Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La pire marée noire est-elle shell qu'on croit ?

Alors qu'il est maintenant avéré que la Chine est maintenant touchée par une marée noire qu'elle tente encore de nier, ce que personne ne sait c'est l'ampleur qu'elle prendra ?

BP et ses comparses nous ont prouvé à quel point leurs regards sur la sécurité des installations pétrolières étaient loin d'être à la hauteur des enjeux environnementaux, et qu'ils étaient surtout enclin à facilement déroger à leurs propres règles déjà trop laxistes si les enjeux financiers venaient à être mis en cause.

L'opprobre à été jeté sur eux, à raison, mais que dire alors de ce qu'il se passe au Nigéria, que dire alors de SHELL ?

Deux actualités à leur sujet s'entrechocs actuellement, l'une très récente, l'autre qui dure depuis de nombreuses années déjà.

http://www.radio-canada.ca/nouvelles/International/2011/08/05/009-shell-autorisation-forage.shtml

Extrait :

Le géant pétrolier Shell a obtenu l'autorisation de mener quatre forages exploratoires en eau peu profonde dans la mer de Beaufort, à une trentaine de kilomètres des côtes de l'Alaska.

Le permis octroyé par l'administration américaine est conditionnel à l'obtention d'un nombre important d'autorisations, dont celle de l'Agence de protection de l'environnement, de l'Agence de préservation de la faune et de l'Agence de gestion des ressources marines.

Si elle obtient tous ces permis, l'entreprise anglo-néerlandaise pourrait entreprendre les forages dès juillet 2012. Shell s'est en effet dit « prudemment optimiste » quant à la perspective de « forer nos propres concessions en Alaska à la même époque l'an prochain ».

Cette décision des autorités américaines soulève la colère de plusieurs organismes écologistes, dont le Sierra Club, le Centre pour la diversité biologique et la Ligue de défense de la nature d'Alaska, qui la jugent « dangereuse et décevante ».

La mer de Beaufort est en effet l'une des régions les plus hostiles et imprévisibles de la planète. Le vent, le froid, les glaces et le brouillard peuvent rendre les forages périlleux et rendre impossible toute opération de nettoyage en cas de marée noire.

Selon Charles Clusen, directeur du Projet Alaska au Conseil national de défense des ressources, un accident aurait des répercussions graves pour les animaux de l'Arctique comme les ours blancs, les baleines et les morses.

M. Clusen qualifie de « farce » la prétention de Shell de pouvoir récupérer 95 % de l'huile en cas d'avarie, estimant que l'entreprise ne pourra se servir de ses équipements de récupération du pétrole à cause des glaces. Selon lui, même en eau calme et chaude, on ne récupère pas le tiers du pétrole échappé.

Selon les écologistes, une marée noire dans cette zone pourrait notamment toucher un parc national canadien situé à environ 150 kilomètres. 

Pendant ce temps là, l'actualité au Nigéria, c'est cela :

Vidéo extraite de :
Autre extrait :

Après 50 ans d’extraction continue de pétrole, l’ampleur de la pollution au Delta du Niger est telle qu’elle gangrène en profondeur les sols, les criques et tout l’écosystème local. Au total, plus de 2 milliards de litres de brut se sont déversé dans le Delta. Au terme de deux années de recherches, le programme des nations unies pour l’environnement vient de prouver scientifiquement l’impact écologique de l’exploitation pétrolière du groupe Shell dans le pays.

 

"Shell a une responsabilité écrasante"

Mais le pétrolier, qui reconnaît sa responsabilité dans deux marées noires en 2008 et en 2009, accuse toutefois les opposants au régime d’être responsables de sabotages qui causeraient des fuites dans les puits et les oléoducs : "Shell s’est toujours retourné vers le gouvernement et vers les groupes armés d’opposition en disant que c’était leur faute. Ce n’est pas vrai, ça a été clairement démontré, Shell a une responsabilité écrasante et doit donc assumer cette responsabilité aujourd’hui," a expliqué Philippe Hensemans, directeur d’Amnesty International Belgique, au micro de Martin Vachiery pour RTL-TVI.

 

Violations des droits humains

Les conséquences humaines y sont aussi dramatiques. "60% des habitants de la région dépendent des ressources naturelles de la région, qu’il s’agisse du bois, de l’agriculture ou de l’eau. On assiste donc à un ensemble de violations des droits humains, qui sont générés au départ par l’exploitation du pétrole et aussi par la corruption énorme qu’il y a dans la région, parce que c’est vrai que le gouvernement a touché beaucoup d’argent et n’a rien fait pour résoudre la situation sur le terrain", a encore expliqué M. Hensemans.

L'administration Américaines, qui a déjà été épinglés pour ses erreurs est à nouveau en train de se fourvoyer, comment peuvent-il à ce point être aveugles et inconscients en accordant de telles autorisations, mêmes si elles sont sujettes à d'autres autorisations qui devront l'entériner.

Ce premier pas est le plus terrible, sans lui, rien d'autre ne serait possible, comment donner de telles autorisations à une société pétrolière qui a un tel comportement ?

Ces administratifs devraient être condamnés, ils sont coupable de crime contre l'environnement.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article