Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le dérèglement climatique va rendre caduc toutes les perspectives.

Toute vision de l'avenir risque bien de n'être qu'une suite d'hypothèses dont on perd jours après jours toute maîtrise.

L'enchaînement des caprices météorologiques démontre au fils des constatations et études qu'elle ne peut plus se baser sur aucun 'logiciel' connu, car ce qui se met en place ne s'est encore jamais produit de la sorte, parce que rien ne nous permet de faire de cmparaison avec quoi que ce soit de déjà observé, et je crois que la raison principale réside dans le rythme, cette vitesse imprévisible à laquelle rien ne nous à préparé.

Des changements climatiques ont déjà eu lieu, c'est connu et certains ont aussi été brutaux semble-t-il, et ce qu'ils ont produits devraient nous faire entrer dans l'urgence de l'action.

Mais n'est-il pas déjà trop tard ?

Cette angoissante question qu'on a tous envie de repousser, d'occulter, se dresse pourtant avec vigueur devant nous, elle s'impose à toutes celles et ceux qui ne ferment pas les yeux sur l'évolution actuelle.

Je redoute plein de choses quand je tente de projetter l'avenir, quand je tente de comprendre sur quel levier il serait prioritaire d'agir pour garder encore un espoir de ne pas servir à nos enfants, et aux leurs, un avenir de difficultés de plus en plus sombres, et pénibles, et celui qui me semble à le fois le plus important et le plus ingérable me semble être celui de l'évolution du climat qui quelque soit le qualificatif qu'on emploi pour la projetter, changement, dérèglement, réchauffement, induit et entraîne partout une remise en question totale des conditions de vie.

Tout se dérègle, les exemples sont légions, sur le plan alimentaire par exemple ici, mais je ne vais pas commencer ici une liste que tous le monde est en mesure de connaître, moyennant un minimun de volonté de s'informer, non la question qui m'a fait écrire ceci bouscule l'ordre des choses.

Il y a encore quelques années, 5 ou 10 ans en arrière nombreux étaient ceux qui voyaient dans les projections du 'GIEC' l'illustration de l'idiotie écologique infondée, et militantiste, et puis plus récemment quelques faits ont démontrés que non seulement ces projections s'averaient plutôt exactes, et qu'elles étaient même parfois sous évaluées à certains sujet, voilà que maintenant la question est la suivante :

Les rapports du 'GIEC' seraient-ils trop optimiste ?

Extrait :

Les rapports du GIEC (Groupe d'Experts Intergouvernemental sur l'Evolution du Climat) servent de référence aux décideurs publics lors des discussions sur le réchauffement climatique. Or, ces dernières années, de nombreuses études comparant les premières projections du GIEC avec les observations effectuées sur le terrain montrent que les projections du GIEC ont souvent été trop prudentes. Pour de nombreux paramètres, ces données montrent que nous suivons actuellement les scénarios les plus défavorables du GIEC, voire que nous les avons déjà dépassés.

Le GIEC a été fondé en 1988 par le Programme des Nations Unies pour l'Environnement (PNUE) et l'Organisation Météorologique Mondiale (OMM) dans le but de présenter l'état des connaissances scientifiques sur le changement climatique et de ses conséquences socio-économiques et environnementales [1]. Depuis plus de 20 ans, le GIEC a publié 4 rapports (et le 5ème devrait être publié en 2013-2014) qui présentent des projections sur l'évolution du climat, selon différents scénarios. Ces rapports sont aujourd'hui globalement considérés comme une référence et sont utilisés dans le monde entier par les décideurs publics. Or, plusieurs études scientifiques publiées au cours des dernières années montrent une tendance des rapports du GIEC à sous-estimer la vitesse et l'intensité du changement climatique et de ses conséquences, en particulier concernant l'augmentation de la température, les émissions de CO2, la fonte des glaces en Arctique et l'augmentation du niveau de la mer. Un article publié en novembre 2012 par des scientifiques américains évoque même un biais récurrent dans les rapports du GIEC, qui sous-estimeraient l'intensité des changements à venir, en raison du processus même d'élaboration de ces rapports.

On nous rappele ici que ces rapports servent aux décideurs internationnaux, or on sait à quel point ils ne s'en sont pas servi, preuve en est des échecs avérés de toutes les 'tractations internationales récentes qui n'ont entraîné aucunes mesures vraiment significatives, et qui n'ont fait que mettre en évidence, l'aveuglement total, prouvant que l'intérêt et l'importance accordée aux rapports du 'GIEC' est toute relative.

À quoi faut-il donc s'attendre pour les décennies qui arrivent, au pire du pire envisagé semble-t-il !

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article