans un ensemble, dans une mouvance, dans un états d'esprit qui se répand, et trouve échos dans une somme d'individus qui finalement fait consensus, incline le mouvement général et l'acceptation collective qui donne le 'la', qui détermine l'orientation que va prendre cette société, si elle devient notre prison, c'est que nous en acceptons les barreaux.

Je pense que cela est fondamental pour tous les aspects et peut servir de base de réflexion pour toutes les problématiques qui font notre quotidien.

L'exemple de l'alimentation en est un reflet que j'ose qualifier de 'tragique', n'importe qui, qui un jours à semé, récolté et consommé quelque type de légume ou de fruit ou de céréale que ce soit en a eu la démonstration incontestable, ce qui détermine sa qualité gustative et nourricière, n'a aucun rapport avec sa taille et sa cosmétique.

Alors comment expliquons nous qu'on accepte dans nos étals que des produits calibrés et 'beaux', sans la moindre apparence 'hors normes', comment ce fait-il qu'on en soit arrivé là, le producteur aurait fort intérêt à vendre toute sa production, le distributeur aurait fort intérêt à toute la commercer, alors quoi ?

Quand le vendeur s'est rendu compte qu'à la fin du marché ou à la fermeture du magasin, ce qui lui restait était petit difforme et tâché, que croyez vous qu'il fini par faire à la suite de la répétition de ce constat, vous connaissez la réponse, c'est l'exacte enchainement qui nous a conduits à l'état actuel des choses.

Notre soucis fort légitime à la santé, a eu le même effets sur l'encadrement restictif en terme de durée de consommation des produits, nos attitudes ont déterminées au fil des ans les règles, certes les distributeurs les ont fortement conditionné également, mais d'abord pour répondre à des marchés, des demandes ou des 'niches'. Si leurs orientations ont crée quelques nouvelles habitudes de consommation, c'est que celles ci ont été acceptées.

Le résultat est catastrophique tant du point de vue sociétal que sur le plan environnemental, il doit nous ouvrir les yeux, et nous encourager à changer nos attitudes e tant que consommateur, cela pourrait bien rapidement devenir une question de survie !

a look

http://www.goodplanet.info/Contenu/Depeche/La-moitie-de-la-nourriture-mondiale-finit-a-la-poubelle?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+Goodplanetinfo+%28Les+D%C3%A9p%C3%AAches+GoodPlanet.info+%29

Extrait :

Près de la moitié de la nourriture mondiale est gâchée chaque année. En cause, une réglementation trop stricte pour les dates de péremption des produits et un refus quasi-systématique de la part des supermarchés de vendre des produits esthétiquement non conformes.

L’Institut britannique des Ingénieurs en Mécanique estime que 30 à 50 pour cent de la nourriture produit globalement chaque année, soit 1,2 à 2 milliards de tonnes, finirait à la poubelle.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article